3.0.1" />
Unsri Heimet

Unsri Heimet – do sin m'r d'heim ! Das Elsass, unsri Heimet !

26 000 Unterschriften : wenn wir in Demokratie wären…

Posted on juillet 23rd, 2014 by Klapperstein

La pétition initiée par Jean Rottner contre la fusion forcée de l’Alsace avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne et pour la création d’un Conseil d’Alsace vient d’atteindre, et ce n’est pas fini, plus de 26 000 signatures.

Si nous étions en démocratie, le pouvoir central français ne pourrait pas décréter la fusion de la région Alsace avec une ou plusieurs autres régions françaises sans l’avale du gouvernement régional alsacien.

Si nous étions en démocratie, le peuple alsacien pourrait enclencher un référendum facultatif  en réunissant 1% des 1 300 000 électeurs alsaciens soit 13 000 signatures, pour pouvoir contrecarrer le projet de fusion  dans le cas où celui-ci aurait l’accord des autorités alsaciennes.

Si nous étions en démocratie, le peuple alsacien pourrait enclencher un référendum d’initiative populaire en réunissant les signatures de 2% des 1 300 000 électeurs alsaciens, soit à partir de 26 000 signatures, pour pouvoir légiférer par voie référendaire sur la création d’un nouveau Conseil d’Alsace.

Mais nous sommes en France, pays des droits de l’homme, et la République Française n’est rien d’autre qu’une Scheindemokratie, une démocratie d’apparence, et aucunement une echte Demokratie, une véritable démocratie. Il n’y a pas de véritable démocratie sans fédéralisme et sans démocratie directe.

Es gibt keine echte Demokratie ohne Föderalismus und ohne direkte Demokratie. Elsässer, wàch ùff ! UH

Ich unterschreibe die Bittschrift

Je signe la pétition

La démocratie n’a pas besoin de seuil électoral

En 2011, la Cour Constitutionnelle allemande avait supprimé le seuil électoral de 5% pour les élections européennes. Jugeant que ce seuil portait atteinte à l’équité des règles électorales en laissant plusieurs millions d’électeurs allemands sans représentant au parlement européen, elle l’a décrété anticonstitutionnelle. Le seuil a atteindre pour obtenir au moins un élu passait donc de 5% à un peu plus de 1%. En effet, en absence de barre artificiellement imposée par le législateur, la barre naturelle, c’est à dire automatique d’un scrutin proportionnel d’une circonscription électorale donné est de 100 divisé par le nombre d’élus, en l’occurrence 100/96 soit 1,04% (et ce sans tenir compte des ajustement dus aux voix attribuées aux listes n’ayant pas d’élus).

La caste politicienne allemande, contrainte de mettre de l’eau dans son vin, réagit durant l’été 2013 en votant une nouvelle loi (dans le but de limiter les dégâts) qui créait un  nouveau seuil électoral de 3%.

Mais le 26 février 2014, la Cour de Karlsruhe a en toute logique réitéré son jugement de 2011, qui affirmait l’incompatibilité d’un seuil électoral aux élections européennes avec la constitution allemande, fût-il seulement de 3%. Dans son communiqué de presse, elle justifie sa décision comme suit : « dans les circonstances actuelles juridiques et factuelles, il n’est pas possible de justifier l’entrave grave aux principes de l’égalité électorale et de l’égalité des chances entraîné par le seuil de 3 % ».

Si les jugements de la Cour Constitutionnelle allemande de 2011 et de 2014 sont à nos yeux tout à fait pertinents et cohérents entre eux, on ne peut pas en dire autant de l’attitude de cette même Cour qui affirme par ailleurs que la barre des 5% aux élections fédérales (Bundestagswahl) et régionales (Landtagswahlen) n’est pas anticonstitutionnelle au prétexte qu’une nécessaire stabilité gouvernementale passerait avant la nécessité de règles électorales justes et équitables permettant au peuple et aux électeurs d’exprimer leurs choix démocratiques dans des conditions optimums.

Ce déni de démocratie qui consiste à considérer que le but premier d’une élection n’est pas de permettre au peuple de s’exprimer convenablement mais qu’il est au contraire de contraindre le peuple d’élire une majorité stable n’est malheureusement le propre des hommes en rouge de Karlsruhe mais bel et bien le fondement de l’esprit antidémocratique qui régit les régimes pseudo démocratiques en Occident depuis de plus de deux siècles.

Ce déni de démocratie se caractérise par des scrutins proportionnels fortement biaisés par des seuils électoraux trop hauts (en France 5 ou 10%) et des primes majoritaires (de 25 ou de 50%) qui transforment de fait nos scrutins proportionnels en scrutins majoritaires qui n’osent dire leur noms, puisque le propre des scrutins majoritaires est de favoriser le dégagement d’une majorité en rendant mécaniquement improbable ou anecdotique l’existence de petits partis. Mais cet esprit antidémocratique se caractérise surtout par les scrutins majoritaires (qui sont a peu près l’équivalent de scrutins proportionnels qui auraient des seuils de 50% !), qui sont des machineries électorales à enfermer l’offre politique en une stérile opposition droite-gauche, permettant toujours l’alternance mais jamais une véritable alternative, et condamnant l’électeur au choix cornélien du vote utile par défaut ou à la frustrante abstention (ce qui a en plus comme fâcheuse conséquence embrouiller et de fausser le jugement des électeurs sur les questions politiques).

Le récent arrêt de la Cour Constitutionnelle allemande nous montre pourtant ce que devrait être un véritable scrutin démocratique : un scrutin proportionnel avec un seuil très bas, c’est à dire autour de 1%, qui permet très simplement à la quasi totalité des électeurs de pouvoir non seulement voter mais aussi de faire élire des représentants qui représentent correctement leurs idées politiques. L’esprit démocratique consiste à permettre une expression du peuple libre, juste, équitable et non faussée, et certainement pas à dégager à coup sûr une majorité stable. Le problème de la stabilité gouvernementale est une question digne d’intérêt, et les dictatures y répondront d’ailleurs toujours mieux que les démocraties. Mais la par ailleurs supposé garantie de la stabilité gouvernementale et la nécessaire stabilité d’un régime politique sont deux notions tout à fait différentes, contrairement à ce que voudrait nous faire croire les prétendus démocrates qui nous gouvernent et nous manipulent avec tant de cynisme et de dextérité.

Mais revenons à l’élection du parlement de l’Union Européenne le 25 juin prochain. L’UE impose à tous les États de l’Union des scrutins proportionnels et un seuil électoral de maximum 5%. Pourtant, en France, comme il y a 5 ans, le seuil électoral réel sera en moyenne autour de 10%. Comment cela est-il possible ?

En fait, l’alchimie des ajustages des règles du jeu électoral permet bien des miracles pour l’oligarchie en place, comme en l’occurrence de transformer un seuil électoral de 5 en 10% ou de donner les apparences de démocratie à des processus électoraux plus que douteux qui ne méritent certainement pas d’être qualifiés de démocratiques.

Avant l’élection de 2004, les élections européennes en France se faisait à partir d’une circonscription unique, ce qui permit en 1999 aux listes LO/LCR (5,18%, 5 sièges), FN (5,69%, 5 sièges), CPNT (6,77%, 6 sièges) et PCF (6,78%, 6 sièges) d’avoir les élus qu’ils méritaient d’obtenir en fonction du vote des électeurs, Bruxelles interdisant aux États membres de l’Union de créer une barre artificielle aux élections européennes de plus de 5%. En 2003 l’UMP a donc changé les règles du jeu électoral en créant 8 circonscriptions à la place d’une seule, ce qui permis de créer de fait une barre électorale naturelle d’environ 10% et donc de contourner la règle du jeu électoral imposée par Bruxelles. Par exemple la circonscription Est avec 10 sièges a une barre de 10%, celle de Massif central – Centre avec 6 sièges a une barre de 16,6% et celle du Sud – est avec 13 sièges une barre de 7,7%. Bien évidemment les bureaucrates bruxellois qui interdirent un seuil électoral « artificiel » de plus de 5% savaient très bien que celui-ci pouvait être aisément contourné en multipliant le nombre de circonscriptions de manière a créer de fait un seuil « naturel » ou automatique correspondant au degré de musèlement démocratique souhaité.

Pour les systèmes pseudo démocratiques qui sont les nôtres les apparences démocratiques sont primordiales, mais en revanche, les véritables intentions démocratiques et leurs réalisations concrètes sont  toujours âprement combattu sous des prétextes quelconques par les démocrates d’apparat qui nous gouvernent et qui ont de fait la mainmise sur les règles du jeu électoral. Seul de droit à l’initiative populaire permettrait par ailleurs d’inverser cette situation (en donnant la main au peuple, et non aux élus) et de transformer ainsi nos systèmes pseudo démocratiques en véritables démocraties.

En Allemagne, donc, après trois ans de débats, de querelles et de manœuvres politiciennes pour déterminer quel devait être le seuil électoral (5%, 1% ou 3%) aux élections européennes, la solution la plus démocratique (un seuil bas de 1%) a fini par s’imposer. En France, par contre, le déni de démocratie d’un seuil électoral beaucoup trop haut d’en moyenne d’à peu près 10% (suite à la manipulation de 2003 qui a fait passé le seuil de 5% à 10%) n’a que très peu d’écho dans la société et dans le débat publique.

Alors que la question cruciale des règles du jeu démocratique est sciemment passée sous silence par l’oligarchie en place qui a parfaitement conscience de son importance décisive, la masse des électeurs désinformée par l’Éducation Nationale et les médias dominants reste majoritairement ignorante et surtout impuissante face à la confiscation en règle de la souveraineté populaire. UH

Le grand malaise démocratique

Posted on novembre 29th, 2013 by Klapperstein

En Allemagne, le programme de la nouvelle coalition gouvernementale (CDU/CSU et SPD) conduite par Angela Merkel vient d’être présenté officiellement. La mise en place de la démocratie directe au niveau fédéral n’en fait pas partie, alors qu’il s’agissait d’un des thèmes de la campagne électorale et que la CSU et le SPD y étaient favorables, comme 84% de la population allemande, d’après le dernier sondage Emnid traitant de cette question. La chancelière fraîchement réélue a simplement dit non. Contre l’avis largement majoritaire du peuple, mais également contre l’avis largement majoritaire de la base de son propre parti.

Au même moment les institutions françaises valident dans un silence assourdissant la mise en place du référendum d’initiative partagée, qui est une parodie grotesque du référendum d’initiative populaire. Tellement grotesque que tous les observateurs s’accordent à dire qu’aucun référendum d’initiative partagée (l’initiative populaire étant partagée avec le parlement) ne verra jamais le jour dans la forme actuelle de la loi. En mars 2011, un sondage de l’Ifop révélait que 72% des Français étaient favorables (et seulement 12% contre) à la mise en place du référendum d’initiative populaire en France.

Dans les deux cas, en France comme en Allemagne, les dirigeants élus ont refusé à leurs électeurs le droit à la démocratie directe.

Pour autant, l’aspiration à la démocratie directe ainsi que sa pratique progresse lentement en Europe et dans le monde. Les Allemands sont de plus en plus massivement favorable à cette modification fondamentale de leurs institutions, et pour la première fois en Allemagne l’introduction de la démocratie directe au niveau fédéral a été un des enjeux des discutions de la coalition gouvernementale. Cela s’explique certainement par le fait que les électeurs allemands pratiquent la démocratie directe au niveau des Länder, et semblent de moins en moins comprendre pourquoi, dans la mesure où ils sont censés être le peuple souverain, les référendums d’initiative populaire ne seraient pas possible au niveau fédéral, là où tout se décide, d’autant plus qu’en 2005, ils ont vu les Français et les Hollandais voter sur l’Union Européenne, sans qu’ils aient eu eux-mêmes droit au chapitre.

Aux États-Unis, la démocratie directe existe également dans 26 des 50 États, et elle y est de plus en plus pratiquée. Et plus de 60% des Américains sont également favorables à l’introduction de la démocratie directe au niveau fédéral.

Les démocraties parlementaires sont et ont toujours été des formes de despotisme éclairé. Les citoyens y sont considérés assez libres et responsables pour élire leurs représentants par des modes de scrutins par ailleurs on ne peut plus contestables, mais ne sont pas considérés assez libres et responsables pour décider directement, en tant que peuple véritablement souverain, des questions politiques les plus importantes, à commencer par les questions d’ordre constitutionnel, qui vont déterminer les règles du jeu démocratique et les droits civiques fondamentaux.

Au cours de l’Histoire, les monarchies absolues se sont transformées en monarchies constitutionnelles, les élections aux scrutins censitaires ont évolué en scrutins au suffrage universel masculin, et accorder le droit de vote aux femmes s’est finalement imposé comme une évidence.

La progression constante de la pratique du référendum d’initiative populaire aux États-Unis, les récents débats sur l’introduction de la démocratie directe au niveau fédéral en Allemagne, ainsi que le haut niveau d’opinion favorable à la démocratie directe aux États-Unis, en France ou en Allemagne, laissent à penser que l’imposture intellectuelle et politique qui consiste à prétendre que la démocratie peut se concevoir sans démocratie directe, sans que le peuple ait véritablement la main sur ses propres affaires et son propre destin, commence sérieusement à battre de l’aile.

Il n’y a jamais eu de véritable démocratie sans démocratie directe et il n’y a pas de véritable démocratie sans démocratie directe, nos voisins suisses le savent depuis longtemps, et de plus en plus de citoyens et de peuples à travers le monde commencent à s’en rendre compte. Es gibt keine echte Demokratie ohne direkte Demokratie. U.H.

Für dumm verkauft werden…

Posted on novembre 25th, 2013 by Klapperstein

Direkte Demokratie französische Art oder wie  wir für dumm verkauft werden.

Le référendum d’initiative partagée, qui est une parodie de référendum d’initiative populaire à la sauce française et républicaine, est sur le point d’être définitivement adopté par les institutions de notre vieille république. Ci-dessous le texte de Roseline Letteron, professeur de droit public à l’Université de Paris-Sorbonne, qui explique clairement en quoi ce non évènement, à l’image selon nous de la démocratie en France, est définitivement grotesque. U.H.

_________________________________________________

Adoption du référendum d’initiative populaire, sans initiative populaire

En réalité, les parlementaires n’ont jamais voulu du référendum d’initiative populaire, et le projet leur donne entière satisfaction.

Par Roseline Letteron.

Assemblée NationaleLe 21 novembre 2013, la Commission mixte paritaire a adopté les textes relatifs au référendum d’initiative partagée, une loi organique et une loi ordinaire. Aussitôt adopté, la loi organique a d’ailleurs été transmise au Conseil constitutionnel, puisque ce dernier est obligatoirement saisi de toutes les lois organiques. Il est bien peu probable que le texte soit déclaré non conforme à la Constitution, et il va sans doute bientôt entrer en vigueur. C’est lui qui pose les principes généraux du référendum, la loi ordinaire étant consacrée à la procédure référendaire.

Cinq ans après…

On doit observer la lenteur de la gestation de ces textes qui trouvent leur origine dans la révision constitutionnelle de 2008 qui modifiait la rédaction de l’article 11, en ajoutant : « Un référendum portant sur un objet mentionné au premier alinéa peut être organisé à l’initiative d’un cinquième des membres du Parlement, soutenue par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales. Cette initiative prend la forme d’une proposition de loi et ne peut avoir pour objet l’abrogation d’une disposition législative promulguée depuis moins d’un an« . Rappelons cependant que cette procédure ne s’applique que dans le champ de l’article 11, ce qui signifie que la consultation populaire doit porter sur l’organisation des pouvoirs publics ou les réformes relatives à la politique économique sociale ou environnementale, ou encore avoir pour objet d’autoriser la ratification d’un traité qui aurait des incidences sur le fonctionnement des institutions.

Cinq années se sont donc déroulées entre la révision constitutionnelle et le vote des lois permettant sa mise en œuvre. Le Président Sarkozy qui se proposait, par cette réforme, de « redonner la parole au peuple français« , n’a rien fait que pour cette prise de parole devienne une réalité. Si deux projets de loi ont bien été déposés en décembre 2010, ils n’ont été adoptés par l’Assemblée nationale en première lecture qu’en janvier 2012. Il a donc fallu attendre l’alternance pour que la procédure législative soit menée à son terme, sans enthousiasme particulier.

En réalité, les parlementaires n’ont jamais voulu du référendum d’initiative populaire, et le projet leur donne entière satisfaction sur ce point. Ce texte rappelle ainsi la fameuse lettre de Joseph Caillaux, écrivant en substance : « J’ai enfoncé l’impôt sur le revenu en ayant l’air de le défendre« .

La réforme apparaît donc purement cosmétique, marquée à la fois par l’étroitesse de son champ d’application, et la possibilité offerte au parlement de contrôler entièrement la procédure.

Un champ d’application restreint

Le domaine des libertés publiques  n’est pas réellement concerné par la nouvelle procédure, sauf dans l’hypothèse où la réforme se traduirait par une modification de nos institutions. Certes, les opposants au mariage pour tous ont allègrement affirmé que la liberté du mariage relèvait de la « politique sociale », oubliant au passage que Nicolas Sarkozy avait oublié de faire voter les lois d’application. Mais cette analyse ne reposait sur aucun argument juridique.

De même, ceux qui souhaiteraient aujourd’hui utiliser ce référendum pour imposer le droit des vote des étrangers aux élections locales seront sans doute déçus. Car le droit de suffrage ne concerne pas les « pouvoirs publics », et pas davantage la politique économique, sociale ou environnementale. Pour empêcher toutes interprétation un peu trop libérale du champ du référendum, l’objet de toute initiative dans ce domaine doit être soumis au Conseil constitutionnel pour être préalablement contrôlé.

Une initiative parlementaire

Contrairement au slogan lancé par l’ancien Président, le nouvel article 11 ne redonne pas la parole au peuple français. Il ne s’agit pas d’un référendum d’initiative populaire, mais plus modestement d’une initiative parlementaire. Le texte doit être présenté par 1/5è des membres du Parlement, soit 185 députés et sénateurs qui déposent une proposition de loi, dans les conditions du droit commun. Le peuple n’intervient qu’ensuite, pour appuyer l’initiative parlementaire. La démocratie directe est donc entièrement absente de l’élaboration du texte, qui demeure la compétence exclusive du parlement.

L’intervention du peuple se réduit à une forme un peu modernisée du droit de pétition, mise en œuvre de telle manière qu’il ne puisse jamais être mis en œuvre. En effet, pour qu’un référendum puisse effectivement avoir lieu, le texte doit recevoir le soutien du dixième de l’électorat, soit environ 4 500 000 électeurs. Un tel chiffre suppose une mobilisation qui, à dire vrai, a bien peu de chances d’être atteinte. Souvenons nous que lors du débat sur le mariage pour tous, ses partisans étaient très fiers de remettre au Conseil économique social et gouvernemental une pétition regroupant 690 000 signatures.

Même si, par l’effet d’une mobilisation peu probable, un projet de texte parvenait à réunir les 4 500 000 signatures indispensables, il ne ferait pas pour autant obligatoirement l’objet d’un référendum. Le texte prévoit que le parlement peut alors reprendre le contrôle de la procédure.

Après avoir contrôlé le nombre de signatures, le Conseil constitutionnel déclare, dans une décision publiée au Journal officiel, que la proposition a le soutien d’un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales. À l’issue d’un délai de six mois après cette publication, le Président de la République la soumet au référendum…. sauf si le parlement en décide autrement.

Cela peut sembler compliqué, mais c’est très simple. Il suffit à la majorité de l’Assemblée et du Sénat d’ »examiner » le texte une fois pour l’enterrer définitivement (art. 9 de la loi organique). Il n’est même pas indispensable de susciter un vote, il suffit de l’inscrire à l’ordre du jour, et d’organiser un débat, un seul. Dans ce cas, la proposition est alors purement et simplement enterrée, oubliée, comme sont enterrés les espoirs des malheureux citoyens qui auraient eu la naïveté de croire que cette réforme avait pour but de « redonner la parole au peuple ».

Bien entendu, l’actuelle majorité s’est trouvée plus ou moins contrainte de mener à son terme une réforme figurant déjà dans la Constitution, depuis la révision de 2008. Et puisque le principe de ce référendum figure dans la Constitution, le Conseil constitutionnel ne pourra évidemment pas le déclarer inconstitutionnel.

Ce référendum d’un genre nouveau, caractérisé surtout par son caractère inapplicable, est pourtant une sorte de monstre juridique qui va certainement empêcher longtemps l’adoption d’une vraie initiative populaire. Plus grave peut-être, il illustre parfaitement une tendance récente à intégrer dans la Constitution des dispositions inutiles, uniquement destinées à assurer une mission conjoncturelle de communication politique. Cette forme de pollution de la Constitution conduit à saper lentement sa crédibilité et la confiance que les citoyens ont à son égard. Ne sont-ils pas les premières victimes d’une procédure dont ils sont finalement exclus ?

Quelle : Contrepoints

___________________________________________________

Feu vert du Parlement au referendum d'initiative partagée

La démocratie française en action : Bernard Accoyer à son arrivée le 21 juillet 2008 à Versailles pour la réunion du congrès U.H.

Direkte Demokratie : das Volk will entscheiden

Posted on novembre 19th, 2013 by Klapperstein

Die in Deutschland und Frankreich regierenden Ganoven pfeifen auf das Wort Demokratie. Im Rahmen der aktuellen Koalitionsgesprächen mit der SPD hat die CDU gerade die Einführung der direkten Demokratie auf der Bundesebene abgelehnt, obwohl 84% der Bevölkerung dafür wäre.

In Deutschland ist aber die Sache mit dem demokratischen Unwohl Bestandteil der öffentlichen Debatte, mit der Schwelle bei der Verhältniswahlen oder der Einführung der bundesweiten direkten Demokratie (welche auf Länder Ebene schon vorhanden ist). Frankreich das weder Verhältniswahlen noch Föderalismus kennt stellt sich solche Fragen natürlich nicht.

Damit scheint die Akzeptanz der französischen und damit der elsässischen Bevölkerung dumm verkauft zu werden der wesentliche Unterschied zwischen Frankreich und Deutschland zu sein, wo dumm verkauft zu werden noch eine bestimmte Aufregung erwecken zu scheint. U.H.

o

En Allemagne comme en France les bandits qui nous gouvernent se moque du mot démocratie. La CDU, en pour parlé actuellement avec le SPD en vue de former un gouvernement, vient d’annoncer qu’elle refuse d’introduire la démocratie directe au niveau fédéral, alors que 84 % de la population est pour !

En Allemagne, la question du malaise démocratique, pour parler pudiquement, est présente dans le débat publique à travers les questions de la barre d’éligibilité des scrutins proportionnelles et de l’introduction de la démocratie directe, qui existe déjà au niveau des Länder, au niveau fédéral. La France, qui ne connait pas de scrutins proportionnels pour les questions importantes et qui connait encore moins toute forme de fédéralisme, ne se pose pas toutes ces questions.

En fait, la différence entre la France et l’Allemagne, c’est qu’en France, et malheureusement aussi donc en Alsace, en trouve tout à fait normal d’être pris pour des cons, alors qu’en Allemagne, für Dumm verkauft werden semble tout de même susciter un certain émoi. U.H.

________________________________________________

Umfrage: 83 Prozent der Unionswähler wollen Volksentscheid

Eine aktuelle Emnid-Umfrage hat ergeben, dass sich 83 Prozent der Wähler/innen von CDU und CSU für bundesweite Volksentscheide aussprechen. Innerhalb der Gesamtbevölkerung sind 84 Prozent dafür. Auch prominente Staatsrechtler plädieren für direkte Demokratie auf Bundesebene. Von Charlie Rutz

Die Bürger/innen senden erneut ein deutliches Signal an die Politik: Insgesamt 84 Prozent der Bevölkerung sprechen sich in einer aktuellen Emnid-Umfrage für den bundesweiten Volksentscheid aus. Bei den Wähler/innen der Union sind es 83 Prozent! Bei den Wähler/innen der anderen befragten und im Bundestag vertretenen Parteien ergibt sich folgendes Bild: Für direkte Demokratie auf Bundesebene sind 95 Prozent bei der Linkspartei, 88 Prozent bei der SPD und 83 Prozent bei BÜNDNIS 90/DIE GRÜNEN. Unter Nichtwähler/innen befürworten dies 81 Prozent.

In Auftrag gegeben worden war die Umfrage vom Magazin Focus. Die Zahlen zeigen im Vergleich zu vergangenen Umfragen eine klare Steigerung der Zustimmung bei Unionswählern. So hatte eine Forsa-Umfrage von Januar 2012 ergeben, dass 66 Prozent von diesen für bundesweite Volksentscheide sind. Innerhalb der Gesamtbevölkerung liegt die Zustimmungsrate konstant bei über 80 Prozent (siehe letzte Emnid-Umfrage vom März 2013).

„Die Schere zwischen Partei und Wählerschaft ist in Sachen direkter Demokratie bei der CDU offensichtlich. Sie sollte sich bei den Koalitionsverhandlungen mehr am Wählerwillen und weniger an ihren Vorbehalten gegenüber einem Ausbau der Bürgerbeteiligung orientieren. Jetzt ist die Zeit, gemeinsam mit CSU und SPD die Einführung bundesweiter Volksabstimmungen zu verabreden“, so Ralf-Uwe Beck, Bundesvorstandssprecher von Mehr Demokratie.

Prominente Staatsrechtler für bundesweiten Volksentscheid

„Wir brauchen den bundesweiten Volksentscheid. Er würde helfen, den Abstand zwischen denen da oben und den Bürgern zu verringern“, sagte der Verfassungsrechtler Hans Herbert von Arnim der „Welt am Sonntag“. Außerdem betonte er, dass die Gefahr des Missbrauchs heute nicht mehr bestehe. Aus seiner Sicht entspreche es nicht mehr dem Stand der demokratischen Entwicklung, die Bürger/innen nur alle vier Jahre zur Bundestagswahl abstimmen zu lassen.

Die Berliner Staatsrechtler Otmar Jung und Christian Pestalozza fordern ebenfalls eine Änderung des Grundgesetzes. „Das Volk sollte zumindest die Möglichkeit haben, über Grundgesetzänderungen abzustimmen“, sagte Pestalozza gegenüber dem Focus. „Das ist Usus in den Bundesländern sowie in vielen Staaten der Welt und gehört zur guten demokratischen Tradition.“ Die Angst der Politik vor den Bürgern sei nicht gerechtfertigt. „In Bayern hat die Bevölkerung bisher alle Verfassungsänderungen mitgetragen. Die Bürger sind heute gut informiert.“

Otmar Jung hält die Einführung von bundesweiten Volksentscheiden für zwingend: „Das ist ein Schritt, der kommen wird, wie einmal das allgemeine Wahlrecht und das Frauenwahlrecht kamen. Und wer wollte das noch infrage stellen.“ Bedenken, das Volk würde wichtige Beschlüsse unterlaufen, teilt Jung nicht. „Wenn eine Änderung der europäischen Verträge nicht zu vermitteln ist, dann sollte man es in einer Demokratie auch nicht machen.“ (Quelle: Focus Online)

Volksentscheid-Gesetzentwurf von Mehr Demokratie

Mehr Demokratie fordert seit langem die Einführung der dreistufigen Volksgesetzgebung sowie fakultativer und obligatorischer Referenden auf Bundesebene. Dazu haben wir einen eigenen Gesetzentwurf ausgearbeitet.

Unser Volksentscheid-Gesetzentwurf sieht die Änderung des Grundgesetzes vor und wurde im Jahr 2013 in einer Mitgliederurabstimmung beschlossen. Außerdem wurde ein Ausführungsgesetz (Bundesabstimmungsgesetz) erarbeitet. Damit schlägt Mehr Demokratie zugleich vor, wie der Volksentscheid konkret ausgestaltet werden soll.

Das Instrument soll fair geregelt sein und von den Bürger/innen auch genutzt werden können. Gleichzeitig soll der Dialog zwischen den Bürger/innen und dem Bundestag befördert werden. In den hier vorgelegten, vollständig überarbeiteten Vorschlag sind vor allem Erfahrungen aus der Schweiz und den USA sowie aus der Praxis der direkten Demokratie in den deutschen Bundesländern eingeflossen.

Quelle : Mehr Demokratie (17.11.2013)

________________________________________________

CDU rückt von Plänen zu bundesweiten Volksabstimmungen ab

Sorgt für Aufregung bei den Koalitionsgesprächen: Manuela Schwesig (SPD)

BERLIN. Mehrere CDU-Politikerhaben sich von Plänen für die Einführung bundesweiter Volksentscheide distanziert. „Wir sind gegen solche bundesweiten Volksabstimmungen. Wir werden dem Vorschlag nicht zustimmen. Demzufolge wird die nächste Koalition dies auch nicht einführen“, sagte der stellvertertende Vorsitzende der Unionsfraktion im Bundestag, Günter Krings (CDU).

Nach Angaben der Nachrichtenagentur Reuters hat auch Bundeskanzlerin Angela Merkel (CDU) der Idee von Volksabstimmungen eine Abfuhr erteilt. Hintergrund ist ein Arbeitspapier von Bundesinnenminister Hans-Peter Friedrich (CSU) und dem innenpolitischen Sprecher der SPD-Bundestagsfraktion, Thomas Oppermann.

Arbeitspapier war nicht für die Öffentlichkeit bestimmt

Dieses sah unter anderem vor, daß die Bürger„bei europapolitischen Entscheidungen von besonderer Tragweite direkt befragt werden“. Dies gelte vor allem „für die Aufnahme neuer Mitgliedsstaaten, wenn wichtige Kompetenzen nach Brüssel abwandern sollen oder wenn es um finanzielle Leistungen Deutschlands auf EU-Ebene geht“.

Auch sollen Volksabstimmungen über alle vom Bundestag beschlossenen Gesetze sollten zugelassen werden, vorausgesetzt, daß innerhalb eines halben Jahres nach dem Gesetzesbeschluß eine Million Unterschriften für eine Volksbefragung gesammelt würden.

Zentrales Wahlversprechen

Bei Gesetzen, die der Zustimmung des Bundesrates bedürfen, müssen die Referenden zudem „in so vielen Ländern Erfolg haben, wie es einer Bundesratsmehrheit entspricht“. Die Einführung bundesweiter Volksentscheide war ein zentrales Wahlversprechen sowohl von der SPD als auch von der CSU.

Unterdessen sind die Verhandlungen in der Arbeitsgruppe Familie, Frauen und Gleichstellung am Montag zum Erliegen gekommen. Der Streit entzündete sich an der Gleichstellung homosexueller Lebensgemeinschaften mit der Ehe. Die SPD fordert unter anderem das volle Adoptionsrecht für gleichgeschlechtliche Paare. Die Union lehnt dies ab. Die Verhandlungsführerin der SPD in der Arbeitsgruppe, Manuela Schwesig, stellte daraufhin nach einem Bericht der Welt sogar die Koalition infrage.

Quelle : Junge Freiheit (12.11.2013)

Autopsie eines verpassten Treffens mit Geschichte

Posted on avril 9th, 2013 by Klapperstein

Autopsie d’un rendez-vous manqué avec l’Histoire

Ce dimanche 7 avril 2013, l’Alsace a raté un rendez-vous avec l’Histoire par la faute d’une trop forte abstention dans toute l’Alsace et du Non du Haut-Rhin.

Le contexte électoral

Les électeurs français ont votés non au référendum de 2005 sur l’Europe, ce qui n’a pas empêché les bandits qui nous gouvernent de ratifié le traité de Lisbonne en 2008, qui est un copié-collé de la dite constitution européenne refusé par les électeurs 3 ans plus tôt. La crise de l’UMP Copé-Fillon, les affaires politiquo-financiaires en général et en particulier la déflagration Cahuzac, en complément du marasme économique qui s’accentue depuis plusieurs années, ont entaché profondément et à juste titre la confiance des électeurs envers la classe politique.

Le type de référendum

Il existe trois types de référendum. Les référendums d’initiatives populaires, initiés directement par les électeurs pour adopter ou refuser une loi, les référendums obligatoires, qui obligent les gouvernements à soumettre au vote populaire des modifications constitutionnels ou des traités internationaux, et enfin les référendums plébiscites, qui sont initiés par les gouvernements alors que rien ne les obligent de par les institutions à faire appel au peuple, ce qui leur donnent, que ce soit le but recherché ou non, une forte connotation plébiscitaire. La Suisse, qui est le pays de la démocratie directe, ne pratique pas le référendum plébiscite, alors que la France, qui est le pays du droit de l’hommisme, ne connait que des référendums de type plébiscite.

Le référendum du 7 avril était non seulement un référendum de type plébiscite, mais en plus le Oui aurait constitué une sorte de chèque en blanc, dans la mesure où les Alsaciens n’ont pu voter que sur un principe, celui de la fusion, et non sur un texte de loi précis, puisque seul l’assemblée nationale est habilité en France à adopter une loi. Les cantons suisses et les Länder allemands, possédant un parlement et une constitution, peuvent eux-mêmes modifier leur lois et leurs constitutions, ce qui n’est bien évidemment pas le cas des régions françaises étouffés par le centralisme républicain.

Les véritables enjeux du référendum

La création d’une Collectivité Territoriale Alsacienne consistait en une modernisation et une simplification des institutions politiques alsaciennes par la fusion des trois collectivités territoriales existante en une. On peut penser elle n’aurait pas changer grand chose au système actuel, et les débats sur les économies réels ou supposées, engendrées par les nouvelles institutions et la querelles sur la siège de l’exécutif (Colmar ou Strasbourg) ont en réalité été essentiellement des faux débats. Pourtant les vrais enjeux étaient ailleurs.

Pour les autonomistes et tous les Alsaciens attachés à leur identité et ayant conscience d’être d’une façon ou d’une autre une minorité nationale malmenée par la République Française, la création du Conseil d’Alsace représentait l’occasion d’être enfin unis et plus fort face à Paris et représentait aussi l’affirmation d’une identité alsacienne forte et fière jusqu’ici niée à travers l’Histoire par la France et la République.

Pour les souverainistes et les nationalistes français, la création du Conseil d’Alsace, de par l’affirmation implicite de la réalité identitaire alsacienne, entrait en contraction avec l’image idyllique et fausse de roman national français qui est la base de leur vision du monde, et leur était donc intolérable. Pour la gauche dite anticapitaliste la création du Conseil d’Alsace représentait, dans leur vision idéologique et religieuse de la République, une entrave intolérable à la sacro-sainte unicité de la République.

Pour un grand nombres élus UMP, par essence carriériste, le oui au référendum était une raison d’inquiétude pour la simple et bonne raison qu’ils risquaient de perdre leurs places dans les chamboulements à venir (qui de plus allaient être arbitrés par les socialistes), d’autant plus qu’il était prévu une réduction de 10 à 20% des élus. Pour les carriéristes du PS, le oui au référendum ayant de fait un caractère plébiscitaire en faveur de l’UMP, le jeu politicien les poussaient à être pour le moins réservés, sans parler du poids de l’idéologie centralisatrice et républicaine de leur parti.

Le double échec du référendum : la trop forte abstention dans toute l’Alsace et le Non du Haut-Rhin

La trop forte abstention dans le Bas-Rhin et dans le Haut-Rhin

L’abstention est énorme, 64,04% pour l’ensemble de l’Alsace (64,89 dans le Haut-Rhin et 62,82 dans le Bas-Rhin). Elle s’explique par la forte défiance (parfaitement justifiée) des électeurs alsaciens envers la classe politique, et est accentuée par le caractère plébiscitaire du référendum qui a eu lieu précisément au moment où éclate une crise politique sans précédant dans la 5ème République (l’emballement de l’affaire Cahuzac). On est là dans le pire des scénarios possible.

Elle s’explique également par le caractère régional du référendum. D’une part les régions ont très peu de pouvoir en France, et la création du Conseil d’Alsace était malheureusement loin de changer fondamentalement la donne, et d’autre part les électeurs alsaciens étant immergés dans une vie médiatique quasi exclusivement française, la visibilité médiatique du référendum était très faible. Même pour les élections municipales, cantonales ou régionales, la visibilité médiatique est en contraste beaucoup plus forte, les Alsaciens, votant en même temps que les autres citoyens français, sont alors connecté au battage médiatique français.

Cette dernière constatation met en lumière la grande difficulté et le piège que représente la nécessité pour le oui de passer la barre de 25% des inscrits pour les référendums (de type plébiscites) régionaux (système mis en place par la réforme constitutionnelle de 2008).

La troisième cause de l’abstention massive du 7 avril est l’attitude souvent ambigu des politiques alsaciens officiellement engagé pour le oui, qui, que se soit au PS ou à l’UMP, avait à peu près tous de bonnes raisons, souvent très différentes selon les intérêts des uns et des autres, de peu s’impliquer dans la campagne. En plus du ras le bol général et du caractère régional et plébiscitaire du référendum, l’attitude réservé et hésitante des partisans du oui a elle aussi eu son rôle dans l’abstention massive de dimanche.

En résumé, le système politique français impose à l’Alsace une vie politique régional dépouillé de pouvoir réel, le caractère centralisé de la société française ne permet mécaniquement qu’une très faible visibilité médiatique à l’actualité politique alsacienne (surtout pour les plus jeunes) et là-dessus, dans un contexte de marasme économique et de forte défiance des électeurs envers la classe politique, le système pseudo démocratique français impose comme condition sine qua non à la validation du référendum que le oui dépasse les 25% des inscrits dans chaque département.  Le degré de démocratie de la République Française doit être jugé à ses fruits.

Le Non du Haut-Rhin

Tout d’abord, précisons que l’Alsace à tout de même voté Oui à 57,65 %. Le Bas-Rhin à 67,53% mais le Haut-Rhin seulement à 44,26%. Le 67% du Bas-Rhin et le 44% du Haut-Rhin ont tout les deux été limité et réduit par les mêmes raisons qui ont créés une très forte abstention. Mais ses raisons n’expliquent pas ou très peu la différence de 23% des oui dans les deux départements. Comment expliquer une telle différence ? Il y a essentiellement deux raisons : la première est que l’Ump a peu fait campagne dans le Haut-Rhin, Buttner, président du Conseil Général et voulant préserver son poste, a toujours été très ambigu et Meyer, le maire de Colmar, a clairement pris position pour le Non. La faible campagne de l’Ump a en fait consisté en un timide oui-mais, ce qui dans le contexte actuel a eu des conséquence dramatique pour le oui.

La deuxième raison est que le chauvinisme et les peurs des haut-rhinois, et particulièrement des colmariens, sont fortement rentré en résonance avec les arguments pour le moins démagogiques des tenants du Non ainsi qu’avec le climat délétère actuel. Mais pourquoi les arguments terre à terre et racoleur du non ont tellement porté dans le Haut-Rhin et si peu dans le Bas-Rhin ? La réponse tient principalement à la nature des arguments nonistes : «  Le Haut-Rhin se ferait manger par le Bas-Rhin et des sous-préfectures ou la préfecture de Colmar seraient peut-être ou probablement fermées. » Difficile en effet d’expliquer à un strasbourgeois que la préfecture de Strasbourg allait fermée et que son département allait se faire absorber par son voisin, nettement plus petit en taille et en habitants.

L’antagonisme Haut-Rhin/Bas-Rhin est certes ancestral, mais il est aussi et surtout  artificiel, artificiellement entretenu et exacerbé par la République dans le but de diviser pour mieux règner. Il est plus le fruit de 95 ans de présence française que de 1500 ans d’Histoire. Les haut-rhinois, minoritaires en Alsace par rapport au bas-rhinois, ont manifestement trouvé là un bien mauvais moyen d’exprimer leur mécontentement, que celui-ci ait été quelque peu fondé ou non.

Conclusion

Cette victoire du non dans le Haut-Rhin et la forte abstention dans toute l’Alsace témoigne in fine du manque d’attachement d’un certain nombre d’Alsaciens à leur Elsässertum et des grandes difficultés qu’ont les Alsaciens à défendre leurs droits, leurs libertés et leur identité commune face au rouleau compresseur du système républicain français. Cet échec du référendum sur le Conseil d’Alsace témoigne également du fatalisme et de la résignation des électeurs, qu’ils soient Alsaciens ou non, face au processus électoral en général.

Il faut pourtant comprendre que ce n’est pas à proprement parler la démocratie qui est responsable des problèmes actuels, mais bien la pseudo démocratie à la sauce républicaine, et que le référendum qui vient de tourner au fiasco devant nos yeux était un référendum plébiscite à la sauce française dans un cadre désespérément français, et s’il faut désespérer de quelque chose, c’est bien de la France et de sa République, et non d’autres choses. Wir haben zwar einen Wahlkampf verloren, aber  der Kampf geht immer weiter. U.H.

Wir werden für dumm verkauft

Posted on mars 8th, 2013 by Unsri Heimet !

Les bandits et les apparatchiks qui nous gouvernent nous prennent pour des imbéciles. Le PS et l’UMP nous prennent simplement pour des cons. Après la mauvaise blague en 2005 de l’ «initiative citoyenne», l’article I-47 paragraphe 4 de la constitution européenne, qui ne faisait rien d’autre que de donner une sorte de statut officiel (c’est à dire rien) aux pétitions qui dépasserait le seuil du million de citoyens (et qui nous était présenté comme une avancée démocratique au nom du concept douteux de démocratie participative), le Sénat à majorité PS vient d’adopter le 28 février les modalités d’application du « référendum d’initiative partagée » (initié en 2008 par l’UMP, les grands esprits se retrouvent), qui est une sorte de référendum d’initiative populaire à la sauce républicaine, c’est à dire que l’initiative populaire qui va lancer le référendum doit être approuvé par un cinquième du parlement et par un dixième des électeurs, soit 4,5 millions d’électeurs, soit proportionnellement à peu près dix fois plus de citoyens qu’en Suisse et qu’en Italie, dix fois plus que dans les Länder allemands et les États américains qui pratiquent cette forme de démocratie directe !!! Comment donc ne pas s’indigner devant un tel déni de démocratie ?

Cependant, l’hypocrisie étant un éloge du vice à la vertu, on peut et on doit rester optimiste. En effet, cette loi hypocrite, qui instaure en théorie l’initiative populaire et qui l’a rend impossible en pratique, est de fait un éloge du vicié et vicieux système démocratique français au vertueux modèle démocratique suisse. Cela illustre parfaitement le fait que la république française n’a jamais rien fait d’autre à travers l’histoire que de singer les valeurs démocratiques dont elle se réclame. Le passage en force de la constitution européenne en 2008 après un vote clairement négatif des électeurs en 2005 en est également une illustration criante. L’Histoire de l’Alsace, et notamment du prétendu « plébiscite » et de la non-organisation d’un vote d’autodétermination du peuple alsacien-lorrain 1919 en est une autre.

Et cet éloge du vice républicain à la vertu démocratique doit inciter les citoyens français et les électeurs alsaciens à exiger leurs droits démocratiques les plus élémentaires, à savoir l’instauration de la démocratie directe en France et en Alsace. Au niveau de l’État français comme au niveau du future Conseil d’Alsace. Les électeurs doivent prendre conscience de l’imposture démocratique qu’ils subissent et cesser de voter pour des partis politiques qui ne réclament pas clairement la démocratie directe.

Nous autres Alsaciens devons parvenir à faire respecter d’une façon ou d’une autre nos droits civiques les plus élémentaires, sur le question de la démocratie directe comme sur bien d’autres. Votons donc massivement « OUI » le 7 avril, pour plébisciter la création du Conseil d’Alsace et pour plébisciter aussi la démocratie directe. Plus nombreux seront les électeurs le 7 avril, plus les conditions de l’instauration de la démocratie directe en Alsace seront favorables. L’imposture pseudo-démocratique basée sur des scrutins majoritaires ou pseudo-proportionnels et basée sur l’absence de démocratie directe doit cesser. A chacun de prendre ses responsabilités.

Wie weit werden wir noch runter gehen?

Posted on février 21st, 2013 by Klapperstein

Nous publions ci-dessous un cours article tiré du site Polémia concernant l’adoption par le Sénat français d’une loi socialiste visant à allonger les délais de prescription relatifs aux insultes dites « sexiste », « homophobe » (sic) et « handiphobe » (resic).
Alors que le Royaume-Uni fait marche arrière par rapport la grande marche en avant des pays occidentaux à brider toujours un peu plus la liberté d’expression, la France, fidèle à elle-même, continu fièrement d’être en pointe dans le façonnement d’une société « extraordinairement autoritaire et contrôlante ».
Notre combat autonomiste ne consiste pas seulement à défendre le droit du peuple alsacien à disposer de lui-même, il consiste également à défendre nos droits civiques, rognés petit à petit par le totalitarisme rampant de la République Française et de l’Union Européenne. La France, tout comme l’UE, en sortir c’est s’en sortir !

Commençons donc par voter et faire voter « oui » le 7 avril , pour dire oui à la démocratie directe et oui à l’Alsace. Ja zum direkte Demokratie und ja zum Elsass, und wenn möglich auch ja zu einem freien Elsassland.

____________________________________________
Le Sénat unanime pour tenter de restreindre un peu plus la liberté d’expression

Rowan Atkinson, militant anglais des droits civiques

Alors qu’outre-Manche, la section 5 du Public Order Act (loi sur l’ordre public de 1986) qui réprime les « propos ou comportements insultants » a été abrogée suite à une campagne menée par Roy Atkinson, l’acteur vedette de Mr Bean ou de la série Blackadder, le Sénat français a adopté jeudi, à l’unanimité, une proposition de loi socialiste qui vise à faire passer de trois mois à un an les délais de prescription relatifs aux injures « sexistes », « homophobes » ou « handiphobes ». Comme si une injure envers une femme, une personne « homosexuelle » ou handicapée était plus grave qu’une injure envers un homme, une personne attirée par le sexe opposé ou bien portante ! Comme si d’autres « communautés » n’allaient pas ensuite exiger le même traitement !
Et si on arrêtait d’aller pleurnicher dans les jupes de l’État nounou (nourricier ?) dès qu’un individu nous injurie ?
A quand une coalition de personnes de bonne volonté pour demander le rétablissement progressif de la liberté d’expression totale et que cesse cette « industrie de l’indignation » qui rend la société française « extraordinairement autoritaire et contrôlante » (Atkinson, à propos de la société anglaise) ?
Quelle : Polémia

Keine echte Demokratie ohne direkte Demokratie

Posted on février 16th, 2013 by Klapperstein

Ci-dessous un article tiré de l’intéressent mais bien mal nommé site internet  Boulevard Voltaire qui qualifie le PS et l’UMP de ce qu’ils sont : des usurpateurs de l’idéal démocratique et  des dangers pour la démocratie.

Nous l’avons déjà dit et nous le redisons à nouveau : il n’y a pas de véritable démocratie sans démocratie directe et les apparatchiks de l’UMP et du PS sont des imposteurs et des bandits.

Raison de plus pour profiter du peu de démocratie réel que nous accorde le grand cirque pseudo-démocratique, républicain et européiste, pour aller voter le 7 avril, puisque en plus de permettre à l’Alsace, en votant « oui », de se libérer quelque peu du carcan français et républicain, nous avons également l’occasion de plébisciter le principe de démocratie directe en participant au premier référendum de l’Histoire qui ne concerne que les Alsaciens. En en attendant peut-être d’autres…

__________________________________

L’UMPS ? Un danger pour la démocratie !

Un sondage publié dans Le Monde du 6 février nous apprend que pour 47 % des Français, le FN ne serait pas un danger pour la démocratie. Et que 32 % des Français adhéreraient aux idées du FN. Ce qu’il y a de très regrettable dans ce sondage, c’est que les sondeurs n’aient pas eu l’idée d’étendre leurs questions au cas de l’UMPS.

Votre serviteur se propose donc de faire ce travail et de poser ces quelques légitimes questions :

• Les partis qui valident depuis des décennies les traités européens, fondés sur la négation du suffrage universel et de la séparation des pouvoirs, sont-ils un danger pour la démocratie ?
• Les partis qui acceptent que la Commission européenne, non démocratiquement élue, édicte 80 % de nos lois via ses directives et règlements, sont-ils un danger pour la démocratie ?
• Les partis qui refusent systématiquement la pratique du référendum pour des sujets majeurs tels le traité de Lisbonne, le Mécanisme européen de stabilité, le TSCG ou encore le mariage gay sont-ils un danger pour la démocratie ?
• Les partis qui considèrent comme dangereuse l’expression du suffrage universel quand elle vient des référendums d’initiative populaire sont-ils un danger pour la démocratie ?
• Les partis qui choisissent les candidats à l’élection présidentielle via le système des parrainages des maires sont-ils un danger pour la démocratie ?
• Les partis qui ont annulé le vote du peuple français du 29 mai 2005 sont-ils un danger pour la démocratie ?
• Les partis (et les journalistes) qui considèrent comme des Untermensch les Français qui refusent le consensus normatif politiquement correct sont-ils un danger pour la démocratie ?

Si vous avez répondu oui à l’ensemble de ces questions, reconnaissez que le seul et unique danger pour la démocratie est bien l’UMPS et non le FN.

Reste maintenant à savoir si les Français adhèrent aux idées de l’UMPS. Nous parlons ici des idées pratiquées par l’UMPS une fois qu’il est au pouvoir, et non des idées qu’il expose officiellement, publiquement, à des militants et journalistes aveugles et pour le moins crédules.

Quand il est aux manettes du pouvoir, l’UMPS ne trouve rien d’autre à faire que d’appliquer les traités européens. Or, quel en est leur contenu ? Libre-échange, concurrence libre et non faussée, monétarisme, libre circulation des capitaux, interdiction de monétisation de la dette… Soit tout ce qui a permis la mise en esclavage bancaire du peuple, la marginalisation des États et la prise de pouvoir de l’oligarchie financière.

Il serait temps que l’on demande aux Français, si réellement, ils adhèrent à ce programme politique.

Ce que l’on peut dire en tout cas, c’est qu’il serait une véritable catastrophe que les idées de l’UMPS se « banalisent » aux yeux du peuple. L’« UMPSisation » des esprits a déjà fait suffisamment de mal à la France.

Quelle : Boulevard Voltaire

Ja zum elsässischen Landrat / Oui au Conseil d’Alsace

Posted on novembre 27th, 2012 by Klapperstein

Le référendum concernant la création du Conseil d’Alsace aura donc lieu dans quelques mois au printemps prochain, le 7 avril 2013. Le Conseil d’Alsace sera donc, si le « oui » l’emporte, la nouvelle collectivité territoriale alsacienne qui résultera de la fusion du conseil régional d’Alsace et des conseils généraux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. Cette fusion garantira une meilleure visibilité à la vie politique alsacienne qui en a le plus grand besoin.

Les élus de ce nouveau Conseil alsacien cesseront ainsi de n’être que de simples élus locaux pour devenir sans conteste les représentants de l’Alsace et du peuple alsacien enfin politiquement réunis. C’est la raison pour laquelle la création du Conseil d’Alsace est d’une importance historique pour l’avenir de l’Alsace, il représente une forme d’autonomie politique que la République Française nous a jusqu’à présent toujours refusé.

Cette relative autonomie institutionnelle, en plus d’améliorer le fonctionnement des structures administratives des assemblées territoriales actuelles, doit surtout permettre aux Alsaciens de tenir enfin tête à Paris, notamment sur le bilinguisme et sur les questions financières.

Nous avons donc lançé en vue du référendum du 7 avril une campagne d’affichage public en faveur de la création du Conseil d’Alsace . Nous avons à cet effet commencé par imprimé 1000 affiches « Ja zum elsässischen Landrat » et 1000 affiches  «Oui au Conseil d’Alsace ».

Malheureusement la création du Conseil d’Alsace ne pâlira pas à elle seule le déficit démocratique français qui se caractérise par l’absence de démocratie directe et par des scrutins majoritaires ou pseudo proportionnels, qui contrairement aux scrutins proportionnels classiques, ne permettent pas aux électeurs d’exprimer convenablement leurs choix et d’élire des élus qui les représentent véritablement.

C’est pourquoi nous avons également imprimé des bandeaux jaunes fluo contenant les inscriptions « Oui à la démocratie directe », « Ja zur direkte Demokratie » et « Oui au scrutin proportionnel », « Ja zur Proporzwahlrecht » que nous collons avec les affiches, de manière à réclamer, parallèlement à la création du Conseil d’Alsace, une transformation profonde du système électoral pseudo démocratique que nous impose la France depuis bien trop longtemps.

Vous pouvez soutenir notre action par un don financier, en participant directement au collage des affiches ou en devenant membre de notre association Unsri Heimet. Pour nous soutenir, contactez-nous ! Màcha mit ! Kontakt  UH

Verbundenen Artikel : Elsässischer Landrat : 108 « Ja », 5 « Wider », 9 Enthaltung

 Elsässischer Landrat : Volksabstimmung am 7. April 2013

 Elsässischer Landrat : endlich auf dem Weg zur Volksabstimmung

Le Conseil d’Alsace, une chance historique pour l’Alsace

E kleini Revolution

79% des Alsaciens favorables à un référendum sur la création d’un Conseil Unique d’Alsace

MENU

M'R EMPFHELE

Copyright © 2009 Unsri Heimet. Theme par THAT Agency propulsé par WordPress.