3.0.1" />
Unsri Heimet

Unsri Heimet – -do sin m'r d'heim ! Das Elsass, unsri Heimet !

Offener Brief an die Präsidenten!

Posted on octobre 31st, 2014 by Klapperstein

Interessenvertretung deutschsprachiger Esässer  IDEAG

Offener Brief an die Herren Präsidenten : Charles Buttner, Guy-Dominique Kennel, Phillipe Richert

Sehr geehrte Herren,

in seiner Reaktion auf die Aussage von Premierminister Valls vor dem französischen Senat, der die Schaffung eines vereinigten Elsass ablehnt und unsere Region in einem geographischen Konglomerat namens ALCA ertränken will, appelliert Präsident Buttner an die Einigkeit der elsässischen Gewählten und an die Mobilisierung aller Elsässer gegen das zentralistische Projekt, das das Ende der elsässischen Kultur bedeuten würde.

So lobenswert Ihre Absichten auch sein mögen, möchten wir Sie hiermit in aller Freundschaft vor einer Wiederholung der Irrtümer des 11. Oktober warnen. Das elsässische Volk wird Ihnen nur dann folgen, wenn es in Ihnen entschlossene und zuverlässisge Verteidiger der elsässischen Werte und Bedürfnisse sieht.

Das Elsass kämpft nun ums Überleben, und das Symbol für die Bestimmtheit, mit der wir unsere Werte verteidigen werden, ist unsere historische Fahne „Rot un Wiss“. Solange die Todesgefahr besteht, ist jedes Loyalitätsbekenntnis Paris gegenüber völlig unangebracht und kontraproduktiv, da es von der Pariser Politik als ein Zeichen der Schwäche interpretiert und sofort ausgenutzt wird, wie Manuel Valls es mit seiner Aussage bewiesen hat.

Mit anderen Worten: Eine Demonstration zugunsten des Elsass werden wir nur noch dann unterstützen, wenn die Teilnehmer nicht zum Kniefall vor den Insignien der Republik –Singen der Marseillaise, Beklatschen blau-weiß-roter Luftballons – genötigt werden.

Hören Sie endlich auf, bei jedem Ausdruck elsässischen Stolzes die Tricolore zu hissen, als müssten wir uns für das entschuldigen, was wir sind: Elsässer!

Wir sind Ihre Verbündeten im Kampf gegen die Zwangsfusion – aber nur, wenn Sie diese Aufgabe mit Würde und Stolz übernehmen.

Mit freundlichen Grüßen,

Dirk Meenenga, Präsident

Joseph Schmittbiel, Gründungsmitglied

Kontakt: Meenenga@IDEAG.fr

___________________________________________________________________

Ligue de défense des droits des Alsaciens germanophones  IDEAG

Lettre ouverte à Messieurs les Présidents Charles Buttner, Guy-Dominique Kennel, Philippe Richert

Messieurs,

réagissant à la déclaration du premier ministre Valls au Sénat, qui rejette la création d’une Alsace unifiée et exprime sa volonté de noyer notre région dans un conglomérat nommé ALCA, le président Buttner appelle à « l’union sacrée de tous les élus ainsi qu’à la mobilisation de tous les Alsaciens » contre ce projet centralisateur qui signifierait la fin de la culture alsacienne.

Vos intentions sont certes louables, mais par la présente, nous aimerions en toute amitié vous mettre en garde contre une répétition des erreurs du 11 octobre. Le peuple alsacien ne vous suivra que s’il peut compter sur vous en tant que défenseurs résolus de l’identité alsacienne !

L’Alsace se bat désormais pour sa survie, et le symbole de notre détermination à défendre nos valeurs est notre drapeau historique « Rot un Wiss » (rouge et blanc) ! Tant que la menace de mort plane sur l’Alsace, toute déclaration de loyauté envers Paris est totalement déplacée et contre-productive puisqu’elle est immédiatement interprétée comme un signe de faiblesse et exploitée comme telle, ainsi que Manuel Valls l’a prouvé avec sa déclaration.

En d’autres termes, nous ne participerons plus à une manifestation où les participants se verraient contraints à la génuflexion devant les symboles de la république (chant de la Marseillaise et lâcher de ballons bleu, blanc, rouge).

Cessez enfin de sortir le drapeau tricolore à chaque fois que s’exprime la fierté alsacienne, comme si nous devions nous excuser d’être ce que nous sommes : des Alsaciens !

Nous restons vos alliés dans le combat contre la fusion, mais uniquement si vous assumez vos rôles dans la dignité et la fierté !

Veuillez agréer, Messieurs les Présidents, nos salutations alsaciennes

Dirk Meenenga, Président
Joseph Schmittbiel, Membre fondateur

Contact : Meenenga@IDEAG.fr

Quelle : hewwemi.net

De part l’absence de démocratie réel en France et en Alsace, ce sont les députés de l’antidémocratique République Française qui vont décider provisoirement du sort de l’Alsace. Provisoirement, parce qu’en politique, rien n’est jamais définitif, et surtout pas une réforme territoriale absurde imposée à des populations plus que réticentes par un gouvernement totalement impopulaire. UH

_____________________________________________________

Réforme territoriale MM. Richert, Kennel et Buttner ont rencontré hier soir Manuel Valls.

Le dernier mot aux députés


Philippe Richert, Guy-Dominique Kennel et Charles Buttner ont été reçus hier soir par le Premier ministre pour parler de l’avenir de l’Alsace dans la réforme territoriale. S’il a montré de l’intérêt au projet alsacien, Manuel Valls s’en remet au débat parlementaire en souhaitant un compromis entre le Sénat et l’Assemblée nationale.

Cette rencontre intervenait quelques jours après l’examen, en commission spéciale du Sénat, du projet de loi relatif à la délimitation des régions… et après le rétablissement, par cette commission, de l’Alsace comme région spécifique dans ses frontières actuelles et avant l’intervention du Premier ministre devant le Sénat le 28 octobre prochain.

Les trois présidents ont exprimé au Premier Ministre le souhait de l’Alsace de garder son statut de région et de mettre en œuvre le projet de Conseil unique comme alternative à la grande région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes (ALCA). Ils ont rappelé le vote des assemblées régionales en ce sens ainsi que le succès de la manifestation du 11 octobre dernier. Ils ont développé les raisons qui sous-tendaient la position et ont rappelé qu’il ne s’agit en aucun cas d’une position de repli sur soi, mais bien d’une proposition de mise en œuvre d’une décentralisation efficace et cohérente territorialement. Les trois Présidents, qui ont trouvé le Premier ministre à l’écoute ont pu chacun apporter un certain nombre de précisions sur la position alsacienne.

Au cours de cet échange cordial et franc, et sans rejeter l’idée alsacienne qu’il a qualifié « d’intelligente », le Premier ministre a rappelé que le projet de loi était désormais en seconde lecture devant de Sénat avant de revenir à l’Assemblée Nationale. Il entend respecter la décision des assemblées dès lors qu’un accord sera trouvé entre les deux chambres. Si le Premier ministre a rappelé qu’un accord avait été trouvé à l’Assemblée nationale pour le rattachement de l’Alsace à la Lorraine et à la Champagne-Ardenne, les élus Alsaciens ont mis en avant la très large majorité qui s’est constituée en commission spéciale du Sénat en faveur de l’Alsace, sans que l’option Alsace-Lorraine ne soit évoquée.

La nouvelle carte de 15 régions (dont l’Alsace seule) adoptée mardi dernier par la commission spéciale du Sénat sera discutée mercredi après-midi.

De leur côté, les deux sénateurs PS, Patricia Schillinger et Jacques Bigot, ainsi que le Mosellan Jean-Pierre Masseret, devraient déposer un amendement visant à créer une région Alsace-Lorraine, comme le prévoyait le projet de loi déposé par le gouvernement, modifié en juillet par le groupe socialiste de l’Assemblée Nationale.

Quelle : DNA

La France, en sortir c’est s’en sortir

Posted on octobre 15th, 2014 by Klapperstein

Le peuple alsacien face au déni républicain

Ce mardi 18 octobre restera pour chaque Alsacien une illustration supplémentaire du déni autiste dans lequel s’enferme la « Grande Nation », comme l’appellent par dérision nos voisins.

En réponse à une question du député Patrick Hetzel, M. Valls, premier ministre, a déclaré à la tribune de l’Assemblée Nationale qu’ « il n’y a pas de peuple alsacien, il n’y a qu’un peuple français (…) je m’opposerai avec la plus grande détermination à ce que tout projet vise à défaire notre pays et la Nation. La France est une et indivisible » , M. Hetzel se trouvant ensuite tout marri qu’on ait pu lui prêter des propos « anti-républicains ».

Nous définissons le peuple comme « une communauté humaine ayant conscience d’être unie par une identité historique, culturelle et linguistique et manifestant la volonté de vivre ensemble. ». Notre histoire, notre culture sont uniques et en grande partie différentes de la France. A ce titre, M. Valls, que vous le vouliez ou non, le peuple alsacien existe. Il existait avant la France, pendant les différentes annexions et il existera après la France.

La réaction épidermique de M. Valls marque avant tout une reconnaissance indirecte de la mobilisation du peuple alsacien de samedi. Si le lâcher de ballons bleu-blanc-rouge et la pathétique Marseillaise lancée en gage de soumission inconditionnelle, ont certainement fait ricaner de satisfaction à Paris, la nuée de drapeaux Rot un Wiss portée par le peuple ainsi que les messages traduisant ses aspirations de liberté, ont fait comprendre qu’en 2014, la question alsacienne n’est toujours pas réglée.

Ce raidissement jacobin est également symptomatique des périodes de crises aiguës: lorsque l’économie est aux abois, l’Etat au bord de la faillite et un système politique prêt à exploser, les républicains se raccrochent aux mythes de la France éternelle une et indivisible. Et le propre des mythes est justement qu’ils sont plus proches des contes pour enfants que de la réalité. Pendant ce temps, la France coule, réellement, mais avec panache. Le coq s’enfonce dans le fumier mais garde la crête droite.

Les premiers ministres socialistes n’ont pas toujours été aussi méprisants que M. Valls. Rappelons-nous en effet de la reconnaissance du peuple corse par Rocard et Joxe (1990) ou de celle du peuple kanak (1998) par Lionel Jospin. Mais ces épisodes ont été des exceptions.

L’Etat français persiste aujourd’hui à croire que les peuples de l’hexagone sont une menace pour lui et que leur destruction doit être menée à son terme. Les déclarations de M. Valls le confirment. La France a été tour à tour royaliste, révolutionnaire, bonapartiste, socialiste, conservatrice, gaulliste… mais toujours centralisée et jamais fédérale.

De ce point de vue, elle ne changera jamais. Elle continuera à fouler aux pieds une terre qui bien avant elle a vu naître la Liberté. Jamais la France ne reconnaîtra spontanément notre langue, ni ne défendra notre culture. Qu’est d’ailleurs devenue la ratification de la Charte Européenne des langues régionales promise par M. Hollande ? Aux oubliettes…

La France ne respecte que ceux qui lui tiennent tête et la mettent en échec. Hier, la Corse, la Bretagne, aujourd’hui l’Alsace. M. Valls, le peuple alsacien ne courbera pas l’échine.

Aux élus, nous adressons ce message : nul ne peux servir deux maitres à la fois. Entre le peuple alsacien et la république jacobine, il faudra choisir.

Quelle : Unser Land

UMP-Rottner: Valls «verschmäht unsere Kultur…»

Posted on octobre 15th, 2014 by Klapperstein

Der UMP-Oberbürgermeister von Mülhausen, Jean Rottner, hat heute auf die gestrigen Äußerungen des französischen Premierministers Manuel Valls, daß es «kein elsässisches Volk» gebe, mit einem öffentlichen Brief reagiert.

«Nach der Verachtung der lokalen Politiker und der betroffenen Bevölkerung im Rahmen der von der Regierung gewünschten Gebietsreform haben wir gestern einer anderen Form der Hochnäsigkeit seitens des Premierministers beigewohnt, der auf eine legitime Frage des Abgeordneten Patrick Hetzel antwortete. [...] Die Äußerungen Manuel Valls’ können keinesfalls zu einer Beschwichtigung oder zur Einführung eines echten Dialogs beitragen. Und wir verdienen es nicht, daß man die präzendenzlose Mobilisierung der Elsässer des Volkes, wenn nicht des elsässischen Volkes, einfach vom Tisch wegwische. Unser Land und dessen Einwohner [...] als «abgekapselt» bezeichnen zu wollen, heißt unsere Kultur, die Aktion von Personen mit universeller Aura wie Dr. Albert Schweitzer [...], unsere Stellung als Kreuzung in Europa und besonders die Geschichte [...] verschmähen!

Wir erwarten etwas Anderes von unserer Regierung als Bannflüche, die unangenehm an die III. Republik erinnern. [...] Das Elsaß und die Elsässer haben keine Lektion der Moral von niemandem zu bekommen. Ich bezweifle, daß man sich solche Äußerungen bretonischen oder korsischen Parlamentariern gegenüber erlaubt hätte. [...]», so Rottner.

Quelle : Hytt Morje

Manuel Valls oder die Bürokratie in Aktion

Posted on avril 9th, 2014 by Klapperstein

Presserundschau Réforme territoriale Le retour du spectre de la fusion de l’Alsace-Lorraine

L’annonce faite par Manuel Valls « de réduire de moitié le nombre de régions » d’ici à 2017, ce mardi à l’occasion de son discours de politique générale devant l’Assemblée nationale est venu confirmer celle de François Hollande le 14 janvier lorsque ce dernier a esquissé les contours de son « choc de simplification ».

Un projet qui prévoit le rapprochement de certaines régions et qui ne manquera pas de raviver dans les jours qui viennent le débat sur la possible fusion de l’Alsace et de la Lorraine préconisée dans un rapport réalisé en 2009 sous la direction d’Edouard Balladur (lire le rapport complet ci-dessous). Le document qui détaille le futur découpage recommande en effet de « favoriser les regroupements volontaires de régions et la modification de leurs limites territoriales, pour en réduire le nombre à une quinzaine ». Plusieurs hypothèses avait été alors avancées. Parmi elles, la fusion du Bas-Rhin et du Haut-Rhin mais celle également de l’Alsace et de la Lorraine.

Un projet qui a suscité, ce mardi à l’issue du discours du Premier ministre, des réactions divergentes en Alsace et en Lorraine. Le président de la région Alsace, Philippe Richert (UMP), a ainsi jugé les propositions de réforme territoriale «complètement déphasées avec la réalité sur le terrain», alors que son homologue en Lorraine Jean-Pierre Masseret (PS) les a saluées.

A noter qu’au cours de son discours, Manuel Valls a également proposé de supprimer les conseils départementaux «à l’horizon 2021». La question du rapprochement entre le Haut-Rhin et le Bas-Rhin pourraient là aussi être remise au goût du jour.

Quelle : L’Alsace

_______________________________________________________

Nous constatons que les personnes qui se plaisent à penser que les élites euro-mondialistes seraient favorables aux identités régionales ont tout faux. C’est tout aussi vrai  des souverainistes hystériques que des régionalistes un peu trop naïfs. La République a créé les départements pour diviser les anciennes provinces du royaume de France et ainsi détruire leurs identités, et maintenant les zélateurs de l’Union (européenne) veulent fusionner les régions françaises entre elles, poursuivant ainsi le même dessin. RF et UE, même combat, en sortir c’est s’en sorti. Elsass frei. UH

Korsisch als Amtssprache unvorstellbar

Posted on avril 4th, 2014 by Klapperstein

Presserundschau Valls : Korsisch als Amtssprache unvorstellbar

Der neue französische Premierminister Manuel Valls ist auch ein Radikaljakobiner alter Prägung: «Korsisch als zweite Amtssprache [neben dem Französischen auf der Insel Korsika, NdR] ist unvorstellbar», so Valls. Was er über Deutsch als Amtssprache in Elsaß-Lothringen oder Bretonisch in der Bretagne kann man sich auch vorstellen.

Quelle : Hytt Morje

MENU

M'R EMPFHELE

Copyright © 2009 Unsri Heimet. Theme par THAT Agency propulsé par WordPress.