3.0.1" />
Unsri Heimet

Unsri Heimet – -do sin m'r d'heim ! Das Elsass, unsri Heimet !

Der Bürgermeister der Stadt Schiltigheim, Jean-Marie Kutner (UDI), hat heute seiner Stellvertreterin Andrée Münchenbach (Unser Land) all ihre Prokuren entzogen, da er der UL-Landesobfrau vorwirft, daß sie beim zweiten Wahlgang der Bezirkstagswahlen im Kanton Schiltigheim die andere ebenfalls aus der Schiltigheimer Gemeinderatsmehrheit stammende Kandidatin Danielle Diligent nicht unterstützt hat. Die elsässisch-autonomistische Partei Unser Land hatte ihre Wähler aufgerufen, lediglich weiße Zettel mit dem UL-Parteilogo in das Kuvert einzufügen… Ferner moniert Kutner die «Entgleisungen» der Autonomisten, seitdem diese sich gegen die Zwangsfusion engagiert haben. Frau Münchenbach bedauert, daß Kutner die Vielfalt seiner Gemeinderatsmehrheit nicht mehr zu schätzen wisse und freut sich auf die wiedergewonnene Redefreiheit.

Quelle : Hytt Morje

Unsere Sprache, unser Recht

Posted on mars 5th, 2014 by Klapperstein

Presserundschau Municipales « Promouvoir la langue régionale maintenant »

Les défenseurs de la Charte européenne des langues régionales veulent inciter les candidats à s’engager à mettre en œuvre les mesures de leur ressort.

La « charte régionalisée » , proposée par ICA 2010, l’association présidée par Pierre Klein qui milite pour la ratification de la Charte européenne des langues régionales, n’a été approuvée que par deux conseils municipaux : ceux de Saverne et de Mulhouse, dont les maires ont été salués comme « des précurseurs ». Celui de Saverne, Stéphane Leyenberger, était présent, vendredi soir, lors du débat organisé par ICA et Culture et Bilinguisme, à Strasbourg. Mais Jean Rottner aurait pu signer les propos de son collègue UMP…

Évoquant le débat au sein de son assemblée, Stéphane Leyenberger a balayé les objections relevant du jeu politique. « Il y a eu ensuite un vrai débat qualitatif sur les mesures à mettre en œuvre, avec un budget réaliste. Mais il nous faut rassurer aussi une frange de la population, en rappelant que la pratique de l’alsacien et de l’allemand n’est pas obligatoire » , a-t-il expliqué. Son challenger, le conseiller général Thierry Carbiener, a souligné l’action du Département en faveur des classes bilingues. Sans dire qu’il n’a pas voté la charte…

« Cela demande un effort »

« Il n’y a aucune mise en cause du français, de la langue officielle. Nous ne voulons pas non plus qu’une partie de la population se sente exclue » , a répété Jean-Marie Woehrling, juriste et président de Culture et Bilinguisme, qui veut défendre « la possibilité pour ceux qui le souhaitent d’utiliser la langue régionale ». Simplement, inlassable-ment, lui et Pierre Klein rappel-lent que les élus peuvent mettre en œuvre une partie de la charte européenne, avant sa ratification par la France. « Il faut du courage et sortir des mesures alibi… »

Et quid des autres candidats ? L’UDI François Loos n’a pas eu de difficulté à retenir 30 mesures de la charte régionalisée. « Pour arriver à 35, cela demande un effort » , a-t-il reconnu, voulant privilégier les mesures qui ont « un effet réel ». Son concurrent écologiste Alain Jund – originaire du Sundgau – estime qu’il faut miser sur le transfrontalier « pour retrouver le sens de la langue ». L’adjoint de Strasbourg Michael Schmitt a évoqué la promesse de Roland Ries d’une « Maison des langues et cultures ». Un projet qui « ne date pas d’hier », a soufflé un des présents.

Une « Bubeleschuel »

Militante depuis toujours en faveur du bilinguisme, Andrée Buchmann, candidate écologiste à Schiltigheim, a évoqué la place de la langue régionale dans les médiathèques et le théâtre, en appelant, pour les médias, à « une approche transfrontalière ».

Sa concurrente, Andrée Munchenbach, présidente du parti régionaliste Unser Land, se fait fort, si la liste Kutner était élue, de « rendre accessible l’enseignement bilingue à tous les enfants ». Mais elle a aussi parlé de « Bubeleschuel » pour les plus petits et d’une « académie de théâtre ».

« Dans les écoles, tout est indiqué en français » , a observé Jean-Marie Woehrling, partisan d’une signalétique bilingue, « pour que les enfants apprennent à vivre avec cette langue ».

Puis le débat sur l’alsacien s’est poursuivi… en alsacien ! « Quand on me demande si je comprends, je réplique : ‘‘Et vous, vous parlez catalan ?’’ » , a raconté Richard Sancho, tête de liste de gauche à Bischheim. Pour lui, « la langue est aussi une résistance… »

Quelle : L’Alsace (02/03/2014)

War Nelson Mandela ein elsässischer Sportler ?

Posted on septembre 23rd, 2012 by Unsri Heimet !

Presserundschau Un gymnase Ignace Heinrich à Schiltigheim ?

Ignace Heinrich, vice‑champion olympique du décathlon, Londres, 1948

La conseillère municipale Andrée Munchenbach, présidente du parti autonomiste Unser Land et ancienne conseillère générale de Schiltigheim, a écrit au président du conseil général Guy-Dominique Kennel. Elle lui demande son soutien pour que le futur établissement sportif du Marais porte un autre nom que celui choisi mardi par les élus schilikois. Elle propose d’honorer la mémoire d’Ignace Heinrich, né en 1925 à Ebersheim et vice-champion du décathlon aux premiers Jeux olympiques de Londres en 1948. Andrée Munchenbach précise qu’il fut « incorporé de force dans l’armée nazie » et incarcéré dans « le sinistre camp de Tambov ». Les élus schilikois ont opté mardi, à la majorité, pour le nom de Nelson Mandela. Andrée Munchenbach, qui avait quitté la séance (DNA de jeudi), n’a pu donner son avis. Elle a également écrit au maire de Schiltigheim Raphaël Nisand. « En renonçant au nom de Nelson Mandela, vous n’impacterez en rien le rayonnement et l’influence de cet homme politique, qui appartient à l’histoire collective mondiale. Nous sommes suffisamment impliqués dans la culture mondialisée pour que nous puissions aussi légitimement affirmer et préserver l’originalité de notre histoire et notre identité, à travers le souvenir d’un athlète alsacien dont les exploits ont eu un retentissement international », estime-t-elle.

Quelle: DNA

_______________________________________________________

Nous tenons à saluer le conseil municipal de Schiltigheim pour son originalité débordante et son sens de l’humour ! Après le complexe sportif « Nelson Mandela », à quand la médiathèque « Mahatma Gandhi » ? Le centre périscolaire « Mickey Mouse » ? Le stade « Barack & Michelle Obama » ? Et oui, faut bien être « Opeun one ze Oueeurld » de nos jours. Jusqu’à l’indigestion, évidement ! Exit donc les références locales et les personnages qui ont marqué à leur façon l’Histoire de l’Alsace. Pfui, einfach Weg damit ! A jeter aux oubliettes ! Car pour avoir droit de cité dans ce bas-monde, il faut désormais donner certains gages: s’excuser par 10 fois d’être Alsacien, jurer allégeance à l’idéologie dominante du « Coca-cola Wonderbra » et justifier accessoirement d’un passage par la case « souffrance »… Nous concernant, pas la peine de tourner autour du pot. Il y a une raison très simple pour baptiser un bâtiment sportif du nom d’Ignace Heinrich, Heinrich fut un grand décathlonien et un enfant de notre pays, ‘s Elsass. Un fertig ! L’ancien prisonnier politique, président de la nation arc-en-ciel et Prix Nobel de la Paix Nelson Mandela lui ne l’est pas. Nullement athlète olympique et encore moins d’ici. So isch ‘s ! Et ce ne sont pas les Sud-Africains qui s’offusqueraient de la proposition d’Andrée Munchenbach, bien au contraire. Eux ont une mémoire. Notre mémoire à nous, la République Française nous là vole jour après jour  toujours un peu plus, avec la complicité parfois zélé de nos propres élus. Langt’s denn no net ! UH

Bierfescht ?

Posted on août 4th, 2011 by Klapperstein

Die Elsässer können jetzt zu einem « Fête de la Bière », aber nicht mehr zu einem Bierfescht, in Schilika gehen. Glücklicherweise ist Strossburi Europas Haupstadt ! Zum Glück reden unsere Politiker vor den Wahlen gerne über Zweisprachigkeit ! Reda, können sie ja schon immer. Armes Alsace française, armes Land. Es lebe  das Elsass, ein freies Elsass.

www.fetedelabiere.fr

MENU

M'R EMPFHELE

Copyright © 2009 Unsri Heimet. Theme par THAT Agency propulsé par WordPress.