3.0.1" />
Unsri Heimet

Unsri Heimet – do sin m'r d'heim ! Das Elsass, unsri Heimet !

Französische Lügenpresse am Werk im Elsaß

Posted on février 22nd, 2015 by Klapperstein

Die letzte Sendung «La Voix est libre» des staatlichen französischen Fernsehsenders France 3 im Elsaß war beinahe eine Karikatur dessen, wie die französische Lügenpresse seit Jahrzehnten in Elsaß-Lothringen wirkt.

Angesichts der bevorstehenden Bezirkstagswahlen, wo die 2010 gegründete elsässisch-autonomistische Partei Unser Land – Nachfolgerin der 1988 gegründeten Elsässischen Volksunion) – in 22 von 40 Kantonen kandidieren wird, fragt die Moderatorin der Sendung, Géraldine Dreyer, apriori rein rethorisch: «Wer ist Unser Land? Wo stellt man sie auf dem politischen Spielfeld?» So weit so gut, die objektiv erwartete Antwort wäre in etwa gewesen: «Es ist eine elsässisch-autonomistische Partei, die sich ansonsten zwischen mitte links und mitte rechts positionieren läßt.»

Für Edouard Cousin, der das Büro der französischen Tageszeitung L’Alsace in Mülhausen leitet und anscheinend nicht die geringste Ahnung über das politische Leben im Elsaß hat, «ist [es] schwierig zu sagen… Unser Land, also spricht man Ökologie, Zentrismus… Das ist der Kern von Unser Land, aber gleichzeitig stellt man fest, daß sie nun auch regionalistische Standpunkte vertritt, die bisher von der Front National von [Patrick] Binder vertreten waren, zum Beispiel, somit ist es nicht leicht zu definieren, wer diese Leute sind. Dann, ob diese Bewegung die kommenden Wahlen überleben wird… nichts ist weniger sicher.»

Nein, es ist kein Scherz… Er hat das wirklich gesagt… Er hat wirklich so getan, als würde er das wirklich meinen. Nicht einmal ironisch! Er scheint wirklich plötzlich zu entdecken, daß eine Partei, die einen deutschen Namen – Unser Land – trägt und sich selber als elsässisch-autonomistisch bezeichnet, «regionalistisch» ist. Natürlich ist sie das nicht, sondern sie ist eben «autonomistisch»… aber da dieses Wort die Franzosen und elsässischen Französlinge irgendwie erschreckt, benutzen sie lieber das verniedlichende Wort «regionalistisch» dafür.

Im Klaren, entweder hat er überhaupt keine Information über Unser Land – was ein Armutszeugnis für einen Journalisten darstellt, oder er lügt einfach… genauso wie sein in Straßburg wirkender Kollege Michel Arnould, der mich im März 2011 – als ich bei den Bezirkstagswahlen im Kanton Illkirch-Grafenstaden kandidierte – interviewte und danach einfach dreist Äußerungen als die meinigen veröffentlichte, die ich freilich niemals getätigt hatte! So weit für die journalistische Deontologie dieser Schreiblinge…

Sein Kollege Pierre France von Rue89 Strasbourg – sein Familienname verrät ja gleich, wofür er steht… – stellt sich ein ganz bißchen weniger dumm an: «Es ist eine Bewegung, die sich durch einen kleinen gemeinsamen Nenner definiert; es ist eine Bewegung, die den Pariser Zentralismus ablehnt; es ist eine Bewegung, die die Reform [der Regionengrenzen] ablehnt; es ist eine Bewegung der Abschottung, man muß es sagen, und es ist eine Bewegung, auf der die bürgerlichen Mandatare im Elsaß gesurft haben und ihr ein Ausmaß gegeben haben, das sie nicht hatte und dessen sie niemals geträumt hatte, so ist es. Also nun freilich, so lange sie in der Opposition sind, werden sie ein bißchen Widerhall finden; falls sie aber [ein Amt ausüben] würden, wäre es gleich vorbei, denn Identität ist kein Programm.»

Wo hat er bitte schön gesehen oder geträumt, daß Unser Land eine Bewegung der Abschottung ist? Zu seiner Information verdankt Unser Land den aktuellen Rückenwind nicht der elsässischen Filiale der UMP sondern eher der französischen sozialistischen Regierung, die die elsässische Bevölkerung ohne Not mutwillig brüskiert hat. Ferner ist es keinesfalls bewiesen, daß Frau Münchenbach oder Herr Trouillet schlechter wären, als die anderen Mandatare der SP oder der UMP. Frau Münchenbach vertrat schon mal den Kanton Schiltigheim im Bezirkstag und tat ihre Sache auch nicht schlechter als die anderen.

Schließlich hat Unser Land wohl ein Programm, das sich nicht nur mit der elsässischen Identität befaßt. Ein Journalist, der diese Bezeichnung verdienen würde, hätte sich im voraus informiert, statt einfach einen Quatsch zu behaupten. Für solche Desinformation gibt es in der Tat nur ein Wort: Lügenpresse!

Karl Goschescheck

Quelle : Hytt Morje

Elections départementales : rendons le pouvoir au peuple alsacien !

Posted on février 21st, 2015 by Klapperstein

Ce lundi soir a eu lieu la clôture des inscriptions aux prochaines élections départementales. A l’heure actuelle, Unser Land est, par le nombre de candidats, la troisième force politique d’Alsace, devant le PS, EELV, le Front de Gauche et l’UDI. C’est également un moment historique, puisque jamais un parti autonomiste alsacien n’avait réussi à présenter autant de candidats à une élection.

Nous constatons que nombre de cadres du parti socialiste n’ont pas eu le courage de se présenter à ces élections départementales et d’assumer leurs positions. Il est vrai qu’il est plus confortable de cautionner les diktats du gouvernement assis derrière un bureau que d’affronter la réalité de terrain et le suffrage du peuple alsacien…

En ces heures sombres, des dizaines de citoyens alsaciens ont décidé de se présenter à ces élections départementales sous la bannière d’Unser Land. Ils offriront ainsi à leur concitoyens une alternative à la peste jacobine et au choléra centraliste portés par les partis parisiens UMP-PS-FN-Front de Gauche et autres…

Faut-il rappeler que la réforme territoriale qui prévoit la suppression de l’Alsace a été initiée par l’UMP sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy (rapport Balladur), a été mise en œuvre par le PS sous le quinquennat de François Hollande, avec la complicité du Front de Gauche et du FN.

Nos candidats ont tous un point commun : leur sincérité, leur courage et leur fidélité à l’Alsace. Ils ont tous un seul objectif : infliger une défaite cuisante à cette classe politique qui a trahi le peuple alsacien et contraindre ainsi l’Etat à revenir sur cette réforme funeste.

Nous ferons de ces élections le référendum que le gouvernement a refusé aux Alsaciens.

Grâce à un afflux massif de membres et fort de sa légitimité, Unser Land présentera des candidats dans 22 cantons et sera ainsi présent dans la moitié des cantons alsaciens :

Candidats Unser Land

1. Canton de Bouxwiller
Candidats : Raphael MULLER, Josephine STENGER
Suppléants: Clement SCHMITT, Jeannine MITTELHAUSER

2. Canton de Brumath :
Candidats : Jean Luc LEBER, Véronique KOESSLER
Suppléants: Alexandre WILD, Ginette GODENIR

3. Canton d’Erstein:
Candidats : Remy BERSON, Audrey WOLFF
Suppléants: Fabrice HEYD, Lydia LANDESHAUPT

4. Canton de Haguenau:
Candidats : Nicolas UNDREINER, Sylvie HINCKER
Suppléants: Sébastien GUNTHER, Nathalie KISTER

5. Canton d’Illkirch
Candidats : Alexandre SPINNER et Elisabeth GAUCHER
Suppléants: Jean-Clause HUSER et Solène De GAIL

6. Canton d’Ingwiller
Candidats : Sébastien BALTZER, Anastasie LEIPP
Suppléants: Denis LIEB, Lena DECKER

7. Canton de Molsheim:
Candidats : Benoît SEILLER, Jeanine PLAISANT
Suppléants: Pierre PERESSON, Francine KASMI

8. Canton d’Obernai :
Candidats : Martin MEYER, Nadège KARCHER
Suppléants: Lucien BALTZER, Anne SCHADT

9. Canton de Saverne:
Candidats : Jean Marie LORBER, Christiane STAMM
Suppléants: Jean FAIVRE, Pierrette WITZ

10. Canton de Schiltigheim :
Candidats : Andree MUNCHENBACH, Hervé BEGEOT
Suppléants: ENGELHARDT Josiane, Pierre PFOST

11. Canton de Strasbourg 3:
Candidats : Amine SOUFI, Emeline PASSELEGUE
Suppléants: Marcel LOUVET, Nadia SOUFI

12. Canton de Strasbourg 2 :
Candidats : Quentin Malherbe, Stéphanie Karmann
Suppléants: Jean-Claude Hiegel, Yolande Barthel

13. Canton de Wissembourg :
Candidats : Jean Philippe ZIEGLER, Christiane MAITRE
Suppléants: Bruno JACKY, Christine PHILIPPS

14. Canton de Colmar-Ouest :
Candidats : Gérard CRONENBERGER, Nadia HOOG
Suppléants: Richard WEISS, Marie Therese BATT

15. Canton d’Ensisheim :
Candidats : Daniel LOEWERT, Sandrine DIEMUNSCH
Suppléants: Jean-Marc KNIEBIHLER, Simone WURCH

16. Canton de Guebwiller:
Candidats : Lionel EGLOFF, Caroline ANQUEZ
Suppléants: Denis PIECZYNSKI, Marie Hélène ANQUEZ

17. Canton de Kingersheim
Candidats : Alexis HOTTLER, Céline WIRA
Suppléants: Thierry SCHOENENWALD-ELERT, Sonia WEISS

18. Canton de Saint-Louis:
Candidats : Hervé OTT, Huguette OTT
Suppléants: Joël KLEIBER, VIAN Elisabetta

19. Canton de Wintzenheim :
Candidats : Jean-Georges TROUILLET, Gabrielle GERBER
Suppléants: Henri SCHERB, Nicole KUENTZ

20. Canton de Wittenheim
Candidats : Dominique WURCH, Ghislaine ROUGE DIT GAILLARD
Suppléants: Laurent ROTH, Fabienne KUPFER

Cantons où Unser Land a conclu une alliance :

21. Canton de Bischwiller
Candidats : Michel LORENTZ, Michèle MULLER
Suppléants: Eric CLAUSS, Gaby HARTMANN (Unser Land)

22. Canton de Masevaux :
Candidats : Paul MUMBACH, Claire FREITAG
Suppléants: Daniel WILLME (Unser Land), Genevieve HOFFSTETTER

Canton où Unser Land soutient des candidats:

23. Canton d’Altkirch

Candidats: Olivier BOULE, Catherine DAHMANNE
Suppléants: Denis ALBISSER, Huguette FRANÇON

Quelle : Unser Land

Philippe Richert : « Je sais respecter mes engagements ! »

Le président de la Région Alsace, qui avait disparu des écrans radar après la manif du 11 octobre dernier, revient comme tête de liste de l’UMP pour les futures élections régionales.

Petit rappel édifiant de ses déclarations depuis un an :

16 janvier 2014 (France 3 Lorraine) :

Fusion Alsace Lorraine : « un fantasme » pour Philippe Richert

3 juin (Tribune publiée par Philippe Richert) :

« Je suis prêt à travailler sans dogmatisme à un rapprochement de l’Alsace et de la Lorraine. »

27 août (DNA) :

« La fusion Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne est tout simplement inacceptable », car ce territoire, « plus grand que la Belgique ou la Suisse », serait celui d’«une collectivité ingérable ».

Philippe Richert envisage la création d’un « mouvement politique régional » qui dépasse les clivages et pourrait s’appeler « Passion Alsace » ou « Avenir Alsace ».

13 octobre (20 minutes)

Plus que satisfait par le rassemblement du 11 octobre à Strasbourg, le président de la région Philippe Richert a estimé que les sénateurs et députés allaient maintenant « faire leur boulot. »

Et si le mécontentement alsacien n’était pas entendu, « on peut aller plus fort », sourit-il, faisant référence aux agriculteurs qui ont déclaré pouvoir revenir avec dix fois plus de tracteurs en ville la prochaine fois s’il le faut.

« Les gens ne se rendent peut-être pas compte que c’est l’événement politique le plus grave de ces cinquante dernières années que peut connaître l’Alsace, » martèle le patron de la région, « l’Alsace va être diluée, le mot va disparaître des écrans radars. »

13 décembre (L’Alsace) :

À deux reprises hier, devant les maires du Bas-Rhin, puis devant les socio-économiques du Céser Alsace, le président du Conseil régional, Philippe Richert, s’est prononcé contre la réforme territoriale en cours. « Je suis totalement contre cette réforme qui a été adoptée malgré notre opposition. Mais comme républicain, j’appliquerai ce qu’a décidé l’Assemblée nationale. Il faudra voir comment l’Alsace pourra rester ce qu’elle est », a affirmé l’ancien ministre, en dénonçant « un débat purement politique ».

Janvier 2015 (Magazine Région Alsace) :

« Reprenons confiance en la France. Acceptons la réforme, parce que le pays en a besoin. Y compris la réforme territoriale, contre laquelle je me suis élevé. »

15 février (Ami Hebdo) :

Et Philippe Richert de conclure provisoirement mais franchement optimiste : « Une grande Région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes, ça peut faire sens et on va la construire avec tous les autres. » Et de préciser encore : « Je sais respecter mes engagements. »

Quelle : hewwemi.net

________________________________________

Non, Messieur Richert, la République Française ne mérite aucunement la confiance du peuple alsacien. Plus jamais. Faire confiance en la France, on a déjà donné. Pas une voix ne doit manquer les 22 et 29 mars aux candidats d’Unser Land. UH

«Unser Land» kandidiert in 19 Kantonen

Posted on janvier 24th, 2015 by Klapperstein

Die elsässisch-autonomistische Partei «Unser Land» hat heute nachmittag angekündigt, mindestens in neunzehn von vierzig Kantonen des Elsaß bei den kommenden Bezirkstagswahlen kandidieren zu können, und zwar in Bischweiler, Buchsweiler, Brumath, Hagenau, Ingweiler, Molsheim, Oberehnheim, Zabern, Schiltigheim, Straßburg-Kronenburg, Straßburg 5 und Weißenburg im Unterelsaß bzw. in Altkirch, Colmar-West, Gebweiler, Masmünster, Birsen (St. Louis), Winzenheim und Wittenheim im Oberelsaß.

«Die derzeitige Lage des Elsaß ist großteils der einheimischen Politiker zuzuschreiben. Es ist Zeit, daß wir mit Mandataren zählen können, die nicht mehr im Dienste der Pariser Parteien, sondern im Dienste der Elsässer sind. Das ist nur mit einer elsässischen Partei möglich», so ein Pressecommuniqué.

Quelle : Hytt Morje

Discours de Jean-Georges Trouillet, porte-parole d’Unser Land

Posted on décembre 8th, 2014 by Klapperstein

Chers amis, liewi Frind, peuple alsacien !

Ensemble, nous venons de dire non à cette fusion insensée et oui à une Alsace forte, unie et prospère.

A ce pouvoir parisien autiste, nous venons de rappeler la vérité : l’Alsace est une réalité géographique entre Rhin et Vosges, une réalité économique, mais c’est aussi un peuple qui partage en commun une histoire, une langue et une culture.

Il est vrai que, dans notre histoire, nous avons été rarement consultés sur notre avenir. Combien d’annexions, combien de larmes et de paroles de résignation.

Mais cela est maintenant du passé. Le peuple alsacien s’est levé pour dire qu’il ne veut plus être une victime mais prendre son destin en main. La solution à la crise économique, sociale, morale et identitaire que nous vivons est là. Cessons de tout attendre d’un Etat incapable et retroussons nos manches. La solution c’est nous, le peuple. Redonnons le pouvoir au peuple alsacien au lieu de lui confisquer !

Lorsque nous défendons notre région, nous pensons évidemment à nos emplois, au droit local et à tant d’autres choses. Mais au fond de nous, dans nos tripes, in unserem Harz, c’est l’Alsace, unsri Heimat, le pays de nos pères, que nous défendons. C’est qui bat dans notre cœur et qu’aucune loi n’arrivera jamais à supprimer.

Et si Paris veut nous imposer cette réforme par la force, nous transmettrons cette flamme à nos enfants. Et si nous ne verrons peut-être pas la liberté de nos propres yeux, eux la verront !

Chers amis, croyez en vous, soyez fiers d’être alsaciens. Redonnez une dignité et un avenir à l’Alsace.

Et faisons ici ensemble le serment de ne jamais baisser les bras, de ne pas déposer les armes tant que le Rot un Wiss, nos belles couleurs, ne flotteront pas sur l’hôtel de région à Strasbourg !

Discours de Jean-Georges Trouillet, porte-parole d’Unser Land, lors de la manifestation du dimanche 7 décembre 2014 à Mulhouse

Andrée Munchenbachs Rede

Posted on décembre 8th, 2014 by Klapperstein

Liewi Friend,

M’r hàn ‘s gschàfft. Immer meh Elsässr sin of de Stross! Un’s esch nitt ferti!

Nous sommes de plus en plus nombreux. Merci d’être venus. Merci de n’avoir pas eu peur, ni du froid, ni des km. Merci aux femmes et hommes politiques qui bravent les consignes de leur parti et sont avec nous aujourd’hui in Melhüse.

Les Alsaciens sont tolérants, endurants, dociles… Mais faut pas pousser ! Ils ne descendent pas souvent dans la rue.

En 1924, face au cartel des gauches, c’est la rue qui a fait respecter le Concordat.

En 1953, pendant le procès de Bordeaux. La France, qui n’avait rien compris à l’Histoire de l’Alsace, qui avait laissé faire l’annexion par les nazis et l’incorporation de force, allait condamner des Malgré-nous. Les Alsaciens se sont mobilisés. Ils ont eu gain de cause.

En 2014, le gouvernement Valls et Hollande et leur majorité à l’Assemblée Nationale veulent rayer l’Alsace de la carte et nous insultent: « Il n’y a pas de peuple alsacien » !

Si. Le peuple alsacien existe. Il est là dans la rue, à Mulhouse !

M’r sin ‘s Vollik! Nous sommes le peuple ! Et nous aurons le dernier mot.

Car la démocratie se fait dans la rue, lorsque les élus alsaciens du suffrage universel ne se font pas respecter à l’Assemblée nationale. Lorsque les députés alsaciens sont méprisés, le peuple se lève pour les soutenir et pour se faire entendre directement.

Mmes, MM les Députés et Sénateurs, quand vous défendez l’Alsace, nous sommes derrière vous, nous sommes avec vous. Mais pourquoi n’êtes-vous pas tous avec nous, avec le peuple alsacien, aujourd’hui à Mulhouse, hier à Colmar, demain à Strasbourg?

N’ayez pas peur d’être traités d’autonomistes. Regardez nos voisins européens. Les pays qui nous entourent sont tous autonomistes: la Grande Bretagne, la Belgique, l’Allemagne, la Suisse, l’Italie, l’Espagne font confiance à leurs régions, qui sont autonomes, ont leurs ressources fiscales et un vrai pouvoir. Et ils s’en portent bien!

Nos collectivités régionales sont les prestataires des services de l’Etat, des exécutants, sans pouvoir décisionnel, elles attendent docilement des dotations et crédits qui ne cessent de diminuer. Pourtant nos impôts qui sont envoyés à Paris ne cessent d’augmenter. Et malgré tout l’Etat français est en faillite, et nous avec!

Il va falloir inventer autre chose, mais pas en renforçant un système qui ne marche pas, pas en recentralisant, en ramenant vers Paris. Au contraire, il faut donner des marges de maoeuvre, de la liberté aux régions et surtout à l’Alsace. Et en les respectant!

La liberté, l’Alsace connaît ou plutôt connaissait. Nous sommes aujourd’hui dans une ancienne ville libre, dans l’ancienne Stadtrepublik Mülhausen. Je ne vous referai pas l’histoire de l’Alsace, de ses villes libres, de la Décapole, de la République de Strasbourg. Je ne reviendrai pas sur son statut d’autonomie accordé il y a 1 siècle à travers une Constitution et un Parlement par les Allemands… Ce n’est pas l’envie qui manque. Car j’aimerais que tous les Alsaciens, d’origine ou d’adoption, découvrent enfin l’Histoire vraie et forte de la terre qui les accueille, unsri Heimet. Une histoire qui nous est cachée.

Notre Histoire, nos racines, nous pouvons en être fiers. Et il n’y a pas de quoi avoir honte lorsque, à Paris, on nous traite d’Allemands ou de Boches. On peut aussi nous traiter de Suisses… Il n’y aurait pas à rougir! Nous l’avons été, par nos parents ou nos grands-parents, par notre terre, unser Land, qui en garde la mémoire. C’est inscrit dans le nom de nos villes et villages (quand ils n’ont pas été débaptisés), c’est gravé dans le marbre de nos cimetières, dans les textes – en gothique… – dans les trésors de nos archives et dans nos patronymes. C’est vivant encore dans notre culture. Nous sommes le peuple alaman de France, et nous avons avec nous ceux qui parlent encore le francique que parlaient Karl der Grosse, Charlemagne et Clovis, fondateur du Frankenreich, la France – qui eux aussi étaient boches… Nous sommes le plus européen des peuples de France et nous en sommes fiers. Nous voulons le préserver. Nous voulons sauver et transmettre notre double culture aux générations futures. Elle les ouvre à l’Europe, elle les ouvre au monde.

Nous ne voulons pas nous replier vers Paris. Nous refusons de disparaître dans la méga-région de MM. Valls et Hollande.

Pour finir:

La fin de l’année sera décisive. Nous attendons la décision de l’Assemblée nationale le 17 décembre. Nous sommes optimistes.

2015 aussi sera importante. Il y aura des élections. Et là l’Alsace n’a pas le droit à l’erreur. L’Alsace n’a rien à attendre des partis extrêmes. Souvenez-vous que les leaders de l’extrême gauche et de l’extrême droite ont débarqué en Alsace l’année dernière pour faire capoter le referendum pour le Conseil d’Alsace. Souvenez-vous qu’au Parlement Européen, les mêmes Mélenchon et Marine Le Pen ont voté contre les langues régionales. Ce sont des ultra-jacobins, ennemis de la diversité et des cultures régionales.

Nos futurs représentants devront enfin défendre vraiment l’Alsace. Plus question d’aller à l’enterrement de notre langue et de notre culture. Plus question de gommer notre Histoire. Il faut à l’Alsace des femmes et des hommes courageux et libres. Indépendants, même à l’intérieur des partis politiques nationaux, qui se partagent le pouvoir et portent alternativement la responsabilité de la faillite actuelle. Je dirai: il nous faut un parti régional pour défendre enfin notre région, en toute indépendance de Paris.

Alsaciennes, alsaciens, le sort de notre Heimet est entre nos mains. A l’appel des réseaux sociaux, soyons unis, réunissons-nous sous une même bannière – unser Fàhne de rot un wiss. Acceptons nos différences, dépassons nos préjugés. L’heure est trop grave. Il y va de la survie de notre région, de notre culture et de notre peuple. C’est un choix de société. Nous ne voulons pas d’une France uniformisée et sous contrôle.

Comme avec le Heimatbund autonomiste des années 1920, le peuple alsacien , les élus de toutes sensibilités, les syndicats, les églises, les corporations, les associations, etc. doivent faire font commun , l’union sacrée contre la con-fusion dans une méga-région qu’ici nous ne pourrons jamais désigner autrement que – pardonnez-moi, je n’aime pas être grossière, mais l’obscénité n’est pas de notre fait – A-AR-CH-LOR.

Pour nous: s’Elsass muass autonom bliewe /L’Alsace doit rester l’Alsace, devenir adulte et … autonome.

Discours d’Andrée Munchenbach à la manifestation de Mulhouse contre la fusion forcée.

Tausende Demonstranten in Mülhausen

Posted on décembre 8th, 2014 by Klapperstein

Manifestation contre la réforme territoriale Des milliers à Mulhouse

Nous sommes plus nombreux qu’à Colmar dimanche dernier et nous le serons encore plus dans quelques jours à Strasbourg »… Les militants d’« Elsassland » ont pris la tête d’un cortège coloré et bruyant, avançant parfois dans un brouillard de fumigènes rouges.

Un cortège bruyant et déterminé a traversé le centre-ville de Mulhouse.

Le cortège était impressionnant, avec sa forêt de drapeaux rouge et blanc et son escorte de motards. Plusieurs milliers de défenseurs de « Elsass frei » se sont ainsi retrouvés dans les rues de Mulhouse, une ville que l’on croyait pourtant la moins alsacienne des villes d’Alsace.

Bien sûr, le chiffre du nombre de participants diverge selon que le comptage se fait par la police ou par les organisateurs. Mais, après l’avant-garde d’une cinquantaine de motos, il y avait bien 2 500 manifestants massés derrière les banderoles.

La grosse caisse d’Elsassland a pris la tête du défilé sans jamais manquer un coup de tambour. Du bruit à la hauteur des slogans plutôt violents qui étaient repris en chœur par la foule : « Unis contre Paris », « Révolution, debout le peuple d’Alsace ! » ou encore… « La France m’a tué ».

En effet, les militants les plus durs avaient pris la tête des opérations, reléguant quasiment au dernier rang la dizaine d’élus qui avaient fait le déplacement autour de Charles Buttner, président du conseil général du Haut-Rhin. Le maire de Mulhouse Jean Rottner, pourtant ardent défenseur de la cause de l’Alsace unie, s’était fait remarquer par son absence. Le cortège l’a d’ailleurs fait savoir en s’arrêtant pendant quelques minutes, pile sous les fenêtres de son appartement.
« Non, nous ne sommes pas des autonomistes »

D’une manière générale, la charge contre les politiques était violente, si l’on en croit le commentaire de ce manifestant, Jean-Michel Ritter : « Au moins la moitié des politiques qui sont ici, on aurait aimé ne pas les voir du tout. C’est facile de venir maintenant pour chercher de l’image alors que les hommes politiques nous ont négligés, nous ont trahis. Les trois quarts des personnes n’ont plus confiance dans les politiques qui sont encartés. Nous voulons des politiques sans étiquette. »

Dans les rangs, beaucoup de manifestants avaient déjà fait la manif de Colmar et seront de la prochaine. « Et pourtant, nous ne sommes pas des autonomistes, dites-le bien », se défendaient par exemple ces trois jeunes gens, Claire, Michael et Hélène, venus en famille d’Ensisheim. « Nous sommes là, car nous défendons avec conviction l’alsacien, notre langue maternelle, celle que nous parlons depuis l’enfance et ce n’est pas pour cela que nous n’incarnons pas une Alsace moderne », défendent-ils.

À intervalles réguliers, le cortège qui serpente sans heurt dans la ville s’arrête pour que s’élèvent dans les airs les drapeaux rouge et blanc aux cris de : « On va aller jusqu’à Paris ».

Mais c’est en plein cœur de Mulhouse que la manifestation a vraiment fait sensation, passant dans la foule attirée par le marché de Noël et le premier dimanche d’ouverture des magasins. Beaucoup de ces badauds n’avaient jamais vu un tel déploiement de costumes et coiffes alsaciennes. Si bien que les manifestants ont dû faire œuvre didactique. « Nous ne voulons pas de la grande région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne. Une région est forte par sa cohérence et non par sa superficie. Mulhousiens, venez avec nous ! », ont-ils appelé.

Même les motards ont été obligés d’enlever le casque pour expliquer qu’ils voulaient « un référendum local ». Car comme l’ajoutait Pascal, venu de Colmar, « c’est l’avis du peuple qui est intéressant et pas celui des élus ».

Quelle : DNA

5.000 Demonstranten gegen Zwangsfusion in Colmar

Posted on décembre 1st, 2014 by Klapperstein

5.000 Demonstranten gegen Zwangsfusion in Colmar

Um die 5.000 Elsässer haben auf Initiative der autonomistischen Partei «Unser Land» heute nachmittag in Colmar gegen die von der französischen Regierung eingeleiteten Zwangsfusion des Elsaß mit Welsch-Lothringen und der französischen Region Champagne-Ardennes demonstriert. Die ursprünglich vorgesehene und angemeldete Demonstration war vorgestern aufgrund massiver Einschüchterung durch die französischen Präfektur im Oberelsaß annulliert und de facto verboten worden; «Unser Land» entschied dann trotzdem zu demonstrieren.

Nachdem die französische Nationalversammlung am 25. November die Zwangsfusion 277 Stimmen gegen 253 in zweiter Lesung verabschiedet hat und der Paritätische Ausschuß aus Abgeordneten und Senatoren am 28. November sich nicht einigen konnte, sollen nun Abgeordnete und Senatoren noch einmal über den Gesetzestext debattieren, worauf die Nationalversammlung – voraussichtlich um den 20. Dezember – die Zwangsfusion endgültig beschließen sollte. Nachdem das Gesetz dann von Staatspräsident François Hollande gegenzeichnet wird, erhält es Gesetzeskraft und ab 1. Jänner 2016 soll die 1982 eingeführte Teilautonomie des Elsaß der Vergangenheit angehören.

Quelle : Hytt Morje

Manifestation du 30 novembre : le bluff a échoué

Posted on novembre 29th, 2014 by Klapperstein

Face au réveil identitaire alsacien de ces dernières semaines et aux différentes manifestions qui en ont résulté, les autorités républicaines ont tenté un coup de bluff en contraignant par des procédés lamentables les organisateurs inexpérimentés de la manifestation de demain à annuler la manifestation. Leur bluff à échoué puisque le conseiller général Christian Chaton a immédiatement affirmé qu’il serait présent dimanche à Colmar quoi qu’il arrive et qu’Unser Land a pris la responsabilité de maintenir la manifestation en déclarant : « L’État a volé le droit au peuple alsacien de s’exprimer démocratiquement sur cette réforme. Rien ni personne ne nous empêchera de manifester pour faire valoir les droits du peuple alsacien. »

Suite à la déclaration d’Unser Land, les réseaux sociaux, dans un premier temps versatiles, ont immédiatement repris de plus bel leurs appels à manifester dimanche à Colmar. Comme tentative d’intimidation réussit, on a effectivement déjà vu beaucoup mieux ! Le pouvoir parisien avait pourtant mis le paquet pour intimider les Alsaciens. En effet, Laurent Lenoble, directeur de cabinet du préfet du Haut-Rhin déclara : « qu’en l’absence désormais de manifestation déclarée, « toutes les personnes qui viendront manifester dimanche ne seront plus dans la légalité » et pourraient relever du « délit d’attroupement, puni de six mois d’emprisonnement ».

Or cette affirmation est factuellement fausse puisqu’en cas de manifestation interdite ou non déclarée, ce sont les organisateurs ou les personnes appelant à manifester qui peuvent éventuellement être dans l’illégalité, mais en aucun cas les manifestants eux-mêmes ! Les propos tenu aujourd’hui par Christian Chaton le confirme : « Les délais sont donc trop courts pour que je fasse une nouvelle déclaration pour demain 15H. Cependant nous pourrons nous rassembler place de la Gare comme prévu à partir de 15H. Les forces de l’ordre seront présentes pour assurer la sécurité des biens et des personnes. Sur place, avec les autres élus, je serai en contact direct avec le Directeur de Cabinet du Préfet, qui sera présent, afin de coordonner le rassemblement avec les forces de l’ordre de façon à ce que tout se passe bien. Par ailleurs un ami avocat me fait savoir à l’instant que la manifestation initialement déclarée est réputée autorisée, malgré l’annulation des organisateurs, sauf décision expresse d’interdiction, ce qui n’est pas la cas. Nous avons donc le droit avec nous. Conclusion : plus que jamais nous vous attendons nombreux demain à Colmar ! »

Laurent Lenoble (dont L’Alsace a complaisamment retransmis les propos) a donc bien délibérément menti aux Alsaciens dans le but de les contraindre de ne pas manifester leur opposition à la disparition de leur région. Ce qui est gravissime, étant donné les fonctions qui sont les siennes ! Et comme les préfets et leurs directeurs de cabinet ne sont rien d’autres que des courroies de transmission du pouvoir républicain, il est plus que probable que les mensonges de monsieur Lenoble soient la conséquence de consignes venues directement de l’Élysée ou de Matignon. Et il est bien probable que le comportement lamentable de la préfecture dans cette affaire ne fasse que renforcer la contestation alsacienne d’une réforme qui est spoliatrice d’un point de vue économique et totalement illégitime d’un point de vue historique. Et ce, sans parler de son aspect antidémocratique, un tel bouleversement de l’organisation territoriale ne pouvant se concevoir dans un pays qui se veut démocratique sans référendum.

C’est maintenant aux Alsaciens de manifester demain après-midi à Colmar leur volonté de cesser d’être des victimes consentantes de la République Française. Et cela, en toute légalité ! UH

«Unser Land» wird trotzdem demonstrieren!

Posted on novembre 28th, 2014 by Klapperstein

Trotz der von der französischen Präfektur erpreßten Annulierung der Großdemo am kommenden Sonntag ab 15 Uhr am Bahnhofsplatz in Colmar hat die autonomistische Partei «Unser Land» ihren Aufruf heute abend bekräftigt, wie geplant am Sonntag in Colmar gegen die von der französischen Regierung geplanten Zwangsfusion des Elsaß mit Lothringen und Champagne-Ardenne friedlich zu demonstrieren.

Quelle : Hytt Morje

MENU

M'R EMPFHELE

Copyright © 2009 Unsri Heimet. Theme par THAT Agency propulsé par WordPress.