3.0.1" />
Unsri Heimet

Unsri Heimet – do sin m'r d'heim ! Das Elsass, unsri Heimet !

Veranstaltung in Kolmar : alle auf die Straße !

Posted on novembre 30th, 2014 by Klapperstein

Comme nous le disions hier, le bluff du gouvernement pour étouffer la contestation alsacienne a échoué, en témoigne la déclaration de Christian Chaton de ce matin :

« De nombreux élus seront présents cet après-midi à Colmar. Parmi ceux déjà annoncés, Eric Straumann, député du Haut-Rhin, Gérard Simmler, conseiller général du canton de Marckolsheim, Claude Abel, maire de Sainte-Marie-aux-Mines, Philippe Huber Maire de Muespach-le-Bas, et tous ceux qui nous rejoindront directement. Je vous donne rendez-vous à 15h place de la Gare à Colmar pour faire entendre la voix de l’Alsace ! »

Daher, heute Nachmittag in Kolmar : alle auf die Straße ! Rot un Wiss Aufstand !! UH

Unsri Bandelajäger in Pàris !

Posted on septembre 17th, 2014 by Klapperstein

Presserundschau Réforme territoriale La pétition pour l’Alsace entre à l’Elysée

Une délégation d’élus de la majorité alsacienne a remis ce matin la pétition pour l’Alsace a un conseiller de François Hollande. Elle compte quelque 54 000 signatures.

Une délégation composée de 15 élus de la majorité alsacienne : députés et sénateurs ; Philippe Richert, président du conseil régional d’Alsace ; Guy-Dominique Kennel, président du conseil général du Bas-Rhin et de Jean Rottner, maire de Mulhouse, a tenté ce matin de se rendre à l’Elysée pour remettre à François Hollande la pétition du maire de Mulhouse demandant la création d’un Conseil d’Alsace en lieu et place de la fusion de l’Alsace avec la Lorraine et Champagne-Ardenne.

La délégation a été stoppée par un barrage de police sur le lieu du rendez-vous, au croisement entre les Champs-Elysées et l’avenue de Marigny, assez loin de l’objectif fixé.

Une délégation d’élus de la majorité alsacienne a remis ce matin la pétition pour l’Alsace a un conseiller de François Hollande. Elle compte quelque 54 000 signatures. Les élus ont déployé une banderole sur laquelle il était inscrit : « Ne tuez pas l’Alsace ».

Une délégation composée de Philippe Richert, Eric Straumann et Jean Rottner a toutefois été reçue par Bernard Rullier, conseiller parlementaire de François Hollande. Les élus lui ont remis la pétition comptant 53 998 signatures.

La publication des photos a immédiatement suscité un vif débat sur les réseaux sociaux entre les socialistes et les représentants de la majorité alsacienne.

Quelle : DNA

__________________________________________________

Marianne, psychopathe récidiviste, a déjà tué s’ Elsass il y a bien longtemps, l’Alsace alsacienne de langue et de culture germanique, et veut maintenant encore diluer ces restes, l’Alsace standardisée et francisée, dans une grande région nord-est, au cas où le cadavre bougerait encore.

Il fut un temps où la République gouvernait mal mais se défendait bien, aujourd’hui elle gouverne très mal et se défend aussi de plus en plus mal. Le système corrompu de la République arrive en fin de cycle et réagit n’importe comment, en témoigne le rajout insensé de la Champagne-Ardenne à la fusion des régions Lorraine et Alsace.

C’est maintenant aux Alsaciens de se réveiller et de prendre enfin leur destin en main, en revendiquant et en obtenant un maximum d’autonomie par rapport à Paris.

En attendant notre ligne est claire : Los von Paris, los von diesem Narrenrepublik, ohne Frankreich in die Zukunft… UH

Jetzt ist der Landrat wieder zurück !

Posted on août 26th, 2014 by Klapperstein

Charles Buttner a enfin cédé à la pression de l’opinion publique alsacienne et de ses compères carriéristes de l’UMP. Il se rallie à la fronde des élus UMP qui revendiquent le retour du Conseil d’Alsace. La majorité des élus alsaciens et la majorité du peuple alsacien sont maintenant unies face à Paris. Jetzt get’s los, gemeinsam wird alles möglich.

Et en attendant la manifestation du 20 septembre à  Strasbourg, n’oubliez pas que tout le monde peut afficher des Rot un Wiss « a la moda catalana » (à la mode catalane), participer à l’opération  Trauerflor gegen Zwangsfusion et continuer de faire signer  à son entourage la pétition de Jean Rottner :  Je signe la pétitionIch unterschreibe die Bittschrift.

_________________________________________

Presserundschau Réforme territoriale La droite haut-rhinoise se rassemble pour relancer le conseil unique

Le groupe majoritaire du conseil général du Haut-Rhin et les parlementaires de la majorité alsacienne se sont mis d’accord pour tenter de relancer le conseil d’Alsace et contrer la fusion avec la Lorraine et Champagne-Ardenne.

Le projet de résolution dévoilé hier a été élaboré le matin même lors d’une réunion du groupe majoritaire du conseil général du Haut-Rhin. Il sera présenté jeudi en commissions réunies, en attendant un vote en séance publique. Charles Buttner l’a transmis à ses homologues de la Région et du Bas-Rhin, Philippe Richert et Guy-Dominique Kennel. L’objectif est d’arriver à un vote concordant des trois assemblées pour relancer le projet de conseil d’Alsace, comme le réclamaient le maire de Mulhouse, Jean Rottner (lire ci-contre), et les parlementaires haut-rhinois emmenés par Eric Straumann.

Si le consensus n’a pas dû être facile à trouver au conseil général du Haut-Rhin, « le contexte a évolué » depuis l’échec du référendum d’avril 2013, reconnaît Charles Buttner.

Éviter un « alsaticide »

Le président haut-rhinois veut à tout prix éviter un « alsaticide ». Le spectre d’une grande région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, dont le « centre de gravité se déplacerait inévitablement vers l’ouest » , observe Eric Straumann, a joué le rôle d’épouvantail. Le calendrier de la réforme, qui arrivera au Sénat mi-octobre, a accéléré le rapprochement. Il fallait aussi que les grands élus alsaciens « parlent d’une seule voix » quand ils verront le président de la République, début septembre.

Le texte présenté hier réclame que l’Alsace soit logée à la même enseigne que la Bretagne ou la Corse, laissées intactes par le redécoupage, souligne la sénatrice Catherine Troendlé. Il se veut une « contre-proposition » constructive dans le débat institutionnel, avec une « valeur ajoutée » , insiste Charles Buttner. De fait, il reprend les grandes lignes de la résolution adoptée par le congrès des trois assemblées alsaciennes en décembre 2012, ainsi que le projet annexé de 26 pages.

Il s’agit toujours de demander de nouvelles compétences, notamment en matière de coopération transfrontalière et d’enseignement des langues. On retrouve aussi le mode de scrutin mixte, uninominal et départemental, avec une dose de proportionnelle. La résolution comporte enfin une précaution : elle ne vaudra que si la Région Alsace est maintenue dans ses frontières actuelles.

Un « coup de poker »

Eric Straumann et Charles Buttner reconnaissent qu’il s’agit « davantage d’un geste politique que juridique ». On ne sait, en effet, si le gouvernement se sentira obligé d’y donner suite, après le premier échec du projet. Si ce n’était pas le cas, les parlementaires alsaciens promettent déjà de « prendre des initiatives fortes ». Reste que pour Charles Buttner, ce « coup de poker » aura au moins le mérite de « retarder le processus et peut-être de sortir l’Alsace de la Région Grand Est ».

À l’annonce de la relance du projet de conseil d’Alsace, Philippe Richert s’est dit « très heureux du dénouement d’un débat qui a mobilisé depuis des semaines les élus haut-rhinois ». « Il est important que l’Alsace puisse apporter une réponse unie, face à la création inacceptable d’une Région englobant l’Alsace, la Lorraine et Champagne-Ardenne » , commente le président du conseil régional.

Quelle : L’Alsace

Ich habe die Bittschrift für die Zukunft des Elsass untergeschrieben

Posted on juillet 24th, 2014 by Klapperstein

Webrundschau J’ai signé la pétition pour l’avenir de l’Alsace

J’ai signé la pétition initiée par Jean Rottner appelant les Alsaciens à prendre leur destin en main. Avec l’ensemble des parlementaires UMP d’Alsace, Guy-Dominique Kennel et Philippe Richert nous appelons à la mobilisation des forces vives et de l’ensemble des citoyens d’Alsace afin que le débat parlementaire qui se poursuivra au Sénat et à l’Assemblée Nationale prenne enfin en compte la voix de l’Alsace.

Nous refusons la grande Région Alsace / Lorraine / Champagne-Ardennes et nous refusons que l’Alsace ne soit qu’une variable d’ajustement pour les accords politiciens du Gouvernement et de la majorité socialistes.

C’est pourquoi nous défendons comme alternative une nouvelle gouvernance locale d’une Alsace qui resterait une région à part entière et conserverait son identité et ses spécificités.

Si vous voulez aussi que les Alsaciens et l’Alsace soient respectés et entendus n’hésitez pas à signer cette pétition !

Quelle : fabiennekeller.fr

________________________________________________

Les politiciens alsaciens se rallient doucement mais sûrement à l’idée d’Eric Straumann de réactiver le Conseil d’Alsace, et donc à la pétition de Jean Rottner qui en est le prolongement.

Le succès rapide de la pétition, qui en est actuellement à plus de 32 000 signatures, y est certainement pour beaucoup. Prenons donc effectivement notre destin en main et continuons à signer et à faire signer cette pétition. UH

Je signe la pétition

Ich unterschreibe die Bittschrift

Elsässischer Landrat : 108 « Ja », 5 « Wider », 9 Enthaltung

Posted on novembre 25th, 2012 by Klapperstein

 Conseil d’Alsace : 108 « oui », 5 « contre », 9 abstentions

o
Le congrès réuni ce matin à Strasbourg a approuvé à une très très large majorité la création d’une « collectivité territoriale d’Alsace », également appelée Conseil d’Alsace. Les 122 élus ont été invités à voter sur la résolution à 14h30 : on comptait 108 « oui », 5 « contre » et neuf abstentions. Philippe Richert obtient une majorité plus large qu’en décembre dernier, lors du précédent congrès qui s’était tenu à Colmar. 101 élus avaient alors approuvé la résolution.

Le résultat du vote, première analyse

Sur 122 élus convoqués en congrès ce matin à Strasbourg, siégeant au conseil régional ou dans les deux conseils généraux, 108 ont approuvé et voté « oui »

- à la résolution qui demande la création d’une « collectivité territoriale d’Alsace »

- à la tenue d’un référendum le 7 avril 2013

- à la question du référendum

- au rapport qui l’accompagne

Ils ont également approuvé le principe d’une fusion des agences économiques et des agences touristiques, ainsi que la distribution des rôles entre Strasbourg, siège de la collectivité et siège de l’assemblée, Colmar, siège de l’exécutif, et Mulhouse qui accueillera certaines directions.

Cinq élus ont voté contre cette résolution. Il s’agit des conseillers généraux de l’agglomération de Strasbourg,Eric Elkouby et Raphaël Nisand, qui avaient tous les deux une procuration (pour Henri Dreyfus et  Serge Oehler). De même que la nouvelle conseillère générale de Neudorf, Suzanne Kempf, qui a remplacé Philippe Bies. Ils sont tous socialistes.

Neuf élus se sont abstenus, tous socialistes (Pierre Freyburger (CG68), Alain Fontanel (CR67), Pernelle Richardot (CR67), Antoine Homé (CR68), Victorine Valentin (CR68), Cléo Schweitzer (CR68), Robert Herrmann (CG67),Claude Froehly (CG67) et Olivier Bitz (CG67)).

Les 81 élus de la majorité alsacienne ont approuvé le projet. De même, tous les élus écologistes EELV.

Les socialistes et apparentés, 22 élus au congrès, se sont donc répartis entre pour (8), abstention (9) et contre (5).Le FN, cinq élus au congrès, a voté pour.

La majorité obtenue par le projet est plus large, de quelques voix, qu’à Colmar au précédent congrès.

Les débats auront duré près de 4h30, avant le vote à main levée. L’opposition socialiste avait demandé un vote à bulletin secret.

La majorité alsacienne a été unanime derrière Philippe Richert et les deux présidents des conseils généraux, Charles Buttner et Guy-Dominique Kennel : il ne leur manquait aucune des 81 voix.

Les élus écologistes, EELV, emmenés par Jacques Fernique, ont fait ce qu’ils avaient annoncé : il ont voté « oui », a expliqué leur porte-parole, parce qu’il s’agissait de se prononcer sur l’essentiel. Aucune de leur 10 voix n’a fait défaut au projet.

Les socialistes se sont retrouvés piégés, comme à Colmar en décembre 2011. Ils n’ont pas pu définir une position commune entre élus du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. Chacun était laissé libre de son choix. Les Strasbourgeois ont voté contre ce projet ou se sont abstenus. Ils ont été rejoints dans l’abstention par quelques Haut-Rhinois, des Mulhousiens et la Colmarienne Victorine Valentin.

Mais il est à noter qu’aucun élu du Haut-Rhin n’a voté contre le projet de création d’une collectivité territoriale d’Alsace tel qu’il était exposé dans la résolution de ce matin. Toutes les voix contre sont venues du Bas-Rhin et plus particulièrement de l’agglomération de Strasbourg.

De ce point de vue, Philippe Richert, qui porte le projet de création d’une collectivité unique depuis des années, a encore un problème urbain à régler. Il doit emmener dans l’aventure les élus strasbourgeois qui représentent tout de même une très grande partie des Alsaciens.

Roland Ries avait fait un geste dans le différend qui opposait les socialistes strasbourgeois et les « porteurs » du projet de conseil unique il y a quelques mois. Mais la question du siège a ravivé le différend. Affirmer que le futur Conseil d’Alsace aura son siège à Strasbourg, tout en annonçant que l’assemblée siégera à Strasbourg, mais son conseil exécutif à Colmar, n’est pas passé auprès des socialistes strasbourgeois. Les socialistes du conseil régional ont rallié cette position.

La prochaine étape pour le projet de création d’un Conseil d’Alsace est maintenant le référendum fixé au 7 avril 2013. D’ici là, il faudra mener campagne et convaincre les Alsaciens. Les autres étapes plus institutionnelles sont l’examen de la loi sur l’acte III de la décentralisation à l’Assemblée nationale et les discussions avec le gouvernement pour la préparation du vote du Parlement sur la création du Conseil d’Alsace. C’est le Parlement et lui seul qui pourra créer une Collectivité territoriale d’Alsace.

Car l’Alsace fait partie de la République française. Philippe Richert l’a bien rappelé ce matin.

Ci-dessous le compte-rendu des débats du congrès

Read the rest of this entry »

MENU

M'R EMPFHELE

Copyright © 2009 Unsri Heimet. Theme par THAT Agency propulsé par WordPress.