3.0.1" />
Unsri Heimet

Unsri Heimet – do sin m'r d'heim ! Das Elsass, unsri Heimet !

Fränzi Waag – Geschichte des Elsass, der elsässische Standpunkt

Posted on août 2nd, 2012 by Unsri Heimet !

Histoire d’Alsace
le point de vue alsacien
François Waag

De la préhistoire à nos jours, l’histoire d’un pays allemand du St Empire romain germanique conquis militairement par Louis XIV en 1648, redevenu allemand en 1871 par le traité international de Francfort, français de 1918 à 1940, etc…

Pendant tout le Moyen Age, l’Alsace morcelée en plusieurs petits états, a connu sa période la plus florissante: Godfried von Strassburg reste un grand nom de la littérature allemande, la première Bible en allemand fut imprimée à Strassburg, etc…

Sur la période allant de 1871 à nos jours, l’auteur se fait un point d’honneur à dévoiler tout ce que l’histoire officielle (Le point de vue français) cache soigneusement. Par exemple, ce fut pendant la période du Reichsland (1871-1918) que l’Alsace fut la plus libre: les Alsaciens ont fini par disposer d’un gouvernement et d’une Assemblée régionale dotés d’une large autonomie qu’ils perdront dès leur annexion par la France en 1918. Ce qui explique l’histoire houleuse de l’entre-deux guerres.

L’occupation nazie, très dure pour les Alsaciens, servira de prétexte idéal pour Paris afin de supprimer toutes traces de germanisme en Alsace. Il faudra attendre 2011 pour que l’Alsace se réveille enfin et projette de s’autogouverner par une Assemblée territoriale unique*.

Trois annexes importantes concernent à la fois les Alsaciens et les Bretons :
- L’assassinat de Jos Youénou, militant nationaliste breton,au Struthof(ancien camp de concentration nazi réouvert par les Français après la Libération).
- Le martyr des enfants alsaciens-lorrains au camp Marguerite (Rennes).
- La déclaration du président de la cour de sûreté de l’état au procès du FLB en 1972.

On trouvera en annexes l’histoire et les visuels
-du blason alsacien (ndlr: le blason alsacien en couverture n’est pas le blason historique !) et son symbolisme
-du drapeau, le Rot und wiss
-de l’hymne alsacien : texte original avec partition + traduction en français
-Une petite histoire de Sainte Odile patronne de l’Alsace.

Enseignant, « Fränzi » Waag est passionné par l’histoire de l’Alsace. Il collabore à plusieurs journaux et a déjà publié deux autres ouvrages dont l’un consacré à la Grande Guerre.

*Pour aller plus loin dans la compréhension de cette revendication, on peut compléter la lecture de cette Histoire d’Alsace par l’ouvrage :

L’Alsace demain
Plaidoyer pour un statut d’autonomie
de Bernard Wittmann (chez le même éditeur)

Dans la même collection :
- Histoire de Bretagne de Jean-Pierre Le Mat (existe également en anglais et en allemand))
- Histoire de Corse de Francescu-Maria Perfettini
- Histoire de Flandre de Eric Vanneufville
- Histoire d’Arménie de Jean V. Guréghian
- Histoire de Wallonie de Yannick Bauthière et Arnaud Pirotte

12€, Poche
Broché
11 x 17 cm
336 pages
Nombreuses photos et cartes en noir et blanc
Dessin de couverture : Gwendal Lazzara
ISBN 978-2-914855-66-2

Ed. Yoran Embanner

Über den 31. Mai 1911

Posted on juin 2nd, 2012 by Klapperstein

Folgend der Chronik von Jacques Kauffmann, die im letzten Jahr zur Hundertjahrfeier unserer Verfassung im Mitteilungsblatt von Unser Land erschienen ist. Hewen’n ejch fescht !

_________________________________

Ein Jahrhundert ist vergangen seit diesem historischen Ereignis als am 31 Mai 1911, Elsass-Lothringen eine eigene Verfassung und ein eigenes Parlament bekam im Rahmen des damaligen deutschen Reiches.

Könnten wir das Rad der Geschichte zurückdrehen so würden wir sagen: „ Elsass- Lothringen du hast es geschafft“. Ja wir zählen Lothringen auch dazu, denn das Reichsland Elsass-Lothringen war eine Einheit geworden und hatte seine Vertreter, seine Abgeordneten in Berlin. Es war auch nicht einfach damals. Es müsste auch gekämpft werden um Anerkennung. Für die Elsässer im Jahr 1911 war es aber ein Erfolg, ein Fortschritt. Heute, nach hundert Jahren könnte man den Eindruck haben, dass unsere tapferen Elsass–Lothringer von damals umsonst gekämpft haben. Denn was ist jetzt im Jahr von diesen Errungenschaften übrig geblieben? Der erste Weltkrieg, die Folgen des verlorenen Krieges für Deutschland, waren natürlich auch verheerend für Elsass-Lothringen. Die Franzosen, die neuen Machthaber die in unser Land kamen, haben, das muss auch gesagt werden, überhaupt unsere Regierungsform nicht anerkannt. Es wurde richtig im jakobinischen Geist alles abgeschafft, was an die deutsche Vergangenheit unseres Landes erinnerte.

Wäre Elsass-Lothringen 1871 französisch geblieben, so hätte es nie eine eigene Verfassung sowie ein Parlament erhalten. Es musste zu einem Krieg kommen, von den Franzosen erklärt (Napoleon III) und von diesen verloren, um nach einer langen Übergangszeit zu dieser Verwaltungsautonomie führte. Natürlich ist die Verfassung von 1911 nicht mehr zeitgemäss und müsste einige Veränderungen erfahren, um sie der heutigen Zeit anzupassen. Dies nur nebenbei. Jetzt sind wir aber im Jahr 2011 und müssen leider die traurige Feststellung machen dass hundert Jahre nach 1911, unsere Muttersprache, der elsässerdeutsche Dialekt auf ein erbärmliches Niveau herunter gefallen ist. Trotz aller Bemühungen und Initiativen zahlreicher kultureller Vereinigungen. Eine aufgeschlossene Minderheit Elsässer ist sich bewusst dass unsere Sprache dauernd bedroht ist und dass der kulturelle Verlust unermesslich ist. Während die grosse Masse der manipulierten Elsässer, sei es unbewusst oder gedankenlos, sich anschickt den Ast abzusägen auf dem sie sitzen. Mit anderen Worten ihre Sprache und Kultur leichtsinnig über Bord werfen, Wir fragen uns, wo ist der Stolz geblieben?

Alltäglich sind wir als aufmerksame Beobachter Zeugen verschiedener Machenschaften und Ereignisse die in unserem Land vorkommen. Überall spürt man, bemerkt man den Druck der ausgeübt wird um unsere Landsleute zu zwingen die importierte französische Sprache zu benutzen. Dies beginnt schon im Kindergarten, in der Schule, in den Geschäften, Warenhäusern, und auf allen Dienststellen und Behörden, sowie an den Arbeitsstellen überhaupt. Wir dürfen nicht vergessen zu erwähnen dass immer mehr Franzosen aus Frankreich sich hier ansässig machen und ihren Beitrag leisten zur Kolonisation unserer Bevölkerung. Dieser Tatsache muss man objektiv in die Augen schauen. Wo man hinschaut ist alles auf französisch geschrieben und wir fragen uns, was wird denn aus der viel gepriesenen aber kaum angewandten Zweisprachigkeit?

Fehlt es nicht am Druck der Politiker, die Mut aufbringen müssen um unsere gerechten Forderungen durchzuführen? Vergessen wir nicht, es geht um sein oder nicht sein unserer Eigenart Sprache und Kultur. Bedenke Elsässer und Elsässerin welchen Verlust das bedeutet für die heutige Jugend. Unsere Landsleute wurden mit allen erdenklichen Methoden, Schlichen und Lügen kolonisiert. Auch das muss gesagt werden weil es der Wahrheit entspricht.

Viele haben sich wie willenlose Geschöpfe kolonisieren lassen, manchmal aus Interesse. Etliche sind Papageien und Affen geworden, die jeden Blödsinn nachahmen.

Es ist höchste Zeit, hundert Jahre nach 1911 dass die heutige Generation zu begreifen beginnt dass unser Volk seit 1918, und besonders seit 1945 von den Franzosen kolonisiert worden ist, mit der Absicht unsere Sprache und Kultur auszurotten, damit wir ja 100% tige Franzosen werden.

Geholfen haben Ihnen zahlreiche charakterlose Mitläufer die dann mit einem Bändele belohnt wurden. Elsässerinnen und Elsässer, die Zeit ist gekommen euren Kindern und Grosskindern den elsässischen Dialekt, die Muttersprache eurer Eltern beizubringen. Sie werden euch dankbar sein. Das ist ein Dienst den Sie Ihren Kindern erweisen damit Sie im Leben und in Europa besser vorwärts kommen. Vergessen Sie nicht: Sprachen können Türen öffnen.

Aber das Wichtigste ist, dass der Elsässer nicht vor der Geschichte kapituliert und so viel Charakterstärke und Wille bewahrt um unsere Sprache und Kultur zu retten.

Ich wünsche nur in diesem Jahr 2011, dass viele unserer Landsleute sich an ihre elsässischen Wurzeln erinnern und den Weg zu unserer Sprache wieder finden.

J. Kauffmann, Mitteilungsblatt n°24 – Juli 2011

Quelle : Unser Land

Elsass-Lothringen : une nation interdite

Posted on janvier 8th, 2012 by Klapperstein

Ci-dessous en libre accès le livre  numérisé de Pierri Zind « Elsass-Lothringen, Alsace-Lorraine – Une Nation Interdite, 1870-1940 »

Mai 1871 : le traité de Francfort met fin à une guerre désastreuse pour la France. L’Allemagne de Bismarck annexe l’Alsace moins le Territoire de Belfort ainsi qu’une partie de la Lorraine.
Elsass-Lothringen : une terre d’Empire au cœur de l’Europe. Un Reichsland que les Prussiens veulent transformer en un glacis militaire. Dès lors commence pour cette région unique en Europe une longue lutte pour la reconnaissance de son identité et de sa personnalité.
Pour la première fois, tant en France qu’en Allemagne, cet ouvrage, qui utilise un nombre impressionnant de sources et de témoignages totalement inédits, nous retrace le destin tourmenté de l’Alsace-Lorraine (Elsass-Lothringen), dans son intégralité, de 1870 à 1940.
Pour la première fois, avec un luxe inégalé de détails et de précisions, nous sont présentés tous les mouvements autonomistes d’Alsace-Lorraine : après l’autonomisme anti-clérical et fédéraliste de Schneegans et l’autonomisme clérical financé par la France de Mac-Mahon, c’est le drame de l’Alsace-Lorraine prise en sandwich au cours de la Première Guerre Mondiale, l’éphémère République neutre des soviets de Strasbourg et le retour à la France. Le combat autonomiste continue et l’on voit apparaître un puissant courant auquel se rallient tant laïcs que cléricaux et même les communistes, alors ouvertement séparatistes. L’aventure hitlérienne mettra fin à ces espoirs d’une fédération d’Etats neutres dans le cadre de la France.

Alsace-Lorraine. Elsass-Lothringen. Une nation interdite est le fruit de longues années de recherches et d’études. Une contribution magistrale à l’histoire de l’Alsace-Lorraine mais aussi de toute l’Europe.

Pierri Zind est issu d’une vieille famille alémanique dont l’histoire est étroitement mêlée aux heurs et malheurs de l’Alsace. Docteur ès Lettres et Sciences Humaines, il est l’auteur de plusieurs ouvrages importants, notamment «Nouvelles congrégations des Frères enseignants en France de 1800 à 1873» (3 vol. 1969), «L’Enseignement religieux dans l’Instruction Primaire publique en France de 1850 à 1873» (1971) et une «Brève Histoire de l’Alsace» (Albatros, Paris 1977). Historien non conformiste mais d’une rigueur absolue, Pierri Zind bouscule beaucoup d’idées admises ou imposées et déchire bien des mythes véhiculés par l’enseignement officiel.

AVERTISSEMENT

KAPITEL I : DES DEPARTEMENTS AU REICHSLAND

KAPITEL II : DU REICHSLAND AU BUNDESSTAAT

KAPITEL III : L’ALSACE-LORRAINE ET LA GUERRE DE 1914-1918

KAPITEL IV : LE DÉSARROI D’ELSASS-LOTHRINGEN EN 1918

KAPITEL V : ENTRE L’ARMISTICE ET LE TRAITÉ DE PAIX

KAPITEL VI : LE TRAITÉ DE VERSAILLES ET SES CONSÉQUENCES

KAPITEL VII : PRODROMES D’UN NOUVEL AUTONOMISME

KAPITEL VIII : LE «MALAISE» DES OUVRIERS ET DES FONCTIONNAIRES

KAPITEL IX :  L’ALSACE-LORRAINE CHRETIENNE CONTRE LE LAÏCISME

KAPITEL X : LE MOUVEMENT DE LA ZUKUNFT

KAPITEL XI : DER HEIMATBUND

KAPITEL XII : DANS LES REMOUS DU HEIMATBUND

KAPITEL XIII : DU HEIMATBUND A LA LANDESPARTEI

KAPITEL XIV : L’ÈRE DES PROCÈS

KAPITEL XV : EINHEITSFRONT, LE FRONT UNIQUE ALSACIEN

KAPITEL XVI : SOUS L’EGIDE DE LA VOLKSFRONT OU DU FRONT POPULAIRE ALSACIEN (1930 – 1932)

KAPITEL XVII : LES MOUVEMENTS DE JEUNESSE

KAPITEL XVIII :  DE LA HEIMATFRONT A LA MORT

KAPITEL XIX : EPILOGUE

TABLE DES MATIERES


La petite récitation républicaine de monsieur Bischoff

Posted on juin 15th, 2011 by Klapperstein

Les DNA ont publié le 31 mai un article de l’historien Georges Bischoff sur les cent ans de la constitution d’Alsace-Lorraine. On y voit ce dernier en photo, le regard fixant l’horizon, calme et solennel. Le lecteur des DNA, qui a peut-être la naïveté de croire que son journal l’éclaire et l’informe plus qu’il ne le trompe et le désinforme, peut lire le titre « Se garder de tout anachronisme ». Le décors est planté, l’historien parle au béotien, la France parle à l’Alsace et le professeur, le scientifique rémunéré par l’argent de nos impôts, armé de son érudition, de sa rigueur et son objectivité, va donner son point de vue sur le centenaire de la constitution.

Après quelques lignes de mise en garde et de mise en place de son autorité (mettre en perspective / faire œuvre de pédagogie / connaître les circonstances / se garder de tout anachronisme), monsieur Bischoff entre dans le vif du sujet : « Elle (la constitution) est tout sauf démocratique ». Elle aurait pu être peu démocratique, avoir des faiblesses, être moyennement démocratique, et bien non, pas du tout, elle est simplement tout sauf démocratique ! Suite à cette affirmation pour le moins péremptoire, l’historien nous énumère bien les inconvénients de la constitution, mais n’y trouve manifestement aucun point positif. Il laisse également entendre que la chambre haute du Landtag est entièrement nommé par l’Empereur, une contre-vérité parmi d’autres.

Il omet de préciser l’existence de la chambre basse du Landtag, élu au suffrage universel et clé de voute de la nouvelle architecture démocratique du Reichsland. Il feint d’ignorer qu’au sein d’un État fédéral, les parlements des États fédérés ont par définition un pouvoir limité par le pouvoir de l’État fédéral, comme c’est le cas aujourd’hui aux États-Unis, en Allemagne ou en Suisse, sans quoi les États en questions seraient tout simplement non pas fédérés, mais indépendants. Cet historien, qui met en garde ces lecteurs du risque d’anachronisme, reproche en fait à la constitution de 1911 de ne pas être plus démocratique que ne le sont les constitutions actuelles de l’État de Californie ou du canton de Berne !

De toute évidence le regard que porte monsieur Bischoff sur cette période de l’histoire est entièrement conditionné par une grille idéologique pour laquelle tout ce qui est français et républicain est forcément positif et démocratique, alors que ce qui est allemand ou germanique est forcément négatif et antidémocratique. Une telle attitude ne laisse évidemment aucune place à la nuance, à la complexité, à honnêteté ou à l’objectivité. Le ton sarcastique et hargneux (une principauté d’opérette / constitution postiche / fossile sans grand intérêt / folklore dérisoire / la soupe tiède d’une commémoration sans esprit) trahit par ailleurs un état d’esprit aussi peu courtois que scientifique.

Mais notre historien ne s’arrête pas là. Il affirme encore dans une bouffée d’irrationalité que la constitution de 1911 (qui donnait sans conteste au Reichsland Elsass-Lothringen une plus grande autonomie par rapport au Deutsche Reich ) représentait la fin de l’Alsace alsacienne ! D’un point de vue logique, c’est une phrase qui n’a simplement aucun sens. On peut néanmoins la comprendre en considérant que pour notre monsieur Bischoff, Alsace alsacienne ne peut signifier rien d’autre qu’Alsace française. La phrase redevient alors tout à fait pertinente et pleine de sens. Et il est vrai qu’une plus grande autonomie et qu’une meilleur démocratie en Alsace-Lorraine ne faisait pas les affaires des va-en-guerre germanophobes et républicains de l’époque. Pas plus que de ceux qui semblent bien s’y identifier encore aujourd’hui.

Mais le meilleur, c’est à dire le pire, arrive finalement à la conclusion du texte. Il y est question d’un folklore dérisoire d’une poignée de nostalgiques qui renvoie à d’autres frustrations et qui camoufle un révisionnisme rampant. Il y est question d’ être immunisé contre le poison que représenterait toute forme d’intérêt pour la constitution de 1911. Il ne s’agit plus ici d’un débat ou d’une querelle entre partisans du fédéralisme ou du centralisme, il ne s’agit plus ici d’apprécier positivement ou non la constitution de 1911. L’historien qu’est Georges Bischoff connait le poids des mots et le sens hautement péjoratif que peu avoir le terme révisionniste, surtout associé à des mots comme poison, folklore et nostalgique. L’historien qu’est Georges Bischoff n’a de toute évidence pas d’argument valable pour critiquer la constitution de 1911 et l’intérêt que de nombreux alsaciens lui porte aujourd’hui. Il essaie donc de mystifier ses lecteurs par des procédés rhétoriques indignes et de les intimider par les amalgames les plus douteux.

Ce qui n’est malheureusement pas une surprise, ni de sa part, ni de la part du journal dans lequel il a publié son petit rappel à l’ordre. Un rappel à l’ordre où la hargne et la mauvaise fois ne laisse aucune place à l’objectivité et à la plus élémentaire honnêteté intellectuelle. Un rappel à l’ordre qui ressemble étrangement à une petite récitation républicaine, méchante et naïve, comme peuvent l’être parfois ces enfants frustrés et contrariés par une réalité hostile qu’ils ne veulent accepter, comme le sont trop souvent les idéologies et leurs partisans. UH

Pour lire l’article des DNA, cliquez ci-dessous.

Read the rest of this entry »

Colloque 1911 – 2011, vendredi 10 juin

Posted on juin 8th, 2011 by Klapperstein

-   Vendredi 10 juin 2011, au Palais du Rhin, Place de la République in Strossburi. 

Colloque du centenaire de la constitution de 1911 du Reichsland Elsass-Lothringen, organisé par l’ICA, Initiative Citoyenne Alsacienne

Read the rest of this entry »

Heimetfescht 2011 : kommen ihr zahlreich !

Posted on mai 29th, 2011 by Klapperstein

Mardi 31 mai 2011 à partir de 17 heures jusqu’à minuit, Avenue de la Marseillaise , au bar du TNS in Strossburi.

Heimatfescht organisé par le Comité du Centenaire de la Constitution d’Alsace-Lorraine.

Au programme : Animation sur le parvis du bar du TNS, fanfare de Holtzheim d’Brichwàgges et le duo Siegried Maginot (rock-folk régional)  tout au long de la soirée.


Conseil d’Alsace : Manisfestation pour le Référendum

Posted on mai 16th, 2011 by Klapperstein

COMMUNIQUE DE PRESSE DUNSER LAND

Oui au référendum, oui à la fusion. Appel à manifester samedi 21 mai à 16h place Kleber à Strasbourg

Unser Land proteste contre l’attitude de certains élus socialistes alsaciens qui s’opposent au projet de fusion des collectivités alsaciennes.

Quand 79% des Alsaciens (sondage CSA du 03 mai 2011) demandent à s’exprimer sur ce sujet, cela signifie que le projet correspond à une véritable attente de la société alsacienne. Aussi, lorsque que MM. Nisand et Oehler déclarent que ce débat est « bien dérisoire, absurde, surréaliste et nombriliste », ce n’est rien d’autre qu’un affront à la démocratie et à la volonté du peuple alsacien.

L’Alsace n’a pas vocation à être une victime collatérale des élections présidentielles de 2012. De quelle tendance politique qu’ils soient, les Alsaciens réclament la fusion. Aussi, il est du devoir de la classe politique alsacienne de donner aux Alsaciens la possibilité de s’exprimer à ce sujet.

Nous regrettons l’attitude nihiliste des opposants à ce projet, qui, soit par intérêt politicien, soit par intérêt personnel, s’opposent à une réforme dictée par le bon sens et appuyée par l’ensemble de la société alsacienne.

Unser Land exige la tenue d’un référendum à l’automne afin de donner aux Alsaciens la possibilité de s’exprimer au sujet de la fusion des collectivités territoriales alsaciennes.

Nous donnons rendez-vous aux Alsaciens samedi 21 mai à 16h place Kleber à Strasbourg pour une manifestation en faveur d’un référendum.

Unsri Heimet appellent bien évidemment  les Alsaciennes et les Alsaciens, indépendamment  des clivages politiques, à venir nombreux à cette manisfestation. Fer d’Demokratie un fer’s Elsass, kommen ihr zahlreich !

Colloque du centenaire de la constitution du 31 mai 1911

Posted on mai 16th, 2011 by Klapperstein

-   Jeudi 19 mai et vendredi 20 mai 2011 à l’hôtel de Région 1, Place Adrien Zeller in Strossburi.

Colloque du centenaire de la constitution du 31 mai 1911 pour l’Alsace-Lorraine, organisé par l’Institut du droit local et l’Université de Strasbourg

Lire le programme

Heimetfescht

Posted on mai 2nd, 2011 by Klapperstein


A l’occasion du centenaire de la constitution d’Alsace-Lorraine, une grande fête sera organisée in Strossburi le soir du mardi 31 mai 2011 par Le Comité du Centenaire de la Constitution présidé par Thierry Hans. Elle aura lieu près des locaux de  l’ancien Landtag, notre ancien parlement devenu théâtre, le Théâtre National de Strasbourg, au bar du TNS, avenue de la Marseillaise. Nous invitons d’ores et déjà les Alsaciennes et les Alsaciens attachés à leur identité et à leur Heimet de réserver cette date et d’y venir nombreux ! Nous vous communiquerons de plus amples informations ultérieurement. En attendant voici le lien du site du comité organisateur :

Comité du Centenaire de la Constitution d’Alsace-Lorraine

Un 11 Novembre ordinaire en Alsace

Posted on novembre 12th, 2010 by Unsri Heimet !

11 novembre 2010. Quelque part en Alsace. Il est 11 heures. Des percussions et des cuivres résonnent au loin. Je sors. Par simple curiosité. Des drapeaux tricolores flottent dans la rue principale. La batterie-fanfare et la section locale des anciens combattants convergent vers le monument aux morts. Je m’y rends. Quelques habitants, âgés pour la plupart, sont là. Le conseil municipal et une poignée d’écoliers aussi.

La cérémonie commence. Un ancien combattant s’avance et lit un texte qu’il semble découvrir. La guerre, l’inhumanité. La Grande Nation, leurs troupes victorieuses, Clemenceau, le soldat inconnu. Puis 39-45, Vichy, le gaullisme. Pour conclure avec l’Europe et le soutien des troupes en Afghanistan, pour la démocratie et les droits de l’Homme, apparemment. Cinq minutes de langue de bois, cinq minutes où tout sonne faux.

Mais place aux enfants, aux enfants de l’école élémentaire. Un poème et une lettre de poilus. Une larme. Moi aussi je suis passé par là. A l’époque notre présence était obligatoire. Musique ! Les drapeaux s’abaissent. Le maire s’avance et dépose une gerbe de fleurs au ruban encore et toujours tricolore au pied du monument. « A nos morts ! » Puis une minute de silence, symbolique. Et hop, une dernière Marseillaise pour la route.  Personne pour la chanter. Böse Leute haben sowieso keine Lieder.

Demi-tour direction l’hôtel de ville, joyeusement et en musique. Un verre de vin nous y attends. La vieille République rince à l’œil. Plus pour longtemps. Le mot du maire. Aussi plat que le précédent. Remise des médailles aux anciens combattants. Ils l’ont bien mérité, ils sont en vie, eux. Un journaliste local dont on retrouvera la prose le lendemain dans le journal au milieu d’autres articles du même acabit. Quelques photos pour la postérité.

Midi. C’est l’heure. Je part enfin. En passant le seuil, un mot me revient sans cesse à l’esprit. Elsass-Lothringen. Alsace-Lorraine. Oui, et l’Alsace-Lorraine  et les Alsaciens-Lorrains dans tout cette histoire ? Je n’ai entendu de la bouche de ces braves Alsaciens que le mot  « France ».  « France, France, France », jusqu’à l’indigestion. Et nos aïeux, ces 250 000 Alsaciens-Lorrains, alors citoyens allemands, qui avaient servi sous l’uniforme impérial Feldgrau ? 30 000 y ont laissé leur vie. Aucune pensée pour ces derniers. 92 ans après, ceux qui sont tombés en Russie, à Verdun, à Ypres, en Crimée, semblent n’avoir jamais existé.  Nix, nada, kein Wort darüber. Quelle honte. Pas une tombe pour ces hommes. Et pas une seule pensée. L’insulte. Wie eine Spucke im Gesicht ! Effacés de la mémoire collective alsacienne au profit d’une mémoire française de substitution qui sonne décidément si faux. Assez de mensonges d’une part et d’amnésie de l’autre. Place à la vérité historique. Alors hommage en ce jour. Hommage à nos 30 000 morts alsaciens-lorrains… et à tout les autres sans exception ! UH

Un témoignage d’époque à lire: Les Deux Felix ou 1914/18 vu par un combattant d’Alsace-Lorraine, ed. Do Bentzinger, présenté par Fränzi Waag et préfacé par Bernard Wittmann. L’itinéraire d’un mosellan mobilisé à 20 ans dans l’armée impériale, combattant sur les deux fronts, blessé, décoré de la croix de fer. Il rentre dans sa  Heimat occupée par les Français qui voient en lui un boche, un traître à la Nation. Un destin commun à la grande majorité des Alsaciens-Lorrains de l’époque revenus certes vivants mais en vaincus.

MENU

M'R EMPFHELE

Copyright © 2009 Unsri Heimet. Theme par THAT Agency propulsé par WordPress.