3.0.1" />
Unsri Heimet

Unsri Heimet – do sin m'r d'heim ! Das Elsass, unsri Heimet !

Wàs beditet a Sproch wu labt ?

Posted on octobre 23rd, 2017 by Klapperstein

Wàs beditet a Sproch wu labt ? Que signifie une langue qui vit ?


(Par Evelyne Troxler), Ajointe au maire honoraire de Mulhouse, chargée de la langue et culture régionale – Ìm Sìnn, ìsch a Sproch wu labt :

1/ a Sproch wu ma seht que l’on voit

2/ a Sproch wu ma heert que l’on entend

3/ a Sproch wu ma ehrt, respektiert un unterstìtzt que l’on honore, respecte et soutient

4/ a Sproch wu ma lehra kàt, entwedder wàs fìr m’a Àlter que l’on peut apprendre à tout âge

a Sproch wu ma seht

Drumm, ìn Mìlhüsa zitter 1991, unser Programm fìr zweisprachiga Stroβaschìlder

d’où, à Mulhouse, notre programme de plaques de rue bilingues, mis en place à mon initiative en 1991 – (cf plaquesbilingues.fr)

A Bemerkung : unsra Schìlder sìn – sous-titrés en alsacien –, dàs beditet às s Elsasserditscha kleiner ìsch wia s Franzeescha, un dodur a Mìnderheit’s Sproch – donc l’alsacien est plus petit que le français, ce qui souligne le caractère minoritaire.

A Projekt fìr Mìlhüsa war jetz, às Elssaserditsch so groβ gschrìwa war uf da Stroβaschìlder às Frànzeesch ; ìn dr Bretagne ìsch’s meglig, wurum nìt ìm Elsàss ? – un projet pour Mulhouse maintenant : l’égalité des caractère, qui est possible en Bretagne, pourquoi pas en Alsace ? –

A Sproch wu ma seht ìn dr Warbungune langue que l’on voit dans la communication

In Mìlhüsa müasch a Luppa namma fìr a Pààr Werter uf Elsassisch fìnda ìn da Ilàdunga odder Warbunga, sogàr wenn s sìch um regionàla Kültür hàndelt – à Mulhouse il faut prendre une loupe pour trouver quelques mots en alsacien dans les invitations ou toute forme de communication, même quand il s’agit de culture régionale –

D’ Fàchslitt sàga : « trop d’information tue l’information ». Schlàui, ìn dr Bretagne gìltet dàs nìt, s wìrd àlles uf Bretonisch ìwersetzt – bizarre, en Bretagne, cette règle ne s’applique pas, tout est traduit en Breton

A Sproch wu ma ìn da Gschafter seht

Ìn da Gschafter un Groβgschafter ìn dr Bretagne fìndet ma Wand un Schaft voll bretonischa Produkta : Bredla, Bier, Wurscht, Fleisch, Mìlch … un d’ Sproch geht mìt – Dans les magasins et supermarchés en Bretagne il y a des murs et des étagères pleins de produits bretons : gâteaux, bières, charcuterie, viande, produits laitiers … et la langue est présente.

Nix a so ìm Elsàss (s ìsch gràd bleed, wàs Tourismus àbelàngt) … Doch, dr Super U vu Sierentz hàt zweisprachiga Etiketla igfiart. Wurum màch’s nìt àlla super U vum Elsàss ? Denn in dr Bretagna màcha s àlla Super U …. Rien de tel dans les magasins en Alsace (c’est juste stupide, d’un point de vue touristique et commercial) … Si au Super U de Sierentz il y a un étiquetage bilingue, pourquoi tous les super U d’Alsace ne le font-ils pas ? En Bretagne ils font tous la promotion des produits régionaux …. Wàs màcha denn unsra Hàndelskàmra ? – Que font donc nos CCI ?

Wu dr IKEA uf Mìlhüsa kumma ìsch, hàt ar Warbung uf Elsassisch gmàcht. Sìn dàs Idiota ? – quand IKEA est arrivé à Mulhouse, il a fait de la pub en alsacien. sont-ce des idiots, ces communicants de IKEA ?

A Sproch wu ma uf da zweisprachiga Dìchterwag vum Verein AGATE ìm gànza Elsàss fìndet – une langue que l’on trouve sur les sentiers des poètes bilingues de l’association AGATE dans toute l’Alsace.

Wurum nìt so na Dìchterwag ìm Tànnawàld vu Mìlhüsa, mìt da mìlhüser Dìchter wia dr Auguste Lustig, Victor Schmidt, Tony Troxler, sogàr Nathan Katz wu ìn Mìlhüsa glabt un gschàfft hàt ? – pourquoi pas un tel sentier dans le Tannenwald de Mulhouse avec les poètes mulhousiens ?

A Sproch wu ma ìn dr « Zittung » lasa kàtune langue que l’on peut lire dans le « journal »

So geht’s ìn dr Zittung «  L’Alsace », wu mr jeda Wucha àm a Samschtig un àm a Sunntig Elssasserditsch lasa kàt , dànk ’m team Edgar Zeidler, Yves Bitsch, Jean-Christophe Meyer, Adrien Dentz un noch viel àndra Journalischta – il en est ainsi dans le journal « L’Alsace » grâce à une équipe de rédacteurs dialectophones sous la houlette d’ Edgar Zeidler et d’Yves Bitsch.

A Sproch wu meh zur Galdung kumma sott ìn unsra Büachhàndlungaune langue qui devrait être mise en valeur d’avantage dans nos librairies

Gràtüliara mr drbi dr Jean-Marie Stoerkel un dr Jacques Zimmermann fìr ìhra zweisprachiga Krimi – félicitons au passage JM Stoerkel et J. Zimmermann pour leurs policiers bilingues !

a Sproch wu ma heert

Zerscht a Sproch wu ma heert, will ma sa redt ! – tout d’abord une langue que l’on entend parce qu’on la parle !

S’ìsch fìr uns àlla a Pflìcht Elssasserditsch z’ reda so boll un so viel wia meglig, ìweràll ! – c’est un devoir pour nous que de parler alsacien autant que possible et partout .

Dr offiziella Plàtz vu dr Sproch ìsch wìrtig : Ìch hàn vu 1989 àb, ìmmer Elsassisch gredt ìn da offiziella Reda, wàs nìt güat àgsah gsìì ìsch ! – en tant qu’élue, j’ai tenu mes discours en alsacien dès 1989, ce qui n’était pas bien vu

Zweitens a Sproch wu ma heert, will sa mìt dr Müsik gehtdeuxièmement, une langue entrainée par la musique

Da Zug vu dr Müsik, wu d’ Sproch (wu ma nìt umbedìngt versteht) mìtrisst wia ìn dr Bretagne odder ìn Corsica , han mìr fìr dr Momant verfahlt ; villicht kummt’s – ce train de la musique qui entraine la langue comme en Bretagne et en Corse, nous l’avons manqué pour le moment : il repassera peut-être …

Reda mr nìt vum Radio un vu dr Télé… Wurum wìrd Corsikànisch gredt uf Radio France Corse FM, un nìt Elsassisch uf Radio France Alsace FM ? Ce scandale de la disparation de l’alsacien sur Radio France Alsace, contrairement à la Corse, continue ….

S’ ìsch wohr d’ Junga ìnteressiara sìch nur noch àn dr Web ; dàs kàt uns villicht halfa – les jeunes ne s’intéressant plus qu’au Web, celui-ci peut donc être une aide précieuse

a Sproch wu ma ehrt un unterstetzt

S’ Elsasserditscha ìsch fìr s’ erschta mol uf d Bìhna vu dr Filature ìn Mìlhüsa kumma àn a 1998, mìt « Toni » a Uffiahrung ìwer s’ Wark vu mim Pàpa dr Tony Troxler, fìr si 80. Geburstàg (dànk’ m Christopher Crimes, dr anglischa Dirakter…) un oi fàscht s letschta mol … üsserm a DìchterOwa ìn 2008 – la Filature de Mulhouse a accueilli pour la 1ère fois un spectacle en alsacien en 1998, avec «  Toni » , donné à l’occasion du 80ème anniversaire de Tony Troxler … et pour la dernière …. En dehors d’une soirée poétique en 2008.

Zitter gan mr uns Miaih mìt’m Daniel Muringer fìr zweisprachiga Dìchter Owa ìn dr Bibliotek vu Mìlhüsa z’ organisiera, às àlla unsra richa Literatür entdecka känna – depuis nous organisons des soirées poétiques bilingues à la bibliothèque avec Daniel Muringer, pour que tous puissent avoir accès à notre littérature si riche.

a Sproch wu ma lehra kàt

Ìn Lorient màcha sa gànz flotta un « moderna » Warbung fìr dr bretonnischa Unterrìcht fìr d’ Junga …. À Lorient, des affiches amusantes vantent l’apprentissage du breton par les jeunes …. Unsra Vollkshochschüala /UP känta a Beispiel namma …. Nos UP pourraient prendre exemple ….

Ìch bìn stolz às ìn unsra Üniversität, d’ UHA àlla Studanta Elsassisch lehra känna mìt’m Edgar Zeidler : mina Àrwet àls adjoint au maire – je suis fière de ce que tous les étudiants de l’UHA puissent apprendre l’ alsacien avec Edgar Zeidler

Vergassa mr nìt dr Plàtz wu s Elsasserditscha umbadìngt un drìngend ìm zweisprachiga Unterrìcht  fìnda müass ! ABCM màcht’s – so ìsch’s meglig !!!

N’oublions pas l’indispensable place de l’alsacien dans le cursus bilingue ! ABCM le fait, donc c’est possible !

D’ Kìnder Theàter vu da Elsasser Theàter (a Idee vum Tony troxler fìr s’ ETM) han a güater Erfolg, àwwer s’ langt nìt : Elsassisch sottigt ìn àlla Périscolaires vorgschlàga wara – les Kìnder Theàter ont un joli succès mais c’est insuffisant, l’alsacien devrait être proposé dans tous les périscolaires !

Drum unterstetza àlla d’ Bubbitànz gànz uf Elsassisch vu dr FILAL ! Mr mian’s schàffa  – donc soutenez tous les crèches en immersion du FILAL , nous devons y arriver !

Wàs brücht mr fìr às a Sproch labt ?

dr WÌLLA – la volonté

Dr Wìlla vu da Litt vum Elsàss . Politiker iverstànda – s’ Gald kummt mìt , wenn dr Willà do ìsch …. La volonté des gens d’Alsace, y compris les politiciens – les moyens suivront si volonté il y a

ET

Quelle : Elsass journal

____________________________________________________________________

Wo ein Wille ist, ist ein Weg, nous sommes bien d’accord, mais en l’occurrence la volonté seule d’individus atomisés ne suffit pas, la lente agonie de notre langue depuis des décennies le montre clairement.

La survie ou la mort d’une langue ne dépend pas seulement du comportements de ses locuteurs dans leur dimension personnelle et privée, elle dépend surtout de leur comportement dans leur dimension collective et public. Si les Alsaciens n’exigent pas avec force et détermination que la langue alsacienne sous ses deux formes, l’alsacien dialectal et l’allemand standard, soit reconnue langue officielle en Alsace au même titre que le français, leurs efforts individuels à pratiquer leur langue, aussi nécessaire et souhaitable soient-ils, ne peuvent aucunement être suffisants à éviter la mort programmée par la République Française de notre langue.

La solution à la question linguistique en Alsace est avant tout politique, ce que les Alsaciens n’ont  jusqu’à présent malheureusement jamais voulu comprendre. Et appeler à la bonne volonté des politiciens alsaciens sans questionner leur attachement aux sacro-saintes valeurs de la République n’a pas grand sens, puisque c’est par la mise en application de ces mêmes valeurs que notre langue se meurt. Exiger les transformations institutionnelles qui seules peuvent nous permettre de défendre politiquement nos intérêts est le préalable indispensable à la survie de notre langue.

Si les jeunes Alsaciens, mais aussi les moins jeunes, n’ont pas eu, ce qui ne devrait pas être une chance mais une évidence, la chance de parler la langue de leurs parents et de leurs aïeux, ce n’est pas la faute de leurs parents qui ont renoncé individuellement à leur transmettre leur langue étant donné le contexte politique profondément germanophobe et républicain dans lequel ils ont vécu, mais c’est la faute de leurs parents qui ont renoncé collectivement c’est à dire politiquement à défendre leurs droits civiques et politiques, se laissant intimider et maltraiter par l’antidémocratique et arrogante République Française.

Concernant la question linguistique, les Alsaciens, qu’ils aient été attaché ou non à la préservation de leur langue, ont passé les dernières décennies à exclamer d’une fausse fierté inspirée par une vrai crainte :  » Mir màche ke Politik ».

Mir màche Politik. Et nous espérons qu’à la lumière des évènement récents mais aussi plus anciens, de plus en plus d’Alsaciens en fassent aussi. Chacun à sa manière. La nôtre est toujours la même : Nie wieder Frankreich, Elsass frei. UH

Dialecte et allemand standard: complémentarité ou concurrence ?

Posted on août 17th, 2016 by Klapperstein

Dialecte et allemand standard: complémentarité ou concurrence ?

par André Weckmann

Il est surprenant, voire inquiétant qu’après vingt années de réflexions, de discussions, d’écrits sur ce thème, par des pédagogues, par des linguistes, par nous-même, les valeurs du dialecte, l’intercompréhension dialectale, les interrogations quant à sa survie, les rapports des dialectes avec la langue standard posent toujours des problèmes en Alsace.

Essayons, pour commencer, de clarifier les choses:

Tout d’abord, un dialecte, notre dialecte, n’est pas un patois. Le patois est en effet la survivance d’un ancien dialecte relégué à un état proche de l’extinction définitive. Il est pratiqué dans des aires très restreintes par des locuteurs situés au bas de l’échelle sociale. Il ne véhicule plus la culture populaire et ne connaît pas de production littéraire. Ce qui n’est pas le cas de notre dialecte alsacien. Nous le verrons plus loin.

Le dialecte, les dialectes? Il s’agit chez nous en effet de deux dialectes, le francique et l’alémanique dans leurs différentes variantes, leurs différents mélanges aussi dans les zones de contact. Nous appelons cet ensemble dialectal: Elsasserditsch, allemand alsacien ou encore, en simplifiant: l’alsacien.

Ces variantes dialectales sont chacune un code d’identification local. C’est ainsi que, dans la plupart des cas, on reconnaît l’origine géographique du locuteur à son parler: wissembourgeoise, d’Alsace Bossue, du Kochersberg, strasbourgeoise, colmarienne, mulhousienne, sundgovienne, etc..

Unter dem Terminus Elsässische Mundart versteht man eigentlich zwei Dialekte: Alemannisch und Fränkisch in verschiedenen Varianten und Mischformen, pfälzisches Rheinfränkisch im äußersten Norden, lothringisches Rheinfränkisch im Krummen Elsaß, Alemannisch, von Nieder- bis Hochalemannisch, im übrigen Elsaß. Es gibt also keine einheitliche elsässische Mundart, deshalb benennen wir das im Elsaß gesprochene dialektale Deutsch: Elsässerdeutsch (Elsässerditsch), das heißt: Deutsch so wie es im Elsaß gesprochen wird.

Ces variantes vivent côte à côte depuis des siècles. Ce sont soeurs et cousines, la parenté est indiscutable. Nous nous comprenons sans problèmes les uns les autres, les inévitables différences ne font pas obstacle. L’intercompréhension alsacienne est une réalité. Les émissions dialectales de France 3 Alsace en font la démonstration: le sundgovien de Guschti Vonville et le strasbourgeois de Christian Hahn sont bien la même langue, même si le vocalisme diffère.

Evidemment, pour qui ne pratique le dialecte qu’épisodiquement et imparfaitement, le francique de Lauterbourg et le haut-alémannique de Ferrette peuvent apparaître comme des idiomes exotiques. Malheureusement, ce sont souvent ces personnes-là qui excellent à semer la confusion dans les esprits. Il est vrai qu’en Alsace, dans ce domaine, n’importe qui dit n’importe quoi.

L’expérience de René Egles, la mienne propre et celle de mes collègues qui ont pratiqué la méthode Im Zwurwelland de restructuration du dialecte avec passage naturel vers le Hochdeutsch a prouvé qu’on peut très bien s’adresser à des enfants parlant un dialecte différent de celui de l’enseignant sans que cela pose des problèmes de compréhension.

Dieses Elsässerditsch wird, trotz der vielen lokalen Verschiedenheiten, von dialektsprachigen Elsässern von Lauterburg bis Basel verstanden. Wer das Gegenteil behauptet, zeugt von einer krassen Unkenntnis unserer Sprachsituation. Wer dann – wie noch kürzlich von sogenannten Intellektuellen zu hören war – die enge Verwandtschaft zwischen Elsässerdeutsch und der Dachsprache Hochdeutsch verneint, der streut wissentlich, gelinde gesagt, eine Unwahrheit aus.

Le dialecte et l’allemand standard: ce sont deux expressions d’une même langue. La première, expression régionale, est plutôt orale et non codifiée, la deuxième est langue officielle de référence à l’intérieur du domaine germanophone, Dachsprache des différents dialectes et langue de grande communication.

On a pensé longtemps que le dialecte pouvait se maintenir plus authentique et plus pur s’il était coupé de l’allemand standard.

C’était une grave erreur, car c’était le confiner dans un passé rural avec un vocabulaire basé sur des techniques devenues obsolètes. En outre, ce code oral confronté à la pression monopolistique de la langue française ne peut résister à cette emprise sémantique et même sa structure grammaticale – qui est en gros identique à la langue standard – s’en trouve attaquée, minée, et finalement détruite. Coupé de la Dachsprache, de son enseignement, de sa pratique, ne fut-ce que par la lecture, le dialecte n’a aucune chance de survie. Car sa sève nourricière, il la tire de l’allemand standard, littéraire, et c’est grâce à lui qu’il a la possibilité de s’adapter à la vie moderne sans se dévoyer dans un code-switching francalsaco, un pidgin-elsässisch qui est l’avant-dernier stade avant sa disparition définitive.

Il ne peut donc y avoir de dialecte vivant sans un Hochdeutsch vivant.

Der Dialekt ist von seiner Dachsprache, Standarddeutsch, abhängig. Beide Ausformungen haben dieselbe grammatische Struktur. Die Unterschiede liegen in der Lautung, teilweise auch im Wortschatz, sie sind aber nicht gravierend. Die Schriftsprache stützt die nicht normierte dialektale Umgangssprache lexikalisch und strukturell ab, die sonst nicht dem Druck der Nationalsprache widerstehen könnte. Man merkt dies am besten bei Dialektsprechern der jüngeren und mittleren Generation, für die Hochdeutsch quasi zu einer Fremdsprache geworden ist: Ihre Ausdrucksfähigkeit in der Mundart ist stark reduziert. Es kann also keine lebendige Mundart ohne die Abstützung durch die Standardsprache geben. Fehlt diese Abstützung, verarmt die Mundart, verkümmert und stirbt schließlich ab.

Il ne peut pas non plus y avoir en Alsace de Hochdeutsch vivant sans un dialecte vivant. Il ne peut pas y avoir de bilinguisme franco-allemand effectif et performant sans la présence d’un dialecte vivant.

Le bilinguisme alsacien n’est possible – Eugène Philipps le dit depuis vingt ans – que si les deux langues ont une existence sociale en Alsace. L’existence sociale de la langue allemande est assurée chez nous par la pratique du dialecte. Même si celui-ci a reculé de façon inquiétante, il marque toujours de sa forte empreinte le paysage linguistique alsacien. Il s’agit donc d’assurer la pérennité de cette présence dialectale. Car si elle disparaissait, l’allemand n’aurait plus aucun ancrage en Alsace.

Im Gegenzug kann es aber auch bei uns keine echte, gelebte deutsch-französische Zweisprachigkeit geben ohne die Mitwirkung des Dialekts. Der Weg vom dialektalen Deutsch zu Standarddeutsch ist doch viel kürzer und einfacher als von Französisch zu Deutsch, das wird ein jeder einsehen. Und eine gelebte Zweisprachigkeit kann es nur dort geben, wo beide Sprachen einen sozialen und kulturellen Status haben. Dies ist immer noch der Fall im Elsaß, trotz des starken sprachlichen Abwanderungstrends. Wenn Elsässerditsch aus unserer Sprachlandschaft verschwinden würde, wäre Deutsch entgültig weg vom Fenster, um das kraß zu formulieren. Und das würde nicht nur die Auslöschung unseres kulturellen Erinnerungsvermögens bedeuten, sondern auch und besonders den Zusammenbruch eines der beiden Stützpfeiler der elsässischen Zweisprachigkeit und somit unserer Fähigkeit, uns im europäischen Raum zurechtzufinden.

Le recul de la pratique dialectale est dû en grande partie à l’influence de l’école sur les réflexes linguistiques familiaux.

En effet, des enfants dialectophones entrant en maternelle – d’où la langue maternelle est exclue – apprennent rapidement le français et désapprennent aussi rapidement leur langue d’origine.

Je cite en exemple trois cas que j’ai eu l’occasion d’observer:

1) La petite A, âgée de 3 ans 1/2, vivant dans un milieu ouvrier dialectophone, commençait à s’exprimer couramment dans sa langue maternelle. Depuis sa scolarisation, ses connaissances en dialecte régressent de jour en jour. Les parents font tout leur possible pour maintenir la pratique dialectale, l’enfant fuit cependant les personnes étrangères au cercle familial s’adressant à elle en dialecte, ce qu’elle ne faisait pas précédemment.

2) La petite B, du même âge que la fillette précédente, semble être perdue pour l’expression dialectale. Cette enfant étant devenue muette à la maison, ses parents ont dû abandonner la pratique du dialecte pour renouer le dialogue avec l’enfant.

3) La petite C, elle aussi fille de parents ouvriers, que j’ai connue dialectophone à l’entrée en classe de maternelle – elle est maintenant en CE – est aujourd’hui entièrement monolingue, ses parents ayant capitulé devant la pression sociologique et pédagogique de l’école.

Im Elsaß dient die Ecole maternelle seit jeher dem Erlernen der französischen Sprache. Der Dialekt wurde konsequent verdrängt. Vom traumatischen Erlebnis, die diese Verdrängung nach sich zog, abgesehen, wurde nun dem Kind offenbar, daß der Schlüssel zur Welt, die es zu entdecken gilt, nur ein frankophoner Schlüssel sein kann, und so wurde der Dialekt in seinem Unterbewußtsein zu einer minderwertigen Sprache degradiert, « e Sproch fer nix ». Das Kleinkind war von da an auf ein Gleis gestellt, das es nicht mehr wird verlassen können: das Gleis der sprachlichen Assimilation. Und die Sprechgewohnheiten, die die Kinder sich in der Schule aneignen, werden erfahrungsgemäß zu Hause nur wenig abgebaut, so daß Kommunikationsschwierigkeiten entstehen und den Eltern keine andere Wahl mehr übrigbleibt, als auch in die Schulsprache umzusteigen. Eltern sind nämlich keine Sprachwissenschaftler, sie wissen nicht, wie eine Sprache lebt und wie sie sterben kann. Ihnen geht es auch nicht primär um Sprache, sondern um Kommunikaton mit den Kindern und gute Zensuren.

Ich habe in der Vergangenheitsform gesprochen, da in den meisten Fällen diese Assimilation bereits vollzogen ist. Sie vollzieht sich aber weiter in ländlichen Gegenden, wo der Dialekt sich noch einigermaßen widerstandsfähig zeigt. Dieser Sprachzerstörung muß nun Einhalt geboten werden, damit unsere zweisprachige Potentialität noch quasi in letzter Minute gerettet werden kann.

On entend souvent dire que la responsabilité de cette déperdition incombe aux parents. C’est une argumentation fallacieuse qui dispense ceux qui l’avancent d’une sérieuse remise en question. On ne peut pas exiger des parents de s’opposer de façon conséquente à la politique linguistique de l’école. L’essentiel pour eux est de maintenir le dialogue avec leurs enfants, ceci dans la langue qui est devenue celle des enfants. Nous l’avons vu dans les exemples cités. Et il n’y aura plus de retour possible, les quelques exceptions confirmant cette règle.

Ceci dit, je n’incrimine pas la bonne foi du personnel enseignant, mais le système qui n’a pas rendu ces personnels conscients du fait qu’en pratiquant un exclusivisme linguistique, la langue d’origine est reléguée aux oubliettes, que les enfants la perçoivent comme une langue inutile, alors que la langue officielle est parée du prestige de langue dominante du groupe et langue exclusive de la socialisation. Des circulaires rectorales ont certes conseillé une « ritualisation de la pratique dialectale », des conseils didactiques et des fiches pédagogiques ont été élaborés à cet effet, mais il ne semble pas que l’information soit toujours arrivée à destination.

Il est urgent de redonner à la langue orale régionale, le dialecte, l’image de marque qui lui revient de droit, pour que l’enfant perçoive intuitivement que cette expression est, elle aussi, une clé permettant la découverte du monde extérieur. Et faut-il le rappeler une fois de plus: la pratique du dialecte est une des deux bases indispensables d’un bilinguisme populaire naturel.

Je sais, les dialectes sont perçus négativement par l’école et la société, pas seulement en Alsace d’ailleurs. On ignore – on veut ignorer – que les linguistes et les ethnologues ont redécouvert les valeurs culturelles des petites entités linguistiques qui fondent la richesse intérieure de l’individu, sa personnalité propre dans cette civilisation du nivellement et de l’uniformisation.

On ignore aussi que, du moins dans l’espace culturel germanophone, des poètes se sont emparés de ces idiomes et en ont fait un outil poétique très performant. La littérature dialectale alsacienne contemporaine a elle aussi conquis ses lettres de noblesse, reconnues surtout à l’étranger. Mais il est vrai que le snobisme ambiant soit l’ignore, soit se plaît à la disqualifier « a priori ».

Nicht nur im Elsaß, auch in Deutschland und sogar in Österreich werden die Dialekte seit Jahrzehnten aus der Schule verbannt: es sei schlechtes Deutsch. Wie viele Dialektbiotope wurden so zerstört. Und dabei ist die Aussagekraft der Mundarten der der Standardsprachen ebenbürtig. Sie sind sogar zu einem modernen lyrischen Medium geworden: Man denke an die Meister der konkreten Poesie, H.C. Artmann, Gerhard Rühm und Ernst Jandl, dann an die Schweizer Dichter Kurt Marti und Eugen Gommringer, die alle, neben ihren hochdeutschen Werken, auch, meist experimentelle, Dialektgedichte verfaßt haben. Und auch das Elsaß hat auf diesem lyrischen Gebiet Bahnbrechendes vorzuweisen.

J’ai demandé, voici une dizaine d’années, que l’alsacien, langue maternelle, devrait être pratiqué à l’école dès la petite maternelle, non pas en tant que langue à apprendre, mais langue à sauvegarder et à structurer grâce à des activités ludiques journalières, ceci partout où le dialecte est encore langue de l’environnement familial, la langue à apprendre étant le français. A l’école élémentaire, on serait passé progressivement du dialecte au hochdeutsch. C’eût été là une démarche naturelle, raisonnable.

En dix ans, la situation a changé complètement. Il n’y a plus de zones exclusivement dialectales. Et nous avons maintenant un petit nombre de maternelles bilingues français-allemand qui sont appelées à se multiplier. Comment faire face à cette situation nouvelle pour maintenir la pratique dialectale là où elle n’a pas complètement disparu, comment y organiser le côte à côte dialecte/allemand standard, comment opérer dans les classes bilingues avec des enfants non-dialectophones?

Dans les zones, surtout rurales, où le dialecte est langue de l’environnement social, même si les petits enfants ne le parlent guère, il faut commencer par une éducation bilingue français/alsacien. Mais, il est absolument indispensable d’associer la famille à cette pédagogie. L’alsacien est, en effet, langue de l’affectif, il faut éviter d’en faire une langue « scolaire ». Je proposerai une démarche possible dans la deuxième partie de mon exposé.

Dans les classes bilingues paritaires (français/allemand standard) avec des enfants non-dialectophones on introduira des éléments littéraires dialectaux dans le cursus allemand: comptines, petites poésies, chants, danses, etc. Il est important que ces enfants soient mis au contact de l’expression alsacienne qu’ils entendent – encore – dans la rue, pour qu’ils ne la perçoivent pas comme un idiome étranger mais qu’ils se rendent compte, intuitivement, qu’il s’agit d’une variante alsacienne orale de la langue qu’ils apprennent – qui, de ce fait aussi, ne sera plus perçue comme une langue totalement étrangère. Les socio-linguistes ne me contrediront pas, au contraire. Ces interventions dialectales pourraient être faites par des intervenants extérieurs, si l’enseignante n’est pas dialectophone.

En conclusion:

- Le dialecte alsacien n’est pas un idiome barbare. Il est l’expression millénaire de notre culture populaire, il véhicule tout un ensemble de connotations et de réflexes transmis par les générations.

- Il a ses lettres de noblesse littéraires.

- Il est la base de notre spécificité alsacienne.

- Il est surtout la voie royale qui conduit à un bilinguisme effectif et performant.

- Ce serait pour notre région une perte considérable s’il venait à disparaître par la faute d’une méconnaissance des fonctionnements et dysfonctionnements linguistiques, de réticences et blocages psychologiques, d’un snobisme bourgeois et petit-bourgeois.

- Il est de notre devoir, à nous autres enseignants tout d’abord, qui maîtrisons l’appareil pédagogique, de tout mettre en oeuvre pour sauver ce patrimoine qui représente pour notre région à la fois un enracinement et une ouverture.

Quelle : Facebook Alsace bilingue

Un judas des temps modernes

Posted on mars 15th, 2015 by Klapperstein

Il y a les figures historiques de la traîtrise…

Tous les peuples ont hélas leurs judas et à ce niveau le peuple alsacien est même plutôt bien servi. Depuis 1648, date marquant le début de son assujettissement, il a eu son lot de traîtres qui renièrent leurs compatriotes, leur cité, leur culture, leur langue, leur religion… Par vanité, souci de réussite ou en échange de quelques honneurs, titres ou prébendes lucratives, ils ont prêté main forte à l’oppresseur pour asseoir sa domination sur leur peuple. Deux renégats célèbres de Strasbourg sont restés dans l’histoire alsacienne. Il s’agit de deux éminents juristes : Jean-Christophe Güntzer (1636-1695), diplomate et ancien secrétaire de la République libre de Straßburg qui œuvra en sous-main pour livrer la ville au roi de France et Ulrich Obrecht (1646-1701) dont l’historien Rodolphe Reuss a dit qu’il était « plus royaliste que le roi ».

Après la capitulation de la cité devant les troupes françaises, tous deux tournèrent casaque et misèrent sur la royauté. Faisant preuve d’une servilité peu commune, ils s’appliquèrent à briser la résistance des édiles de l’ancienne ville libre d’empire et défendirent, avec un zèle peu commun, les intérêts français contre ceux de leurs propres compatriotes qui luttaient pour préserver leurs libertés et leurs droits. Pour prix de sa trahison, le premier fut nommé syndic royal dès le 9 octobre 1681. Quant au second, nommé au poste de prêteur royal en 1685, il se chargera de la mise au pas des Strasbourgeois et couvrira toutes les mesures royales pour imposer le français et entraver voire interdire l’usage de l’allemand. Pour plaire au roi catholique, il finira même, comme le premier, par abjurer sa religion protestante. A Straßburg, tous deux firent une brillante carrière de « valets » alsaciens du roi.

Par la suite, la bourgeoisie alsacienne coupée des racines populaires viendra alimenter cette galerie de la honte. Très tôt, elle se désolidarisa du peuple pour se ranger du côté de l’oppresseur. Elle se distingua tout particulièrement par son reniement de la langue et de la culture régionales pour adopter celles du dominant, celles du pouvoir politique. Sa collaboration intéressée avec le pouvoir français sur le dos du peuple alsacien permettra à Paris d’asseoir son emprise sur le pays. Citons en exemple l’avocat Colmarien Jean-François Reubell (1747-1807) auquel Mulhouse, ancienne république suisse, dut la perte de sa souveraineté suite à l’odieux blocus économique qu’il organisa pour la contraindre de se plier à l’ordre français ; l’abbé Nicolas Delsor (1847-1927), triste pantin manipulé par Paris, qui organisa le sabordage du Nationalrat initié par le Dr Ricklin pour préserver les acquis du Reichsland pour lesquels les Alsaciens-Mosellans s’étaient battus ; Jacques Peirotes (1869-1935), ancien adhérant du parti social-démocrate allemand et partisan d’une transformation du Reichsland en République neutre dans le cadre de l’Empire allemand, qui, dès novembre 1918, soutint pourtant les Commissions de Triages et l’épuration ethnique et n’aura ensuite de cesse de réclamer l’assimilation totale de l’Alsace…

… et ceux qui, à présent, ont pris leur relève

Ces hommes, qui de leur temps ont fait la honte et le malheur de l’Alsace, ont à présent de dignes successeurs. Philippe Richert est de cette trempe, c’est un judas d’aujourd’hui. A cause des ses choix calamiteux, de son esprit de soumission et de sa volonté de rester toujours dans les bonnes grâces de Paris pour servir son ambition personnelle et sa boulimie de pouvoir, l’Alsace lui doit d’avoir été rayée de la carte des régions de France. En effet, à la tête de la Région, ce narcisse dévoré d’ambition a cumulé les erreurs, les mauvais calculs et les reniements jusqu’à conduire le pays à la disparition. De volte-face en volte-face, ce « derviche tourneur » alsacien a fini par donner le tournis à tous, même aux élus de son propre camp politique. Parions qu’il entrera dans l’histoire comme le fossoyeur de l’Alsace, celui par qui arriva notre malheur.

Capable de nager dans toutes les eaux, le déroulé de ses reculades, trahisons, louvoiements, renonciations et capitulations successifs est sidérant :

Première stupidité de notre président !

Alors qu’il était ministre dans le gouvernement Fillon chargé des collectivités territoriales et de l’application de la réforme territoriale, il n’a pas compris le coup de Jarnac que lui préparaient les jacobins de Paris qui, en fixant des conditions draconiennes de quorums, œuvraient à faire échouer le référendum en faveur de la « Collectivité unique alsacienne ». Les Corses, eux, ont refusé un tel dispositif. Résultat, ils viennent d’obtenir, sans passer par la case référendum, le statut de « Collectivité territoriale unique » : « Entre juillet et la fin de l’année 2012, j’ai passé beaucoup de temps sur le dossier alsacien. À l’époque, l’Alsace (c’est-à-dire Philippe Richert) avait demandé l’organisation d’un référendum, et rien d’autre : nous y avons bien sûr fait droit, mais ce référendum a donné le résultat que vous savez », a expliqué la Ministre de la décentralisation Marylise Lebranchu à l’Assemblée le 20 février 2015.

Le fiasco du référendum !

Vint la campagne en faveur du référendum : elle fut calamiteuse. Effrayé à l’idée de déplaire à Paris et de s’attirer les foudres des jacobins, Philippe Richert refusa de jouer la carte de l’Alsace contre Paris et resta toujours dans le vague sur les possibilités émancipatrices et les nouvelles perspectives qu’offrait cette réforme. Il se contenta d’axer sa campagne sur les « simplifications administratives » et les « économies d’échelles » en moulinant des formules creuses. Jamais il ne prononça le mot d’autonomie ! Du coup, le projet manquant de transparence, il en résulta une certaine incompréhension. Le résultat fut le terrible gâchis que l’on sait[1] ! A Paris, les jacobins à l’affût purent alors sauter sur l’occasion pour imposer la fusion de l’Alsace et de la Lorraine.

Grosse boulette de Philippe Richert !

A peine le projet gouvernemental de fusion avec la Lorraine connu, Philippe Richert, qui quelques mois auparavant avait défendu une « Alsace unie et plus forte », se plia immédiatement aux injonctions de Paris. En catimini, sans en référer à personne, il alla se précipiter dans les bras de son homologue lorrain Jean-Pierre Masseret pour étudier avec lui, « au sommet » bien sûr, le rapprochement de la Lorraine et de l’Alsace. Mais, pas de chance, le journal Le Monde du 22 avril 2014 ébruita l’affaire ! Pris en défaut, le socialiste lorrain Jean-Pierre Masseret le premier se mit à table : « La Lorraine est prête à dépasser les clivages politiques (…) avec Philippe Richert président UMP de la région Alsace, nous sommes prêts à mettre en œuvre des expérimentations », expliqua-t-il. La manœuvre d’approche de Richert fit donc chou blanc et, même dans son camp, on cria à la trahison ! Gêné, il va alors évoquer timidement des « synergies » et des « convergences » entre ces deux régions. Et ce fut un nouveau mauvais message adressé à Paris où le gouvernement interpréta son attitude comme l’acceptation de la fusion avec la Lorraine.

Plus grave encore : la résignation affichée côté alsacien eut alors pour conséquence d’inciter le gouvernement – confronté à l’hostilité des Picards au mariage avec la Champagne-Ardenne – à élargir le projet de fusion initiale de l’Alsace et de la Lorraine à la Champagne-Ardenne dont il ne savait que faire. C’est ainsi que nous devons probablement à l’inconséquence de Philippe Richert cette usine à gaz qu’est la méga région ALCA grande comme près de 2 fois la Belgique et qui finira inévitablement par engloutir l’Alsace (le Conseil régional de l’ALCA comptera 169 élus dont seulement 60 pour l’Alsace).

Autre erreur tactique !

En Alsace, cette méga Région allant de Nogent en Haute-Marne jusqu’au Rhin et de la Belgique aux portes de Paris, fit immédiatement l’unanimité contre elle. Et ce fut une levée de boucliers générale… même de la part des élus UMP qui furent eux aussi vent debout contre ce qui apparaissait à tous comme une aberration… e Schnapsidee von unsere pariser Jakobiner ! D’ailleurs, elle ne permettait ni économie, ni démocratie de proximité ! Le maire de Mulhouse lança même une pétition teintée d’autonomisme – titrée « L’Alsace reprend son destin en main » – demandant que « L’Alsace reste seule » et qui, en quelques semaines, recueillera plus de 60 000 signatures. De leur côté, les deux Conseils départementaux et le Conseil régional votèrent à 96% une motion contre cette fusion et le retour du Conseil unique d’Alsace. Et la colère continuait d’enfler.

Craignant de n’être pas de taille pour jouer le chef d’orchestre dans ce Grand-Est couvrant 57 000 km2, pour garder la main et éviter une révolte de ses troupes, Philippe Richert opéra une nouvelle volte-face : il rejetait cette fois catégoriquement toute idée de fusion ! Ainsi, le 28 août 2014, très offensif, il déclarait dans les DNA : « La fusion Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne est tout simplement inacceptable (…) Le Conseil d’Alsace est la seule réponse possible (…) Si l’Alsace parle d’une voix claire et encore plus forte, le gouvernement ne pourra pas ne pas l’entendre ».

Adoptant une posture de rebelle, le 11 octobre 2014, il organisa une grande manifestation de protestation place de Bordeaux à Strasbourg qui devait marquer la détermination alsacienne. Là, sur la tribune, les tenants de la droite alsacienne se succédèrent en jouant des biscotos : l’Alsace dit non à la fusion, awer jetz langt’s… ! Arriva le tour du président Richert. Avec des airs de tribun courroucé et déterminé, il fit mine de montrer les dents : « Nous croyons à une Alsace ouverte sur le Rhin (…) Le pari est réussi (les Alsaciens) ont dit oui à l’Alsace ! », lança-t-il au micro face aux 10000 manifestants enthousiastes et une forêt de rot un wiss… avant d’entonner la Marseillaise et de clore la manifestation avec un lâcher de ballons tricolores, à l’instar d’une joyeuse fête paroissiale, suscitant l’incompréhension et la désapprobation de beaucoup. Colère… mais quand même génuflexion !

Cette mise en scène grotesque, vu le contexte tendu de contestation voire de fronde, était en réalité destinée à rassurer Paris où l’on comprit dès lors que le président de l’exécutif régional, incapable de se départir de son obséquiosité et de son penchant pour l’obéissance, n’engagera pas la fronde jusqu’au bout et n’entrera pas en résistance. Et ce sera un nouveau flop !

Nouveau retournement de veste !

A partir de là, médusée par le nombre des rot un wiss brandis par la foule et le poids inattendu des autonomistes du parti Unser Land lors de la manifestation du 11 octobre, l’UMP préféra se mettre en retrait et rester dans l’expectative. Cependant, désireuse néanmoins d’exploiter le mécontentement à son profit, en décembre 2014, elle fit savoir, par la voix de Nicolas Sarkozy invité à un meeting à Mulhouse, qu’en cas de retour au pouvoir en 2017, elle annulerait purement et simplement la fusion de l’Alsace avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne.

L’indignation ne retombant point et l’UMP ne bougeant toujours pas, c’est à partir des réseaux sociaux que furent alors organisées plusieurs grandes manifestations citoyennes contre la fusion à Strasbourg, Colmar, Mulhouse et Thann. Elles réunirent des milliers de manifestants, pour la plupart jeunes, issus de toutes les couches de la population alsacienne. Les autonomistes, qui y tenaient le haut du pavé, dénonçaient l’aspect antidémocratique de la fusion programmée et réclamaient un référendum !

Placée sous la coupe de Philippe Richert, l’UMP refusa de participer à ces manifestations populaires d’une ampleur rare. Pire, le tandem Richert-Kennel n’aura de cesse de fustiger les manifestants et de dénigrer les autonomistes : « À cause de ces manifestations, nous sommes perçus à Paris comme des autonomistes. Pour certains, on est même des Allemands », dira ce dernier dans « L’Alsace » du 5 décembre 2014, avant d’ajouter : « L’Alsace n’a pas les moyens de son autonomie ». Un discours qui a du ravir Paris.

En savant équilibriste politique, Philippe Richert commença alors par amorcer un nouveau virage vers un abandon de la cause alsacienne… normal, quand on sait que, dès le 11 décembre 2014[2], il était quasiment acquis au sein de l’UMP qu’il serait investi pour prendre la tête de la liste du parti dans la région ALCA aux régionales prévues en décembre 2015 ! Ceci expliquant bien sûr cela !!! fin de la première partie de l’article, à suivre…

Bernard Wittmann

[1] Le oui l’emporta pourtant de 58%. Mais l’imposition d’une participation minimale de 25% des inscrits et l’obligation de la victoire du oui dans les deux départements, firent échouer le référendum.

[2] DNA du 11.12.2014 – « Qui pour prendre la tête de la liste UMP aux prochaines régionales ? »

Quelle : hewwemi.net

Le Parlement français supprime définitivement la région Alsace

Posted on décembre 17th, 2014 by Klapperstein

Réforme territoriale Le Parlement adopte définitivement la carte de France à 13 régions

Le Parlement a adopté définitivement par un ultime vote de l’Assemblée la nouvelle carte de France à 13 régions malgré la colère toujours véhémente des UMP alsaciens contre la fusion de leur région avec Champagne-Ardenne et Lorraine.
Cette réforme, qui entrera en vigueur début 2016, a été voulue par François Hollande dans le but de redessiner la France pour plusieurs décennies avec des régions de «taille européenne» et moteurs du développement économique.
Dans un ultime vote, les députés ont adopté le texte par 95 voix pour, 56 contre et 11 abstentions. Le Front de gauche, les radicaux de gauche, les écologistes, l’UMP et l’UDI ont voté majoritairement contre «des regroupements forcés» alors que les socialistes ont voté pour.
Après six mois de débat et trois lectures dans chaque chambre, c’est donc la vision du groupe socialiste à l’Assemblée qui s’est imposée là où le gouvernement avait proposé 14 régions et où le Sénat en voulait 15 au lieu des 22 actuelles.
Si elle n’est pas «parfaite», cette carte «a sa cohérence», s’est félicité le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, qui y voit «un message d’espoir pour ceux qui croient en la nécessité des réformes».
La nouvelle carte fusionne l’Alsace avec la Lorraine et Champagne-Ardenne, le Nord-Pas-de-Calais avec la Picardie, et Midi-Pyrénées avec Languedoc-Roussillon, trois fusions contestées, surtout la première. Les autres regroupements ont été moins polémiques (Poitou-Charentes avec Limousin et Aquitaine, Bourgogne et Franche-Comté, Rhône-Alpes avec Auvergne), voire enthousiastes (les deux Normandie).
Cette réforme suscite toujours une vive opposition en Alsace: à quatre reprises depuis la mi-octobre, des manifestations ont rassemblé plusieurs milliers de personnes, inquiètes pour la préservation de leur identité régionale. Et, selon le quotidien L’Alsace, une quinzaine de communes ont même suivi mardi l’appel du président du conseil général du Haut-Rhin à faire sonner les cloches ou la sirène des pompiers à 18 heures…
«Les socialistes n’ont jamais aimé l’Alsace», a encore tempêté mercredi l’UMP Eric Straumann, provoquant la colère d’Armand Jung (PS), pour qui «personne n’a le monopole de l’Alsace».
Les parlementaires UMP vont déposer dès jeudi un recours devant le Conseil constitutionnel, arguant «qu’on ne peut pas toucher au périmètre d’une collectivité territoriale sans avoir préalablement consulté cette collectivité».
Seule consolation pour les Alsaciens: Strasbourg a déjà été désignée comme le siège de la future préfecture de région alors que pour les autres régions, le «chef-lieu» sera désigné par décret après avis de l’assemblée de la nouvelle région.

Après la carte, la réforme des compétences

Le texte modifie aussi le mécanisme pour permettre à un département de changer de région en abrogeant la condition du référendum local.
Ce «droit d’option» sera permis entre 2016 et 2019. Mais ce changement de région devra obtenir l’aval des deux conseils régionaux concernés, ainsi que du conseil départemental à une majorité des trois cinquièmes.
Ce seuil de 60% a été critiqué comme un «verrou législatif» par les écologistes comme les députés bretons qui, sur tous les bancs, rêvent d’une «réunification de la Bretagne à cinq départements» en y incluant la Loire-Atlantique, actuellement au sein des Pays-de-la-Loire.
Le texte repousse enfin les élections régionales de mars à décembre 2015, les départementales restant fixées en mars.
Mais les parlementaires sont loin d’en avoir fini avec le chantier de la réforme territoriale. Le Sénat a entamé cette semaine le débat sur l’autre volet, celui de la refonte des compétences des régions et des départements, plus technique mais qui promet d’être tout aussi polémique.
Le gouvernement voudrait réserver aux régions le développement économique et aux départements la solidarité sociale et territoriale. La réforme transfèrerait aux régions la gestion des collèges, du transport scolaire, des routes et ports départementaux.
Mais il n’est plus question de supprimer tous les conseils départementaux à l’horizon 2020 comme initialement envisagé par François Hollande.
Le gouvernement veut aussi une restructuration des intercommunalités d’ici fin 2017, avec un seuil minimal qui passerait de 5.000 habitants à 20.000 pour chacune, moyennant de la souplesse en zone peu dense (montagne…).
Au total, le secrétaire d’Etat à la Décentralisation, André Vallini, espère de la réforme territoriale «5 à 10% d’économies en dix ans».

Quelle : L’Alsace

Sprachpolitik : die Republik wird sich niemals verändern

Posted on juillet 26th, 2014 by Klapperstein

Quelle : Land un Sproch ( 07/ 2014)

______________________________________________

Jacques-Pierre Gougeon, le nouveau recteur de l’Académie vun Strossburi, était sensé être bien plus favorable à l’enseignement de la langue allemande en Alsace que son prédécesseur. C’est pourtant manifestement loin d’en être le cas.

Tant que l’enseignement en Alsace dépendra de Paris et non pas des Alsaciens eux-mêmes, une renaissance de notre langue à travers une politique scolaire volontariste demeurera on ne peut plus hypothétique.

Nous rappelons que pour pouvoir renaître de ses cendres auprès des jeunes générations et avoir la place qui devrait être la sienne dans la société alsacienne, unsri Muttersproch a indispensablement besoin de deux choses : d’un enseignement scolaire précoce et continu, et d’être reconnu comme langue co-officielle en Alsace avec toutes les conséquences pratiques que cela implique. UH

Neue zweisprachige Klassen ab September

Posted on avril 15th, 2014 by Klapperstein

Presserundschau Neue zweisprachige Klassen ab September

Anläßlich eines Besuchs dreier zweisprachigen Klassen in Zabern am Freitag hat Rektor Jean-Pierre Gougeon die Eröffnung von 63 neuen zweisprachigen Klassen im Elsaß ab dem kommenden September angekündigt.

Quelle : Hytt Morje

Verbundenen Artikel : Unsere Sprache, unser Recht

Freie Bildungswahl und Zweiprachigkeit

Freie Bildungswahl und Zweiprachigkeit

Posted on mars 5th, 2014 by Klapperstein

Webrundschau Bilinguisme : 60 sections paritaires de plus en 2014

Le recteur Jacques-Pierre Gougeon croit à la vertu du bilinguisme paritaire : la rentrée 2014 verra l’ouverture d’une soixantaine de classes ou sections, soit un peu plus que l’an dernier. Désormais, l’académie en comptera plus de 1 000.

– Vous êtes en Alsace depuis un peu plus de six mois. Dans quel état d’esprit êtes-vous ?

– Je suis passionné par la richesse du patrimoine, je sens l’histoire particulière, torturée parfois, de l’Alsace. Je savais qu’il y avait ici un rapport particulier à la langue – je suis germaniste –, mais je découvre sur place le côté émotionnel du débat. En gérant cela, on touche à autre chose qu’une ouverture de classe ou un recrutement d’enseignant, on est dans l’identité profonde. Mais je persiste et signe : je considère qu’une éducation bilingue paritaire est une vraie richesse.

– Vous aviez exprimé cela aux assises du bilinguisme : le constatera-t-on dès la rentrée ?

– Je vais ouvrir à la rentrée 2014 une soixantaine de classes ou de sections d’enseignement bilingue paritaire dans le premier degré. Pour la première fois, on dépassera donc dans l’académie les 1 000 classes ou sections. Cela fera un bond ! Mais c’est parce que je suis convaincu que c’est une force.

Je vais veiller à de vraies filières consolidées. Et je réfléchis aussi à pousser le bilinguisme dans l’enseignement professionnel, avec l’idée d’ouvrir un ou deux Abibac Pro, si possible, à la rentrée 2015. Par ailleurs, là où des promesses ont été faites par l’État puis mises en sommeil, on les réalisera.

Par exemple, à Seppois-le-Bas où il y a débat, si le chiffre d’une dizaine d’élèves se confirme, on ouvrira la classe de 6e bilingue.

– Vous avez cette marge de manœuvre ?

– Je constate qu’avec l’État déconcentré, un recteur a des marges de manœuvre. Ici, l’Éducation, y compris l’enseignement supérieur, c’est 60 % des dépenses de l’État, soit 1,7 milliard. Le recteur d’académie a plusieurs missions. Il est « patron » de 24 500 fonctionnaires. Il doit aussi veiller à être en adéquation avec les territoires et leur histoire, et ici, le fait régional est très affirmé. Je suis très sensible à la double culture d’ici.

– Quels sont vos contacts avec les élus ? Avez-vous été vu comme un envoyé du Premier ministre dont vous avez été conseiller spécial ?

– Personne ne me l’a dit, évidemment. J’imagine très bien que certains l’aient pensé. Mais je pense avoir une approche non partisane de la fonction. Je cherche l’intérêt général.

J’ai reçu tous les grands élus individuellement. C’est aussi mon rôle. Ils ont la légitimité de l’élection, moi celle du Conseil des ministres qui m’a nommé. Ici, le partenariat fonctionne bien entre les collectivités et l’État en matière d’éducation. Les élus sont très attachés à l’investissement dans la formation. C’est aussi lié à la double culture : la reconnaissance de l’État et l’importance du fait régional.

– Autre spécificité : la religion dans l’école. Comment vous situez-vous ?

– Le concordat et le statut scolaire local ont été protégés par le Conseil constitutionnel. C’est la loi, et cela ne me pose pas de problème, puisque c’est compatible avec la République. L’histoire religieuse de l’Alsace est une richesse et fait partie du patrimoine. Peut-être faut-il regarder de près la formulation en matière d’inscription au cours de religion, pour que ceux qui ne souhaitent pas que leur enfant y participe ne soient pas stigmatisés. Mais le cadre est fixé, les Alsaciens y sont attachés, et ce n’est pas incompatible avec l’esprit laïque de l’école.

– Vous parliez des enseignants. Certains s’interrogent, sont inquiets; quelques-uns sont réservés sur le bilinguisme ou la religion…

– Par rapport à d’autres ministères, l’Éducation nationale est choyée : on crée des postes. Mais les métiers d’enseignant ou de chef d’établissement sont devenus très difficiles. Beaucoup se donnent à fond, je l’ai constaté. Sur le bilinguisme, j’ai eu un débat avec des syndicats et des fédérations de parents. Je leur ai dit que c’était une richesse, que de nombreux emplois sont ici liés à la pratique de l’allemand, et que ce n’est pas parce que je favorise le bilinguisme franco-allemand que le reste est délaissé.

Quelle : apepe.fr

________________________________________________

Jacques-Pierre Gougeon, le nouveau recteur de l’Académie vun Strossburi, semble bien plus favorable au bilinguisme scolaire que son prédécesseur, et le bilinguisme paritaire poursuit sa timide progression in unserer Heimet.

Cependant, la liberté étant préférable au despotisme, fut-il pour le coup quelque peu éclairé, nous revendiquons la liberté scolaire à travers le chèque-éducation, c’est à dire l’obligation pour l’État de financer les écoles associatives ou privés de la même manière (à hauteur égale) qu’il finance les écoles publiques. Seul ce système pourrait actuellement généraliser l’enseignement bilingue sur le mode des écoles ABCM, qui inclut également l’enseignement précoce de l’Elsasserditsch.

Pour pouvoir renaître de ses cendres auprès des jeunes générations, unsri Muttersproch a indispensablement besoin de deux choses : d’être reconnu comme langue co-officielle en Alsace avec toutes les conséquences pratiques que cela implique,  et d’un enseignement scolaire précoce et continu. UH

Wo ein Wille ist, ist ein Weg

Posted on février 22nd, 2014 by Klapperstein

Presserundschau Mülhausen beschließt Sprachencharta

Nach der Stadt Zabern im Unterelsaß hat sich nun Mülhausen durch ein Votum des Stadtrats als erste elsässische Großstadt zur Zweisprachigkeit verpflichtet. Allein die FN-Ratsmitglieder stimmten dagegen.

Quelle : Hytt morje

Zabern verpflichtet sich zur Zweisprachigkeit

Posted on février 14th, 2014 by Klapperstein

Presserundschau Záwere verpflichtet sich züer Zweisprochigkeit

D’r Záwerer G’meinderát hett mit großer Mehrheit e Antraa verábschiedt, durich den d’ unterelsassischi Kreisstadt sich dezüe verpflichtet, d’ Europäischi Charta fer Regional- un Minderheitesproche uf lokaler Ewene durichzüefüehre. Konkret heißt diß u.a., aß d’ Záwerer Büerjer sich in Züekunft in ihre Beziehunge züer Stadtverwaltung äu vun d’r ditsche Landessproch bzw. vun d’r elsassische Mundart tüen bediene köenne.

«Langi Zitt hett d’r [franzöesche] Staat in d’r Sách nix gmácht, daher han m’r uns gedenkt, aß m’r uf lokaler Ewene mit güetem Beispiel vorángehn solle», so Büerjermeischter Stephane Leyenberger (UMP). Bis Johresend solle alli Formuláre in ditscher Sproch (Hochditsch) verfüegbar syn un d’ G’meinderäte düerfe nun äu uf Deutsch by de G’meinderátssitzunge redde. Ditschkurse wäre de Stadtbeámte, die ‘s wüensche, ángebote.

Quelle : Hytt morje

Unsere Sprache, unser Recht

Posted on janvier 23rd, 2014 by Klapperstein

Les discussions sur la ratification de la charte européenne des langues régionales sont actuellement en cours dans les palais parisiens. Cette charte a été signé en 1999 par le gouvernement Jospin, mais les subtilités du bon fonctionnement des institutions républicaines ont dissuadé Lionel Jospin de tenter de la ratifier. Il faut savoir que par le bon vouloir et l’arbitraire des hauts fonctionnaires du Conseil Constitutionnel (ils sont appelés sages par les médias), une loi ne doit plus seulement obtenir  50% des voix des députés et sénateurs pour être adopté, mais 60%. C’est la raison pour laquelle la ratification pourrait encore être repoussé aux calandres républicaines, une majorité à 60% faisant souvent défaut au pouvoir en place.

Le texte discuté est pourtant minimaliste, puisqu’il ne contient que 39 (un nombre d’au moins 35 sont obligatoires) mesures sur les 98 de la charte.

Nous rappelons également que la signature et la ratification de chartes internationales est un procéder fortement douteux, notamment parce qu’il place les peuples et les processus démocratiques dans une situation de passivité et d’assistanat. Les minorités suisses n’ont pas besoin de charte européenne et droits-de-l’hommiste pour défendre leurs libertés collectives, une véritable démocratie (fédéralisme et démocratie directe) leur suffit amplement. Et c’est aussi ce dont nous avons avant tout besoin.

Ci-dessous un article des DNA sur la proposition de loi constitutionnelle permettant de ratifier la charte européenne des langues régionales. UH

_______________________________________________________

Presserundschau La charte des langues régionales ressort du tiroir

L’Assemblée ouvre aujourd’hui le débat sur la proposition de loi constitutionnelle permettant de ratifier la charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Les députés alsaciens semblent tous sur la même ligne pour débloquer ce dossier.

C’est un parcours d’obstacles que commence aujourd’hui la très courte «proposition de loi constitutionnelle autorisant la ratification de la charte européenne des langues régionales ou minoritaires ». Son rapporteur, le député Jean-Jacques Urvoas (PS, Finistère), a trouvé l’unanimité à la commission des lois. Il espère une très large majorité à l’Assemblée qui en débattra aujourd’hui et vendredi.

« Un outil fantastique pour […] la langue régionale »

Il ne suffit pas, en effet, que le texte soit adopté. Pour qu’il entre dans la Constitution sous le nom d’Article 53-3, il y a en effet deux longs chemins possibles :

- soit il reste « proposition de loi constitutionnelle » et doit être adopté au Sénat puis par référendum;

- soit le gouvernement en fait un « projet de loi » et le fait adopter au Sénat puis par le Congrès réuni à Versailles à la majorité des 3/5e.

C’est cette seconde voie que préfère le gouvernement qui n’a aucune envie d’organiser un référendum. Le débat de cette semaine et le vote qui suivra constituent donc « un tour de chauffe » : il s’agit de compter les députés favorables à la ratification.

La représentation alsacienne ne devrait pas se diviser là-dessus. À gauche, le député Armand Jung, porte-parole du groupe PS dans ce débat, et son collègue Philippe Bies sont cosignataires de la proposition.

À droite et au centre, les DNA ont accueilli samedi une tribune rédigée par Patrick Hetzel et signée par onze des douze autres députés UMP et UDI – le 12e n’ayant pu être joint à temps, précisent les rédacteurs. Le texte le dit clairement : « Nous sommes en faveur de la ratification de la charte […] Ce sera un outil fantastique pour amplifier la dynamique enclenchée autour de la langue régionale d’une part et du bilinguisme d’autre part ».

Pour autant, un autre clivage pourrait apparaître dans le débat.

Il s’agit d’accepter ou non les deux petits alinéas qui, dans le texte, en encadrent l’interprétation : ils écartent tous « droits collectifs aux locuteurs » et rappellent la règle du français seul comme langue dans les relations administration – administrés.

La co-officialité écartée par le texte lui-même

Écrits pour rassurer le juge constitutionnel, ces garde-fous reprennent des éléments de la « déclaration interprétative » que la France avait jointe en 1999 à sa signature. Ils choquent certaines associations qui les estiment dangereuses. Cette approche s’oppose aussi à la co-officialité des langues que réclame, par exemple, l’Assemblée de Corse. Mais les élus alsaciens, plutôt pragmatiques, n’en font pas un casus belli.

« Je me battrai pour que ces réserves soient supprimées, explique Patrick Hetzel, mais si on n’y arrive pas, je voterai quand même le texte. Sur ce dossier, je suis en phase avec Armand Jung : il faut absolument avancer… »

Éclairage : pourquoi 22 ans après ?

La charte européenne des langues régionales ou minoritaires est un traité élaboré par le Conseil de l’Europe et proposé à ses États-membres. Bouclée en 1992 à Strasbourg, elle se présente comme une liste de mesures souhaitables pour ces langues : dans l’école, la justice, les médias, les services publics, la culture, la vie économique et sociale, etc. C’est une charte « à géométrie variable » : chaque État doit choisir au moins 35 des 98 mesures dont un noyau dur obligatoire, et ceci langue par langue. L’objectif est de permettre à ces langues de vivre sans subir de discriminations, dans l’esprit de la convention européenne des droits de l’homme.

La charte a été progressivement signée par 33 États dont 25 l’ont ratifiée. Elle a commencé à s’appliquer à la 5e ratification en 1998. La France l’a, après avoir beaucoup hésité, signée en 1999 sous le gouvernement Jospin, mais ne l’a toujours pas ratifiée.

De fait, le Conseil d’État, saisi pour avis en 1996, avait déjà dit ses réticences. Surtout, le Conseil constitutionnel, saisi par le président Jacques Chirac en 1999, avait estimé qu’il était impossible de la faire entrer dans le droit français sans modifier la Constitution. Il pointait la contradiction avec le premier alinéa de son article 2 («La langue de la République est le français ») et jugeait que la charte aurait « porté atteinte aux principes constitutionnels d’indivisibilité de la République, d’égalité devant la loi et d’unicité du peuple français ».

Pour la ratifier malgré tout – ce qu’a promis le candidat François Hollande, début 2012 –, il faut donc soit modifier la Constitution sur ces points, soit y intégrer un article « sur mesure », permettant de ratifier la charte. C’est cette seconde approche qui a été choisie et qui débute aujourd’hui à l’Assemblée.

Militants du bilinguisme

Les partis et associations militant pour le bilinguisme en Alsace sont, en toute logique, favorables à la ratification de la charte. Ils la revendiquent d’ailleurs depuis des années.

C’est le cas de Culture et bilinguisme d’Alsace et de Moselle (René-Schickele-Gesellschaft). Mais avec la plate-forme d’associations ELEN-EBLUL France,l’association demande qu’aucune réserve ne vienne compléter le texte autorisant la France à ratifier la charte. « Ces dispositions ne feraient que renforcer la marginalisation et la disparition à terme des langues régionales dans la vie sociale et iraient à l’encontre des objectifs de la charte européenne », écrit cette plate-forme.

Le parti Unser Land , lui, veut aller jusqu’à la co-officialité. Il s’étonne que la France, « qui soutient la co-officialité du français au Canada, en Belgique, en Suisse ou en Italie, ne l’admette pas pour ses propres langues régionales ». Il estime que c’est « avancer à reculons » qu’accepter les clauses interprétatives proposées par le texte.

Le Comité fédéral des associations pour la langue et la culture régionales en Alsace et en Moselle , quant à lui, a toujours plaidé pour la ratification de la charte. Il a contacté tous les parlementaires pour les inciter à voter le texte. Plutôt que les réserves, il propose d’y inclure la phrase suivante : « La République encourage l’usage des langues régionales de France et ne s’oppose pas à leur utilisation à titre complémentaire par les services publics ».

Quelle : DNA 22 janvier 2014

MENU

M'R EMPFHELE

Copyright © 2009 Unsri Heimet. Theme par THAT Agency propulsé par WordPress.