3.0.1" />
Unsri Heimet

Unsri Heimet – -do sin m'r d'heim ! Das Elsass, unsri Heimet !

Philippe Richert : « Je sais respecter mes engagements ! »

Le président de la Région Alsace, qui avait disparu des écrans radar après la manif du 11 octobre dernier, revient comme tête de liste de l’UMP pour les futures élections régionales.

Petit rappel édifiant de ses déclarations depuis un an :

16 janvier 2014 (France 3 Lorraine) :

Fusion Alsace Lorraine : « un fantasme » pour Philippe Richert

3 juin (Tribune publiée par Philippe Richert) :

« Je suis prêt à travailler sans dogmatisme à un rapprochement de l’Alsace et de la Lorraine. »

27 août (DNA) :

« La fusion Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne est tout simplement inacceptable », car ce territoire, « plus grand que la Belgique ou la Suisse », serait celui d’«une collectivité ingérable ».

Philippe Richert envisage la création d’un « mouvement politique régional » qui dépasse les clivages et pourrait s’appeler « Passion Alsace » ou « Avenir Alsace ».

13 octobre (20 minutes)

Plus que satisfait par le rassemblement du 11 octobre à Strasbourg, le président de la région Philippe Richert a estimé que les sénateurs et députés allaient maintenant « faire leur boulot. »

Et si le mécontentement alsacien n’était pas entendu, « on peut aller plus fort », sourit-il, faisant référence aux agriculteurs qui ont déclaré pouvoir revenir avec dix fois plus de tracteurs en ville la prochaine fois s’il le faut.

« Les gens ne se rendent peut-être pas compte que c’est l’événement politique le plus grave de ces cinquante dernières années que peut connaître l’Alsace, » martèle le patron de la région, « l’Alsace va être diluée, le mot va disparaître des écrans radars. »

13 décembre (L’Alsace) :

À deux reprises hier, devant les maires du Bas-Rhin, puis devant les socio-économiques du Céser Alsace, le président du Conseil régional, Philippe Richert, s’est prononcé contre la réforme territoriale en cours. « Je suis totalement contre cette réforme qui a été adoptée malgré notre opposition. Mais comme républicain, j’appliquerai ce qu’a décidé l’Assemblée nationale. Il faudra voir comment l’Alsace pourra rester ce qu’elle est », a affirmé l’ancien ministre, en dénonçant « un débat purement politique ».

Janvier 2015 (Magazine Région Alsace) :

« Reprenons confiance en la France. Acceptons la réforme, parce que le pays en a besoin. Y compris la réforme territoriale, contre laquelle je me suis élevé. »

15 février (Ami Hebdo) :

Et Philippe Richert de conclure provisoirement mais franchement optimiste : « Une grande Région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes, ça peut faire sens et on va la construire avec tous les autres. » Et de préciser encore : « Je sais respecter mes engagements. »

Quelle : hewwemi.net

________________________________________

Non, Messieur Richert, la République Française ne mérite aucunement la confiance du peuple alsacien. Plus jamais. Faire confiance en la France, on a déjà donné. Pas une voix ne doit manquer les 22 et 29 mars aux candidats d’Unser Land. UH

Wo Recht zu Unrecht wird, wird Widerstand zur Pflicht

Posted on décembre 19th, 2014 by Klapperstein

Radars aux couleurs anti-fusion dans la région de Mulhouse

Des adversaires de la très grande région s’en prennent aux radars qui sont repeints en rouge et blanc, dans le sud du Haut-Rhin, notamment dans la région de Mulhouse.

Sur la RD 430, dans le Haut-Rhin, le radar situé à proximité de Wittenheim a été repeint en rouge et blanc (Rot un Wiss),  a pu constater un journaliste des DNA. Plusieurs autres radars, au moins quatre, de l’agglomération de Mulhouse et du sud du Haut-Rhin ont subi le même sort.

Les radars comportent pour certains l’inscription « EL » pour « Elsass Frei » et « non fusion ».

Quelle : DNA

_______________________________________

Les journalistes des DNA ne sont pas seulement des propagandistes professionnels, ce sont aussi des marrants. EL peut correspondre à Elsass ou à Elsass-Lothringen, mais certainement pas à Elsass frei, même si le message est à peu près le même ! UH

Facebook Unsri Heimet  (Album 5 photos)

8000 Demonstranten für ein «freies Elsaß» in Straßburg

Posted on décembre 14th, 2014 by Klapperstein

Um die 8000 Menschen haben heute nachmittag in der elsässischen Landeshauptstadt Straßburg an einer erneuten Demonstration gegen die Fusion des Elsaß mit Welschlothringen und der Champagne teilgenommen, die die französische Regierung gegen seinen Willen dem elsässischen Volk aufzwingen will. Der Demonstrationszug ging vom Schiltigheimer Platz bis zum Europaparlament und zurück. Die friedlichen Protestierenden, die Parolen wie «Elsaß frei!» bzw. «Holland démission!» skandierten, lehnen die Zwangsfusion vehement ab. Vor dem Europaparlament übergaben sie der elsässischen EVP-Abgeordneten Anne Sander eine Petition mit 15.000 Unterschriften, die die Abhaltung eines Volksentscheids fordert. UH

Facebook Unsri Heimet – Album 33 photos

Wegscheid : Rot un Wiss à la mairie

Posted on décembre 10th, 2014 by Klapperstein

Les centaines de mairies alsaciennes qui ont adopté une motion réclamant la création d’un conseil unique d’Alsace doivent aller au bout de leur engagement en laissant flotter le Rot un Wiss devant leur mairie. Les maires et les conseillers municipaux doivent avoir à l’esprit que le courage est tout aussi contagieux que la pusillanimité., et que sans un minimum de courage, il n’est pas possible de défendre les intérêts et les droits légitimes de ses concitoyens. UH

__________________________________________________

Le drapeau Rot un Wiss flotte à la mairie


Dans le cadre des débats et réflexions relatifs au projet de réforme territoriale, le conseil municipal de Wegscheid a récemment décidé à l’unanimité de soutenir le maintien de la délimitation actuelle de la région Alsace.

Les élus du village s’opposent ainsi à toute fusion, que ce soit avec la Lorraine seule ou avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne. Afin de mettre les actes en conformité avec la décision prise par le conseil municipal, le maire, Guy Richard, a procédé à la mise en place, à côté de la mairie, d’un drapeau alsacien rot un wiss sous le drapeau officiel de la région. « Vous pouvez maintenant voir flotter au vent ces deux drapeaux à côté de ceux de la République française et de l’Europe. La commune de Wegscheid défend ces deux symboles dans un esprit d’ouverture et d’humanisme », a indiqué le maire. Cette initiative fera-t-elle des émules dans d’autres communes de la vallée ?

Quelle : Entre Doller et Soultzbach

Tausende Demonstranten in Mülhausen

Posted on décembre 8th, 2014 by Klapperstein

Manifestation contre la réforme territoriale Des milliers à Mulhouse

Nous sommes plus nombreux qu’à Colmar dimanche dernier et nous le serons encore plus dans quelques jours à Strasbourg »… Les militants d’« Elsassland » ont pris la tête d’un cortège coloré et bruyant, avançant parfois dans un brouillard de fumigènes rouges.

Un cortège bruyant et déterminé a traversé le centre-ville de Mulhouse.

Le cortège était impressionnant, avec sa forêt de drapeaux rouge et blanc et son escorte de motards. Plusieurs milliers de défenseurs de « Elsass frei » se sont ainsi retrouvés dans les rues de Mulhouse, une ville que l’on croyait pourtant la moins alsacienne des villes d’Alsace.

Bien sûr, le chiffre du nombre de participants diverge selon que le comptage se fait par la police ou par les organisateurs. Mais, après l’avant-garde d’une cinquantaine de motos, il y avait bien 2 500 manifestants massés derrière les banderoles.

La grosse caisse d’Elsassland a pris la tête du défilé sans jamais manquer un coup de tambour. Du bruit à la hauteur des slogans plutôt violents qui étaient repris en chœur par la foule : « Unis contre Paris », « Révolution, debout le peuple d’Alsace ! » ou encore… « La France m’a tué ».

En effet, les militants les plus durs avaient pris la tête des opérations, reléguant quasiment au dernier rang la dizaine d’élus qui avaient fait le déplacement autour de Charles Buttner, président du conseil général du Haut-Rhin. Le maire de Mulhouse Jean Rottner, pourtant ardent défenseur de la cause de l’Alsace unie, s’était fait remarquer par son absence. Le cortège l’a d’ailleurs fait savoir en s’arrêtant pendant quelques minutes, pile sous les fenêtres de son appartement.
« Non, nous ne sommes pas des autonomistes »

D’une manière générale, la charge contre les politiques était violente, si l’on en croit le commentaire de ce manifestant, Jean-Michel Ritter : « Au moins la moitié des politiques qui sont ici, on aurait aimé ne pas les voir du tout. C’est facile de venir maintenant pour chercher de l’image alors que les hommes politiques nous ont négligés, nous ont trahis. Les trois quarts des personnes n’ont plus confiance dans les politiques qui sont encartés. Nous voulons des politiques sans étiquette. »

Dans les rangs, beaucoup de manifestants avaient déjà fait la manif de Colmar et seront de la prochaine. « Et pourtant, nous ne sommes pas des autonomistes, dites-le bien », se défendaient par exemple ces trois jeunes gens, Claire, Michael et Hélène, venus en famille d’Ensisheim. « Nous sommes là, car nous défendons avec conviction l’alsacien, notre langue maternelle, celle que nous parlons depuis l’enfance et ce n’est pas pour cela que nous n’incarnons pas une Alsace moderne », défendent-ils.

À intervalles réguliers, le cortège qui serpente sans heurt dans la ville s’arrête pour que s’élèvent dans les airs les drapeaux rouge et blanc aux cris de : « On va aller jusqu’à Paris ».

Mais c’est en plein cœur de Mulhouse que la manifestation a vraiment fait sensation, passant dans la foule attirée par le marché de Noël et le premier dimanche d’ouverture des magasins. Beaucoup de ces badauds n’avaient jamais vu un tel déploiement de costumes et coiffes alsaciennes. Si bien que les manifestants ont dû faire œuvre didactique. « Nous ne voulons pas de la grande région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne. Une région est forte par sa cohérence et non par sa superficie. Mulhousiens, venez avec nous ! », ont-ils appelé.

Même les motards ont été obligés d’enlever le casque pour expliquer qu’ils voulaient « un référendum local ». Car comme l’ajoutait Pascal, venu de Colmar, « c’est l’avis du peuple qui est intéressant et pas celui des élus ».

Quelle : DNA

Trotz allem großartig !

Posted on décembre 4th, 2014 by Klapperstein

La majorité du Conseil Général du Haut-Rhin s’est baillonnée durant plusieurs minutes avec des bandeaux rot un wiss, pour protester contre la fusion Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne.

Durant ces dernières années, Charles Buttner (président du Conseil Général du Haut-Rhin) a beaucoup fait en coulisses pour faire capoter le projet de fusion des 3 collectivités alsaciennes en un Conseil Unique d’Alsace. Et pourtant, aujourd’hui, il est à la pointe de la contestation contre la fusion ALCA, qui a pour cause indirecte l’échec du référendum de 2013 sur le Conseil Unique.

Les hommes politiques sont ainsi faits qu’ils surfent sur les vagues de l’opinion publique. Les hommes politiques ne sont souvent humainement ni bons ni mauvais, et ils ont parfois quelques convictions, qu’ils défendent ou abandonnent au gré des circonstances.

Une chose est toutefois certaine : ce revirement d’un responsable politique comme Charles Buttner (jusqu’à pavoiser le Conseil Général en Rot un Wiss, à se bâillonner comme l’est l’alsacienne bâillonnée des affiches d’Alsace d’abord, à se ranger derrière une banderole du parti autonomiste Unser Land dimanche dernier à Colmar) est la conséquence de la pression populaire et citoyenne alsacienne.

Pour ceux qui défendent l’Alsace, il faut accueillir cette évolution de façon positive, comme une victoire de la pression populaire et de la stratégie d’influence menée par les contestataires.

Quelle : Alsace Actu Facebook

La mobilisation de la population alsacienne ( pétition Rottner Prenons notre destin en main, pétition Oui au référendum sur la réforme territoriale, succession de manifestations etc…) porte ses fruits, non seulement les politiciens alsaciens commencent à se révolter, mais en plus ils le font en Rot un Wiss ! Début d’une vrai rébellion des élus alsaciens face au pouvoir parisien ou simple coup de com’ ? L’avenir nous de dira. Et l’avenir, c’est pour commencer Sunntig in Milhùsa ! UH

_____________________________________________

Haut-Rhin Les conseillers généraux se bâillonnent pour protester contre la grande région

Près d’une vingtaine de conseillers généraux haut-rhinois se sont symboliquement bâillonnés avec un bandeau « rot un wiss », ce matin, en ouverture de la séance publique du Conseil général qui se tient actuellement à Colmar, pour protester contre l’intégration de l’Alsace dans la future grande région ALCA (Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne) .

La scène a duré plusieurs minutes, « le temps qu’il a fallu à la commission mixte paritaire pour sceller le sort de notre région », a expliqué le président Charles Buttner avant ce happening. Au-delà des 16 élus de la majorité – tous ceux qui étaient présents – qui y ont participé, quelques indépendants se sont montrés solidaires, à l’image de Max Delmond (Huningue) et Odile Boquet-Hunold (Soultz), qui ont porté le bâillon, ou de Pierre Vogt (Cernay), qui s’est contenté de le porter autour du cou. Les écologistes, n’ont pas suivi. Quant aux élus socialistes, qui ont dénoncé « une mascarade ridicule », ils ont quitté la salle, à l’image d’un Pierre Freyburger qui a claqué la porte.

« Contre le mépris de l’Etat jacobin « 

A la mi-journée, le service de presse du Conseil général a diffusé un communiqué expliquant cette action symbolique en ces termes :

« Par un silence assourdissant de quelques minutes, les Conseillers Généraux Haut-Rhinois, réunis ce matin en Séance Publique, ont fait entendre leur colère face à la réforme territoriale qui s’est faite sans les élus locaux, sans écouter l’avis des Sénateurs et sans consulter le peuple. Ils se sont baillonnés avec un tissu rouge et blanc aux couleurs de l’Alsace.

Les élus départementaux entendaient ainsi, avec ce geste symbolique, s’insurger contre le mépris de l’Etat jacobin qui refuse d’écouter les voix et les cris du cœur d’une très grande majorité d’Alsaciennes et d’Alsaciens opposés à la Méga Région et qui ne demandent que le respect de ce qu’ils sont.
HAUT-RHIN Les conseillers généraux se bâillonnent pour protester contre la grande région
Près d’une vingtaine de conseillers généraux haut-rhinois se sont symboliquement bâillonnés avec un bandeau « rot un wiss », ce matin, en ouverture de la séance publique du Conseil général qui se tient actuellement à Colmar, pour protester contre l’intégration de l’Alsace dans la future grande région ALCA (Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne) .
Nous avons expliqué, proposé, revendiqué, réclamé, protesté mais tout cela est resté vain, a expliqué solennellement Charles Buttner dans son allocution d’ouverture de la Séance Publique. Les mots ont démontré leurs limites. Il ne reste plus aucun terme qui pourrait exprimer notre déception, notre tristesse, notre colère, a-t-il ajouté.

Et de conclure son propos par ces mots : Une assemblée silencieuse, c’est aussi l’image d’une méga région hypothétique et improbable où ne résonneraient plus les voix des territoires et de leurs élus de proximité. Nous ne pouvons pas l’accepter. »

Quelle : L’Alsace

Der Autonomismus ist zurück !

Posted on décembre 1st, 2014 by Klapperstein

Malgré les tentatives d’intimidation du gouvernement français pour dissuader les Alsaciens de descendre dans la rue, près de 5000 Alsaciens ont manifesté hier à Colmar contre la dissolution de l’Alsace dans une méga-région ALCA. La foule Rot un Wiss exprimait pacifiquement mais avec une véhémence assumée son rejet du centralisme parisien et était dans sa grande majorité acquise au slogan indépendantiste « Elsass frei ».

Face au déni de démocratie de la fusion forcée imposée par Paris aux Alsaciens sans l’avale des autorités alsaciennes et sans consultation populaire, les manifestants ont notamment réclamé à de nombreuses reprises l’organisation d’un référendum pour pouvoir dire démocratiquement  « non » au diktat parisien.

Le réveil alsacien est en marche, prochaine étape, dimanche 7 décembre in Milhùsa. Los vùn Pàris, ohne Frànkrich in d’Zükunft. UH

Les photos sont disponibles sur notre page Facebook : Das Elsass ist zurück

Appel au rassemblement le mardi 11 novembre, à 09h30, place de la République à Strasbourg

En ces jours où la survie de l’Alsace est menacée, où l’existence même du peuple alsacien est niée par les plus hauts représentants de l’Etat, nous invitons les Alsaciens et leurs élus à venir se recueillir ce mardi 11 novembre à 09h30, place de la République à Strasbourg.

Ce rassemblement a pour but:
– De rendre hommage à nos ancêtres qui sont tombés sur les champs de bataille, victimes de l’expansionnisme français et prussien.
– De rendre hommage au peuple alsacien, qui malgré les vicissitudes de l’histoire est bien vivant, debout pour retrouver sa dignité et sa liberté.
– De dire notre refus de voir l’Alsace disparaitre dans une région Grand Est.

Nous appelons tous les participants à venir à la manifestation avec des fleurs rouges et blanches.

De même, nous appelons l’ensemble des élus alsaciens à faire désormais du 11 novembre une cérémonie digne, enfin respectueuse de la mémoire et du vécu de nos ancêtres. Nombre d’entre eux sont tombés sous les balles françaises, dans les Vosges, à Verdun, dans les Ardennes, en Champagne ou en Artois. Quant à ceux qui ont survécu, ils ont dû affronter ensuite le mépris de la République.

De ce fait, par respect pour nos ancêtres, nous proposons que cette cérémonie de l’Armistice soit désormais placée sous les couleurs de l’Alsace et de l’Europe, sans Marseillaise ni drapeaux tricolores.

Quelle : Unser Land

____________________________________________________________

Das Elsaß soll aufwachen, kommen Sie zahlreich ! Màche mit !

Uff denne Wappe han mer gschwore, de alde Fahne wiss un rot…

Posted on novembre 8th, 2014 by Klapperstein

Rot un Wiss Ufstànd ? Même L’Ami Hebdo s’y met : « L’Alsace forte et unie doit faire du Rot un Wiss un signe d’insoumission et de ralliement, en même temps que l’emblème de son identité. » UH

MENU

M'R EMPFHELE

Copyright © 2009 Unsri Heimet. Theme par THAT Agency propulsé par WordPress.