3.0.1" />
Unsri Heimet

Unsri Heimet – do sin m'r d'heim ! Das Elsass, unsri Heimet !

Wàs beditet a Sproch wu labt ?

Posted on octobre 23rd, 2017 by Klapperstein

Wàs beditet a Sproch wu labt ? Que signifie une langue qui vit ?


(Par Evelyne Troxler), Ajointe au maire honoraire de Mulhouse, chargée de la langue et culture régionale – Ìm Sìnn, ìsch a Sproch wu labt :

1/ a Sproch wu ma seht que l’on voit

2/ a Sproch wu ma heert que l’on entend

3/ a Sproch wu ma ehrt, respektiert un unterstìtzt que l’on honore, respecte et soutient

4/ a Sproch wu ma lehra kàt, entwedder wàs fìr m’a Àlter que l’on peut apprendre à tout âge

a Sproch wu ma seht

Drumm, ìn Mìlhüsa zitter 1991, unser Programm fìr zweisprachiga Stroβaschìlder

d’où, à Mulhouse, notre programme de plaques de rue bilingues, mis en place à mon initiative en 1991 – (cf plaquesbilingues.fr)

A Bemerkung : unsra Schìlder sìn – sous-titrés en alsacien –, dàs beditet às s Elsasserditscha kleiner ìsch wia s Franzeescha, un dodur a Mìnderheit’s Sproch – donc l’alsacien est plus petit que le français, ce qui souligne le caractère minoritaire.

A Projekt fìr Mìlhüsa war jetz, às Elssaserditsch so groβ gschrìwa war uf da Stroβaschìlder às Frànzeesch ; ìn dr Bretagne ìsch’s meglig, wurum nìt ìm Elsàss ? – un projet pour Mulhouse maintenant : l’égalité des caractère, qui est possible en Bretagne, pourquoi pas en Alsace ? –

A Sproch wu ma seht ìn dr Warbungune langue que l’on voit dans la communication

In Mìlhüsa müasch a Luppa namma fìr a Pààr Werter uf Elsassisch fìnda ìn da Ilàdunga odder Warbunga, sogàr wenn s sìch um regionàla Kültür hàndelt – à Mulhouse il faut prendre une loupe pour trouver quelques mots en alsacien dans les invitations ou toute forme de communication, même quand il s’agit de culture régionale –

D’ Fàchslitt sàga : « trop d’information tue l’information ». Schlàui, ìn dr Bretagne gìltet dàs nìt, s wìrd àlles uf Bretonisch ìwersetzt – bizarre, en Bretagne, cette règle ne s’applique pas, tout est traduit en Breton

A Sproch wu ma ìn da Gschafter seht

Ìn da Gschafter un Groβgschafter ìn dr Bretagne fìndet ma Wand un Schaft voll bretonischa Produkta : Bredla, Bier, Wurscht, Fleisch, Mìlch … un d’ Sproch geht mìt – Dans les magasins et supermarchés en Bretagne il y a des murs et des étagères pleins de produits bretons : gâteaux, bières, charcuterie, viande, produits laitiers … et la langue est présente.

Nix a so ìm Elsàss (s ìsch gràd bleed, wàs Tourismus àbelàngt) … Doch, dr Super U vu Sierentz hàt zweisprachiga Etiketla igfiart. Wurum màch’s nìt àlla super U vum Elsàss ? Denn in dr Bretagna màcha s àlla Super U …. Rien de tel dans les magasins en Alsace (c’est juste stupide, d’un point de vue touristique et commercial) … Si au Super U de Sierentz il y a un étiquetage bilingue, pourquoi tous les super U d’Alsace ne le font-ils pas ? En Bretagne ils font tous la promotion des produits régionaux …. Wàs màcha denn unsra Hàndelskàmra ? – Que font donc nos CCI ?

Wu dr IKEA uf Mìlhüsa kumma ìsch, hàt ar Warbung uf Elsassisch gmàcht. Sìn dàs Idiota ? – quand IKEA est arrivé à Mulhouse, il a fait de la pub en alsacien. sont-ce des idiots, ces communicants de IKEA ?

A Sproch wu ma uf da zweisprachiga Dìchterwag vum Verein AGATE ìm gànza Elsàss fìndet – une langue que l’on trouve sur les sentiers des poètes bilingues de l’association AGATE dans toute l’Alsace.

Wurum nìt so na Dìchterwag ìm Tànnawàld vu Mìlhüsa, mìt da mìlhüser Dìchter wia dr Auguste Lustig, Victor Schmidt, Tony Troxler, sogàr Nathan Katz wu ìn Mìlhüsa glabt un gschàfft hàt ? – pourquoi pas un tel sentier dans le Tannenwald de Mulhouse avec les poètes mulhousiens ?

A Sproch wu ma ìn dr « Zittung » lasa kàtune langue que l’on peut lire dans le « journal »

So geht’s ìn dr Zittung «  L’Alsace », wu mr jeda Wucha àm a Samschtig un àm a Sunntig Elssasserditsch lasa kàt , dànk ’m team Edgar Zeidler, Yves Bitsch, Jean-Christophe Meyer, Adrien Dentz un noch viel àndra Journalischta – il en est ainsi dans le journal « L’Alsace » grâce à une équipe de rédacteurs dialectophones sous la houlette d’ Edgar Zeidler et d’Yves Bitsch.

A Sproch wu meh zur Galdung kumma sott ìn unsra Büachhàndlungaune langue qui devrait être mise en valeur d’avantage dans nos librairies

Gràtüliara mr drbi dr Jean-Marie Stoerkel un dr Jacques Zimmermann fìr ìhra zweisprachiga Krimi – félicitons au passage JM Stoerkel et J. Zimmermann pour leurs policiers bilingues !

a Sproch wu ma heert

Zerscht a Sproch wu ma heert, will ma sa redt ! – tout d’abord une langue que l’on entend parce qu’on la parle !

S’ìsch fìr uns àlla a Pflìcht Elssasserditsch z’ reda so boll un so viel wia meglig, ìweràll ! – c’est un devoir pour nous que de parler alsacien autant que possible et partout .

Dr offiziella Plàtz vu dr Sproch ìsch wìrtig : Ìch hàn vu 1989 àb, ìmmer Elsassisch gredt ìn da offiziella Reda, wàs nìt güat àgsah gsìì ìsch ! – en tant qu’élue, j’ai tenu mes discours en alsacien dès 1989, ce qui n’était pas bien vu

Zweitens a Sproch wu ma heert, will sa mìt dr Müsik gehtdeuxièmement, une langue entrainée par la musique

Da Zug vu dr Müsik, wu d’ Sproch (wu ma nìt umbedìngt versteht) mìtrisst wia ìn dr Bretagne odder ìn Corsica , han mìr fìr dr Momant verfahlt ; villicht kummt’s – ce train de la musique qui entraine la langue comme en Bretagne et en Corse, nous l’avons manqué pour le moment : il repassera peut-être …

Reda mr nìt vum Radio un vu dr Télé… Wurum wìrd Corsikànisch gredt uf Radio France Corse FM, un nìt Elsassisch uf Radio France Alsace FM ? Ce scandale de la disparation de l’alsacien sur Radio France Alsace, contrairement à la Corse, continue ….

S’ ìsch wohr d’ Junga ìnteressiara sìch nur noch àn dr Web ; dàs kàt uns villicht halfa – les jeunes ne s’intéressant plus qu’au Web, celui-ci peut donc être une aide précieuse

a Sproch wu ma ehrt un unterstetzt

S’ Elsasserditscha ìsch fìr s’ erschta mol uf d Bìhna vu dr Filature ìn Mìlhüsa kumma àn a 1998, mìt « Toni » a Uffiahrung ìwer s’ Wark vu mim Pàpa dr Tony Troxler, fìr si 80. Geburstàg (dànk’ m Christopher Crimes, dr anglischa Dirakter…) un oi fàscht s letschta mol … üsserm a DìchterOwa ìn 2008 – la Filature de Mulhouse a accueilli pour la 1ère fois un spectacle en alsacien en 1998, avec «  Toni » , donné à l’occasion du 80ème anniversaire de Tony Troxler … et pour la dernière …. En dehors d’une soirée poétique en 2008.

Zitter gan mr uns Miaih mìt’m Daniel Muringer fìr zweisprachiga Dìchter Owa ìn dr Bibliotek vu Mìlhüsa z’ organisiera, às àlla unsra richa Literatür entdecka känna – depuis nous organisons des soirées poétiques bilingues à la bibliothèque avec Daniel Muringer, pour que tous puissent avoir accès à notre littérature si riche.

a Sproch wu ma lehra kàt

Ìn Lorient màcha sa gànz flotta un « moderna » Warbung fìr dr bretonnischa Unterrìcht fìr d’ Junga …. À Lorient, des affiches amusantes vantent l’apprentissage du breton par les jeunes …. Unsra Vollkshochschüala /UP känta a Beispiel namma …. Nos UP pourraient prendre exemple ….

Ìch bìn stolz às ìn unsra Üniversität, d’ UHA àlla Studanta Elsassisch lehra känna mìt’m Edgar Zeidler : mina Àrwet àls adjoint au maire – je suis fière de ce que tous les étudiants de l’UHA puissent apprendre l’ alsacien avec Edgar Zeidler

Vergassa mr nìt dr Plàtz wu s Elsasserditscha umbadìngt un drìngend ìm zweisprachiga Unterrìcht  fìnda müass ! ABCM màcht’s – so ìsch’s meglig !!!

N’oublions pas l’indispensable place de l’alsacien dans le cursus bilingue ! ABCM le fait, donc c’est possible !

D’ Kìnder Theàter vu da Elsasser Theàter (a Idee vum Tony troxler fìr s’ ETM) han a güater Erfolg, àwwer s’ langt nìt : Elsassisch sottigt ìn àlla Périscolaires vorgschlàga wara – les Kìnder Theàter ont un joli succès mais c’est insuffisant, l’alsacien devrait être proposé dans tous les périscolaires !

Drum unterstetza àlla d’ Bubbitànz gànz uf Elsassisch vu dr FILAL ! Mr mian’s schàffa  – donc soutenez tous les crèches en immersion du FILAL , nous devons y arriver !

Wàs brücht mr fìr às a Sproch labt ?

dr WÌLLA – la volonté

Dr Wìlla vu da Litt vum Elsàss . Politiker iverstànda – s’ Gald kummt mìt , wenn dr Willà do ìsch …. La volonté des gens d’Alsace, y compris les politiciens – les moyens suivront si volonté il y a

ET

Quelle : Elsass journal

____________________________________________________________________

Wo ein Wille ist, ist ein Weg, nous sommes bien d’accord, mais en l’occurrence la volonté seule d’individus atomisés ne suffit pas, la lente agonie de notre langue depuis des décennies le montre clairement.

La survie ou la mort d’une langue ne dépend pas seulement du comportements de ses locuteurs dans leur dimension personnelle et privée, elle dépend surtout de leur comportement dans leur dimension collective et public. Si les Alsaciens n’exigent pas avec force et détermination que la langue alsacienne sous ses deux formes, l’alsacien dialectal et l’allemand standard, soit reconnue langue officielle en Alsace au même titre que le français, leurs efforts individuels à pratiquer leur langue, aussi nécessaire et souhaitable soient-ils, ne peuvent aucunement être suffisants à éviter la mort programmée par la République Française de notre langue.

La solution à la question linguistique en Alsace est avant tout politique, ce que les Alsaciens n’ont  jusqu’à présent malheureusement jamais voulu comprendre. Et appeler à la bonne volonté des politiciens alsaciens sans questionner leur attachement aux sacro-saintes valeurs de la République n’a pas grand sens, puisque c’est par la mise en application de ces mêmes valeurs que notre langue se meurt. Exiger les transformations institutionnelles qui seules peuvent nous permettre de défendre politiquement nos intérêts est le préalable indispensable à la survie de notre langue.

Si les jeunes Alsaciens, mais aussi les moins jeunes, n’ont pas eu, ce qui ne devrait pas être une chance mais une évidence, la chance de parler la langue de leurs parents et de leurs aïeux, ce n’est pas la faute de leurs parents qui ont renoncé individuellement à leur transmettre leur langue étant donné le contexte politique profondément germanophobe et républicain dans lequel ils ont vécu, mais c’est la faute de leurs parents qui ont renoncé collectivement c’est à dire politiquement à défendre leurs droits civiques et politiques, se laissant intimider et maltraiter par l’antidémocratique et arrogante République Française.

Concernant la question linguistique, les Alsaciens, qu’ils aient été attaché ou non à la préservation de leur langue, ont passé les dernières décennies à exclamer d’une fausse fierté inspirée par une vrai crainte :  » Mir màche ke Politik ».

Mir màche Politik. Et nous espérons qu’à la lumière des évènement récents mais aussi plus anciens, de plus en plus d’Alsaciens en fassent aussi. Chacun à sa manière. La nôtre est toujours la même : Nie wieder Frankreich, Elsass frei. UH

MENU

M'R EMPFHELE

Copyright © 2009 Unsri Heimet. Theme par THAT Agency propulsé par WordPress.