3.0.1" />
Unsri Heimet

Unsri Heimet – do sin m'r d'heim ! Das Elsass, unsri Heimet !

Nicolas G. Hayek (1928-2010)

Posted on juillet 10th, 2010 by Unsri Heimet !

Über die Freiheit / de la Liberté

Freiheit und persönliche Freiheit für jedermann sind seit den Anfängen des Landes im 13. Jahrhundert in der Schweizer Seele verankert – lange bevor die Französische Revolution sie in den Vordergrund rückte. Die persönliche Freiheit des Bürgers ist oft wichtiger als die des Staates. Um es deutlicher zu sagen: Der Staat hat dem Bürger zu dienen und nicht der Bürger dem Staat. Sie sind Teil der wesentlichen Grundsätze, welche die Schweizer hoch schätzen. Es ist kein Zufall, dass Voltaire und viele andere in die Schweiz flohen, um frei schreiben und reden zu können.

La liberté et la liberté individuelle pour chacun sont gravées dans l’âme suisse depuis les origines du pays au XIIIe siècle, bien avant que la Révolution française ne les mette au premier plan. La liberté individuelle du citoyen est souvent plus importante que celle de l’Etat. Pour être plus clair: l’Etat doit être au service du citoyen, et non le citoyen au service de l’Etat. La liberté est partie intégrante des principes les plus chers aux Suisses. Ce n’est pas un hasard si Voltaire et bien d’autres ont cherché refuge en Suisse, pour pouvoir écrire et parler librement.

Über die europäische Union /de l’Union Européenne:

L’Union européenne nous est alors plus ou moins apparue comme une lourde machine, un méli-mélo bureaucratique et plus ou moins chaotique et de concepts idéologiques, sociaux, économiques et, pour une part, financiers, pendant que tout le reste était laissé au hasard, à la Providence et aux générations à venir.

Es erschien uns dann als schwerfällige, bürokratische und mehr oder weniger chaotische Mischung von ideologischen, sozialen, wirtschaftlichen und zum Teil finanziellen Konzepten, während alles andere dem Zufall, Gott und künftigen Generationen überlassen wurde.

Read the rest of this entry »

La démocratie en question

Posted on juin 13th, 2010 by Klapperstein

Faire de l’Alsace un canton intégré à la confédération helvétique,  en voilà bien une schnàppsidee ! Il est vrai que réunis au Stàmmtisch, autour d’un quart de pinot ou d’un Seidel pour refaire le monde l’espace d’un instant, l’idée peut faire sourire… voire grincer des dents. Quoique. Das Elsass als 27. Kanton ? Mr sin eifàch nit dagega. Or, il s’agit pas là d’une blague de comptoir mais bien d’une proposition suisse… et c’est très officiellement que le conseiller jurassien Dominique Baettig (UDC/SVP) à déposé le 18 mars dernier au Nationalrat (Berne) un texte de loi – cosigné par 28 autres conseillers – allant dans ce sens. Nous notons que les rares médias alsaciens qui ont évoqué l’affaire se sont bien gardés d’approfondir le sujet. Nous vous livrons le contenu de cette motion.

Considérant le manque d’intérêt de la classe politique nationale et européenne dont souffrent certaines régions limitrophes , leur volonté croissante d’obtenir de l’autonomie par rapport à l’Etat central (ou Bruxelles), le Conseil fédéral est chargé de proposer dans les meilleurs délais à l’Assemblée fédérale, un cadre constitutionnel et légal opérationnel, qui permettrait éventuellement, si une majorité de la population en faisait la demande, aux Départements, Provinces et Länder limitrophes [...] qui ont déjà exprimé un tel intérêt démocratique de par le passé, de rejoindre la Confédération helvétique en qualité de nouveaux cantons suisses, avec, à la clé, le Droit d’Initiative et de Référendum, avantages d’un système de démocratie directe. Ces régions limitrophes disposent d’une longue tradition et volonté politique de souveraineté de leurs citoyens, de démocratie de proximité, à échelle humaine [...]. Il s’agit d’un signe politique d’ouverture à l’extension d’un modèle de souveraineté suisse, proactif, plutôt que de laisser l’initiative du grignotage d’adhésion à l’Union européenne, dont les institutions centralisatrices sont coupées des aspirations de ses citoyens.

Au delà de la proposition, il s’agit avant tout d’un cruel constat. Car L’Alsace, bien plus encore que d’autres régions limitrophes, souffre d’un grave déficit démocratique . Et c’est bien là la problématique majeure. Ses libertés politiques et son autonomie ont été au fil de l’Histoire fortement malmené par Paris. Terribles conséquences de l’uniformisation hexagonale pour notre petit pays zwische Rhyn un Vogese qu’être devenu années après années le nain économique et pour tout dire le parent pauvre de l’espace rhénan, après avoir perdu petit à petit son identité propre, sa langue et son âme. Et nous avons évidemment le député-maire du coin, du Dreieckland en l’occurrence, l’inénarrable Jean-Luc Reizer, qui s’empresse d’affirmer que nous sommes « de bons français » (1) et que « nous entendons bien rester citoyens de la République française ». Ben voyons! Noch einer wu sin Bändala verdiennt het.

Et notre motion, qu’est-elle finalement devenue? Elle fut sans grande surprise rejetée le 19 mai dernier par le Conseil Fédéral qui a sagement répondu que:

donner aux régions limitrophes à notre pays la possibilité de rejoindre la Confédération suisse serait un acte politique inamical, que les Etats voisins pourraient considérer, à juste titre, comme provocateur. Elle nuirait donc de manière grave aux relations avec les Etats concernés.

Alors, non, ‘s Elsass ne sera pas, sans doute pas, après le Jura, le 27ème canton suisse. So schlimm isch ‘s nit. Car l’intérêt de cette motion n’est pas tant pour les Alsaciens leur l’intégration dans la Confédération que le développement d’une réel démocratie en Alsace. Car la démocratie n’est dans les faits nullement incarnée par les républicains parisiens et les bureaucrates bruxellois. Derrière l’invocation constante et de la République, des Droits de l’Homme et de l’Europe se cache en fait la mise à mal de la démocratie et des libertés politiques les plus élémentaires qui devraient lui être consubstantielles. Face à l’usurpation démocratique (2) que nous subissons, gardons en nous l’esprit (3) des Confédérés, celui des hommes libres des Waldstätten, à la fois droit et rebelle; il aidera grandement les Alsaciens à retrouver leur fierté et leurs libertés, pour redonner enfin à leur Heimet un destin digne de ce nom. UH

(1) Jean-Luc Reizer, député-maire à vie d’Altkirch, devrait peut-être aussi rebaptiser Altkirch en Vieille Eglise, témoignant ainsi de ce que les Sundgauviens seraient enfin devenus « de bon français » comme les autres !

(2) Cette usurpation est malheureusement rependue dans presque tous les grands pays occidentaux, où l’absence de démocratie direct et la prédominance toujours plus fréquentes des scrutins majoritaires sur les scrutins proportionnels montrent que ces démocraties sont sur le plan institutionnel en service minimum. Elles sont en fait des oligarchies à caution démocratique. En témoigne l’évolution récente et en cours du scrutin des Régionales en France. Après avoir monter en 2004 la barre  permettant d’être élu de 5% à 10%, le gouvernement est en train de changer ce même scrutin proportionnel en scrutin majoritaire. Ce qui représente deux régressions démocratiques consécutives.

(3) Nous pensons également à celui des paysans révoltés du Bundschuh et des freien Reichstädten de la Décapole, qui en étaient proche.

Motion complète en français und auf deutsch ci-dessous:

Read the rest of this entry »

Erfolgsmodell Schweiz

Posted on avril 20th, 2010 by Klapperstein

A l’heure où la construction européenne (qui représentait pour de nombreux alsaciens un échappatoire au jacobinisme et à la grisaille  française) ne cesse de décevoir par son caractère bureaucratique, ultralibéral et antidémocratique, comme en témoigne le contenu du traité constitutionnel de 2005 et la manière dont il a été imposé aux différents  peuples européens, il est peut-être temps pour les Alsaciens attachés à leurs libertés de  tourner leur regard vers le pays du fédéralisme et de la démocratie directe, et ce d’autant plus que l’organisation politique passé de nos frères alamans, l’ancienne Confédération helvétique (alte Eidgenossenschaft 1291-1798), avait de nombreuses similitudes avec la Décapole alsacienne (elsässisches Zehnstädtebund 1354-1679) . UH

___________________________________________________________________________

La Suisse, modèle efficace

 

Erfolgsmodell SchweizLa maison d’édition Kai Homilius (Berlin) vient de publier il y a quelques se­maines dans sa série COMPACT un livre intitulé «Erfolgsmodell Schweiz. Direkte Demokratie, selbstbestimmte Steuern, Neutralität» [La Suisse, modèle efficace. Démocratie directe, impôts déterminés par les citoyens, neutralité]. Il s’agit d’un véritable antidote aux attaques polémiques contre la Suisse. Il a trois caractéristiques:
Il répond clairement à maintes questions de ceux qui s’intéressent à la Suisse, mais il plaira également à tous les lecteurs suisses et les rassurera.
Il est publié par une maison d’édition allemande en collaboration avec un éditeur allemand et donne la parole à de nombreux Suisses. Il s’agit donc d’une collaboration réussie entre la Suisse et l’Allemagne qui se différencie de manière bienfaisante de la politique allemande de confrontation.
Il donne la parole à des membres du Conseil fédéral aussi bien qu’à de simples citoyens. Chacun a son opinion, mais l’ensemble est assimilable à un concert.
Ceux qui cherchent des réponses sincères aux questions suivantes les trouveront dans ce livre.
•    Qu’entend-on par souveraineté du peuple en Suisse et quelle en est l’histoire? ­Quelles sont les institutions que la ­Suisse a créées en vue de cette souveraineté et ­quelles conditions humaines ont fait que le modèle suisse est efficace?
•    Pourquoi la majorité des Suisses ne veulent-ils pas que leur pays devienne membre de l’UE?
•    Quels sont les fondements théoriques et historiques de la démocratie directe de la Suisse?
•    Pourquoi le système fiscal suisse correspond-il à la volonté populaire?
•    Pourquoi l’armée de milice suisse est-elle un modèle pour la démocratie directe?
•    Pourquoi les communes fonctionnent-elles particulièrement bien?
•    Pourquoi l’aide humanitaire a-t-elle toujours été particulièrement importante en Suisse?
•    Qu’est-ce qui se cachait derrière la cam­pagne de l’or volé des années 1990?
•    Qui la place financière suisse dérange-t-elle et quel est le rôle du capital financier international dans les attaques contre la Suisse?
•    Quelles méthodes manipulatrices de PR ont été utilisées dans la campagne contre la Suisse?

La liberté a toujours été un des biens les plus estimés en Suisse. Le conseiller fédéral Ueli Maurer en témoigne de manière éloquente. Ce n’est pas la liberté au sens néolibéral du «droit du plus fort», mais la liberté d’individus égaux en droits, une liberté dans la responsabilité à l’égard du prochain, une liberté digne. La Suisse est un pays qui vaut la peine qu’on s’y intéresse.

Jürgen Elsässer/Matthias Erne (éd.): Erfolgsmodell Schweiz. Direkte Demokratie, selbstbestimmte Steuern, Neutralität. 2010. ISBN 978-3-89706-416-4. L’ou­vrage contient entre autres des contributions de Cornelio Sommaruga, ancien président de la Croix-Rouge internationale, Nicolas G. Hayek (Swatch Group AG), Rolf Dörig (Swiss Life), Ueli Maurer, conseiller fédéral, Luzi Stamm, conseiller aux Etats, et Walter Suter, ancien ambassadeur de Suisse.

Source : Horizons et débat

MENU

M'R EMPFHELE

Copyright © 2009 Unsri Heimet. Theme par THAT Agency propulsé par WordPress.