3.0.1" />
Unsri Heimet

Unsri Heimet – -do sin m'r d'heim ! Das Elsass, unsri Heimet !

EIN JA FÜR DAS ELSASS

Posted on avril 5th, 2013 by Unsri Heimet !

Le 7 avril, il est impératif qu’au moins 25% des inscrits votent OUI pour que le référendum soit validé. Le principal danger est donc l’abstention. C’est pourquoi il est important non seulement d’aller voter dimanche, mais aussi d’inciter sa famille et son entourage à aller voter OUI. Chaque voix compte. Jede Stimme zählt.

Keine echte Demokratie ohne direkte Demokratie

Posted on février 16th, 2013 by Klapperstein

Ci-dessous un article tiré de l’intéressent mais bien mal nommé site internet  Boulevard Voltaire qui qualifie le PS et l’UMP de ce qu’ils sont : des usurpateurs de l’idéal démocratique et  des dangers pour la démocratie.

Nous l’avons déjà dit et nous le redisons à nouveau : il n’y a pas de véritable démocratie sans démocratie directe et les apparatchiks de l’UMP et du PS sont des imposteurs et des bandits.

Raison de plus pour profiter du peu de démocratie réel que nous accorde le grand cirque pseudo-démocratique, républicain et européiste, pour aller voter le 7 avril, puisque en plus de permettre à l’Alsace, en votant « oui », de se libérer quelque peu du carcan français et républicain, nous avons également l’occasion de plébisciter le principe de démocratie directe en participant au premier référendum de l’Histoire qui ne concerne que les Alsaciens. En en attendant peut-être d’autres…

__________________________________

L’UMPS ? Un danger pour la démocratie !

Un sondage publié dans Le Monde du 6 février nous apprend que pour 47 % des Français, le FN ne serait pas un danger pour la démocratie. Et que 32 % des Français adhéreraient aux idées du FN. Ce qu’il y a de très regrettable dans ce sondage, c’est que les sondeurs n’aient pas eu l’idée d’étendre leurs questions au cas de l’UMPS.

Votre serviteur se propose donc de faire ce travail et de poser ces quelques légitimes questions :

• Les partis qui valident depuis des décennies les traités européens, fondés sur la négation du suffrage universel et de la séparation des pouvoirs, sont-ils un danger pour la démocratie ?
• Les partis qui acceptent que la Commission européenne, non démocratiquement élue, édicte 80 % de nos lois via ses directives et règlements, sont-ils un danger pour la démocratie ?
• Les partis qui refusent systématiquement la pratique du référendum pour des sujets majeurs tels le traité de Lisbonne, le Mécanisme européen de stabilité, le TSCG ou encore le mariage gay sont-ils un danger pour la démocratie ?
• Les partis qui considèrent comme dangereuse l’expression du suffrage universel quand elle vient des référendums d’initiative populaire sont-ils un danger pour la démocratie ?
• Les partis qui choisissent les candidats à l’élection présidentielle via le système des parrainages des maires sont-ils un danger pour la démocratie ?
• Les partis qui ont annulé le vote du peuple français du 29 mai 2005 sont-ils un danger pour la démocratie ?
• Les partis (et les journalistes) qui considèrent comme des Untermensch les Français qui refusent le consensus normatif politiquement correct sont-ils un danger pour la démocratie ?

Si vous avez répondu oui à l’ensemble de ces questions, reconnaissez que le seul et unique danger pour la démocratie est bien l’UMPS et non le FN.

Reste maintenant à savoir si les Français adhèrent aux idées de l’UMPS. Nous parlons ici des idées pratiquées par l’UMPS une fois qu’il est au pouvoir, et non des idées qu’il expose officiellement, publiquement, à des militants et journalistes aveugles et pour le moins crédules.

Quand il est aux manettes du pouvoir, l’UMPS ne trouve rien d’autre à faire que d’appliquer les traités européens. Or, quel en est leur contenu ? Libre-échange, concurrence libre et non faussée, monétarisme, libre circulation des capitaux, interdiction de monétisation de la dette… Soit tout ce qui a permis la mise en esclavage bancaire du peuple, la marginalisation des États et la prise de pouvoir de l’oligarchie financière.

Il serait temps que l’on demande aux Français, si réellement, ils adhèrent à ce programme politique.

Ce que l’on peut dire en tout cas, c’est qu’il serait une véritable catastrophe que les idées de l’UMPS se « banalisent » aux yeux du peuple. L’« UMPSisation » des esprits a déjà fait suffisamment de mal à la France.

Quelle : Boulevard Voltaire

Elsässischer Landrat : Volksabstimmung am 7. April 2013

Posted on novembre 16th, 2012 by Klapperstein

Presserundschau Conseil d’Alsace Les Alsaciens seront consultés par référendum le 7 avril

Les trois présidents, Philippe Richert, Guy-Dominique Kennel et Charles Buttner, présenteront, en fin d’après-midi, le projet qui sera soumis au congrès d’Alsace. En voilà les grandes lignes.

Samedi 24 novembre, les élus des trois assemblées, réunies en congrès à Strasbourg, discuteront du rapport détaillant les grands principes du futur conseil d’Alsace. Ils délibéreront sur la date du référendum. Finalement, c’est la plus proche, le 7 avril, qui a été retenue pour cette consultation historique des Alsaciens. Celle de juin étant trop près des vacances… La question qui sera posée aux électeurs – simple, même si l’application en sera complexe – portera sur la fusion des trois collectivités existantes et la création d’une nouvelle collectivité.

Enfin, c’est le conseil régional – de fait Philippe Richert – qui organisera le référendum. Toutes propositions validées par l’État. Un grand pas si on se reporte à quelques mois en arrière. À propos du chemin parcouru avec les présidents Guy-Dominique Kennel (Bas-Rhin) et Charles Buttner (Haut-Rhin), le président du conseil régional assure : « Avec Guy-Do et Charles, on a grandi ensemble. Ce n’était pas facile. Mais au fur et à mesure, nous avons trouvé des solutions tenant compte des uns et des autres… »

Les trois présidents ont soumis leur projet à leurs groupes majoritaires, cette semaine à Sélestat. Hier, Philippe Richert a rencontré les représentants de son opposition. « Lors de la présentation au groupe majoritaire, tout le monde a applaudi. J’ai eu des mails d’élus qui m’ont dit : ‘‘On y va, on se retrousse les manches !’’ », se félicite Philippe Richert, visiblement confiant. Heureux même, bien que conscient que le plus dur est à venir. Construire la collectivité qui sera élue en 2015. Le rêve qu’il caresse depuis vingt ans, Une vraie révolution copernicienne pour reprendre une expression à la mode…

Les grands principes retenus ? « Il faut faire plus simple, pour que nos concitoyens sachent qui fait quoi », souligne-t-il, en insistant sur le second postulat – qui ne va pas de soi, mais qui s’inscrit dans l’air du temps. « On fera des économies. Nous baisserons le nombre d’élus de 10 à 20 % », annonce l’ancien ministre. Actuellement les trois assemblées comptent 122 élus, soit 49 conseillers régionaux, 44 conseillers généraux du Bas-Rhin et 31 du Haut-Rhin. Le gouvernement Fillon avait proposé de réduire le nombre de conseillers territoriaux à 74. C’est dire qu’il y a de la marge…

Ces conseillers seront désignés, selon la loi électorale en vigueur actuellement, à la fois des conseillers élus dans des cantons et des conseillers élus sur une liste, à la proportionnelle. Mais le mode d’élection est susceptible de changer en cas de modification – plus que probable – de la loi électorale par la gauche. Et les Alsaciens s’y adapteront.

« Nous aurons aussi moins de directeurs, moins de voitures et moins de communication », promet Philippe Richert, le chiffre de 20 % d’économies étant là encore posé comme objectif. En revanche, le personnel chargé de tâches techniques, comme les TOS dans les collèges et les lycées, ne diminuera pas. Après la fusion, l’administration de la nouvelle collectivité comptera entre 8 000 et 9 000 agents, à peine davantage que la Communauté urbaine de Strasbourg.

En plus des compétences actuelles de la Région et des Départements, le conseil unique pourrait obtenir, par un texte de loi spécifique voté par le Parlement, des compétences en matière transfrontalière, de langues régionales, mais aussi la capacité d’avoir l’initiative en matière de lois et d’adaptations des règlements. Dans la foulée, Philippe Richert répète qu’ « il n’y aura pas de nouvel impôt », sauf la fiscalité qui pourrait être transférée par l’État dans le cadre de l’Acte 3 de la décentralisation – et que d’autres Régions réclament.

Autre changement de taille : il y aura bien une séparation du délibératif et de l’exécutif… comme en Corse. Actuellement, la Région Alsace englobe le conseil régional d’Alsace – avec un président qui préside l’assemblée et qui dirige l’exécutif – et le Conseil économique, social et environnemental d’Alsace. Dans la nouvelle configuration, le Céser subsiste.

Mais il y aura une nouvelle collectivité, le « conseil territorial d’Alsace ». Il sera composé d’une assemblée délibérante, avec son président et sa commission permanente élue à la proportionnelle, et d’un exécutif, chargé de mettre en œuvre les différentes politiques. On parlera d’un « conseil exécutif d’Alsace ». Il sera également élu par l’assemblée, mais sur une liste bloquée d’une douzaine de noms, avec un président, deux vice-présidents délégués et des vice-présidents. Pas question de parler de « gouvernement » ou de « ministres » comme dans le Bade-Wurtemberg, Mais cela y ressemble…

Autre question sensible, celle du siège. « Strasbourg est capitale de l’Alsace et le restera. Le siège sera fixé à Strasbourg », assure le président Richert. Mais Colmar ne sera pas oubliée et Mulhouse en sortira renforcée. Concrètement, « l’assemblée d’Alsace siégera à Strasbourg, mais les réunions du conseil exécutif se feront à Colmar ». Il n’est pas tranché si le président de l’exécutif aura son bureau et son cabinet à Colmar. Sans doute aura-t-il deux bureaux… Par ailleurs, les grandes directions seront réparties entre les trois grandes villes où les collectivités disposent d’un certain nombre de bâtiments. Colmar bénéficiera aussi – et ce sera annoncé le 24 novembre – du Pôle attractivité et rayonnement de l’Alsace. Il regroupera l’agence économique, l’agence touristique – toutes deux réorganisées – l’équipe Marque Alsace en liaison avec le Centre d’études japonaises en Alsace et la Maison de l’Alsace à Paris.

Les trois présidents voulaient une nouvelle collectivité, à la fois « stratège et de proximité ». Le second volet se conjugue de deux manières. D’une part deux « conférences départementales » qui permettront aux élus de chaque département de se retrouver. Mais elles seront consultatives… Et d’autre part, des « conseils de territoire de vie », avec les élus d’un même secteur.

Reste le défi à court terme : gagner le référendum, ce qui nécessitera de la pédagogie… Mais aussi mettre en place un projet pour l’Alsace. « On commencera dès après le référendum », promet Philippe Richert qui veut, « à partir de cette innovation institutionnelle, développer et renforcer l’Alsace ». Et de préciser, à propos de son propre avenir : « Je ne serai pas candidat à d’autres échéances. J’ai quitté le Sénat pour me consacrer à l’Alsace. »

Quelle : L’Alsace

La résolution qui sera soumise aux élus à l’occasion du congrès du 24 novembre : Projet-resolution

Verbundenen Artikel : Ja zum elsässischen Landrat / Oui au Conseil d’Alsace

 Elsässischer Landrat : endlich auf dem Weg zur Volksabstimmung

Le Conseil d’Alsace, une chance historique pour l’Alsace

E kleini Revolution

79% des Alsaciens favorables à un référendum sur la création d’un Conseil Unique d’Alsace

André Weckmann (1924-2012)

Posted on août 1st, 2012 by Unsri Heimet !

D’Werfle sin gràd gfàlle un jetzt schynt d’Sunne e bessl weniger. Adje !

_______________

redd wiss
neger
wiss esch scheen
wiss esch nowel
wiss esch gschit
wiss esch franzeesch
franzeesch esch wiss
wiss un chic
elsasser
elsassisch degaje
net
zall esch brimitiv
vülger
pfui!
drum redd wiss
neger
illneger brischneger moderneger
drum redd wiss
wiss wi z bariss
un dunk dini negersproch
en formol
un schank se em müseum
drum redd wiss
neger
dass d wiss wursch
andli
wiss un gschit
wiss un chic
wiss wi z bariss

(aus de Schrej)

« Mr màche sowieso kenn Politik ! »

Posted on mai 20th, 2012 by Unsri Heimet !

Hat ein Volk nicht mehr die Kraft oder den Willen, sich in der Sphäre des Politischen zu halten, verschwindet das Politische nicht aus der Welt. Es verschwindet nur ein schwaches Volk.»

Carl Schmitt(1888-1985) in Der Begriff des Politischen

«Lorsqu’un peuple n’a plus la force ou la volonté de s’inscrire dans la sphère politique, la politique ne disparait pas pour autant du théâtre mondial. Seul un peuple faible disparait.»

Carl Schmitt in La Notion du Politique                                                                                                                                _____________________________________

  Elsass, wett dü einfach kenn Politik màche ? Dann halt dini Schnur un strib !

Eine Mischung aus Herz, Brezel und Klammeraffen

Posted on avril 10th, 2012 by Klapperstein

Presserundschau Das Elsass hat ein neues Markenzeichen

Eine Mischung aus Herz, Brezel und Klammeraffen: Eine Pariser Agentur hat 5000 Menschen zum Elsass befragt und ein neues Markenzeichen für die Region geschaffen, die sich selbstbewusster darstellen will.

Das neue Logo für das Elsass ? 350 000 € !

Das neue Markenzeichen ist ein starkes Symbol – so abstrakt wie nötig, so bildhaft wie möglich. Ein stilisiertes Herz in Rot, nahe an einer Brezel, in der Mitte ein A. Auch typisch elsässisches Fachwerk steckt darin, viele Testpersonen sahen darin sogar einen (Internet-)Klammeraffen. Das Symbol der Marke Elsass bietet eine Projektionsfläche für alles, an das Außenstehende beim Stichwort Elsass denken sollen.

« Das Elsass ist zwar eine kleine Region, gehört aber zu den leistungsstärksten Regionen Frankreichs », betonte Regionspräsident Philippe Richert bei der Präsentation der Marke. Als innovativ, jung, optimistisch, wirtschaftlich und kulturell dynamisch und reich an Lebensqualität werde das Elsass leider nicht oder zu wenig wahrgenommen. « Unsere Region steht für Tradition, für starke Werte », sagt Nathalie Roos, die als Regionalrätin das Projekt Marke Elsass verantwortet und Europachefin Märkte von Mars ist. « Die Leute wissen um unser kulturelles Erbe und verbinden das Elsass mit Europa, nicht aber, dass wir uns etwa bei den erneuerbaren Energien stark engagieren. » Nutzen sollen die Marke vor allem Unternehmen, Universitäten, Gastronomie und Tourismus. Eine gemeinsame, einprägsame Marke – damit füllt das Zeichen eine Lücke.

Dominique Formhals, Generaldirektor von Aquatique Show international, der als Veranstalter aufwendiger Shows mit Wasserfontänen und Laserstrahlen schon bei Shows von Céline Dion, am Taj Mahal, in Disneyland und auf der Expo in Shanghai das Publikum zum Staunen gebracht hat, sagt: « Was uns bislang wirklich fehlt, ist, dass wir mit unseren Qualitäten wahrgenommen werden. » Es sei etwas völlig anderes, ob man Frankreich oder das Elsass im Ausland bewerbe. Als die Region Alsace die Entwicklung einer Marke vor gut einem Jahr in Auftrag gegeben hatte, erschien das Vorhaben in erster Linie vor dem Hintergrund der wirtschaftlichen Schieflage des Landes und der steigenden Arbeitslosigkeit im Elsass als ein wichtiger Schritt.

Für das vorliegende Markenzeichen hat die verantwortliche Pariser Agentur Comanaging einen « Styleguide » entwickelt. Deren Chef Joël Gayet hat in den vergangenen Monaten 5000 Menschen, darunter zahlreiche Wissenschaftler, Politiker, Entscheider aus der Wirtschaft in Frankreich und im Ausland nach ihrem Bild des Elsass befragen lassen und daraus die Marke Elsass destilliert. « Was wir entwickelt haben, wurde ausgiebig getestet; was uns gelungen ist, ist nicht einfach ein Logo, wie es andere auch haben », betont Gayet, « sondern ein echtes Symbol. »

Ein Imagefilm und Plakate mit berühmten Elsässern wie dem Nobelpreisträger Jules Hoffmann, dem achtfachen Rallye-Weltmeister Sebastien Loeb, der Para-Olympionikin Béatrice Hess, dem Handballer Thierry Omeyer, dem aus der Straßburger Vorstadt stammenden Rapper Abd Al Malik und der amtierenden Miss France aus dem Sundgau sind Teil der Kampagne.

Wer die Marke künftig – kostenlos – nutzt, verpflichtet sich auf ihre Werte. Dass sich das Elsass-Herz hervorragend in den Schriftzug « imaginalsace » und seine grammatischen Variationen, also in ein Versprechen auf « mehr » einbinden lässt, ist sicher ein Glücksgriff.

« Unsere Testpersonen assoziierten vielfach John Lennons Song Imagine », berichtet Joël Gayet. Und der gehört nicht nur zu den bekanntesten Titeln überhaupt, sondern besingt den Traum von einer besseren Welt.

Weitere Informationen unter http://www.marque-alsace.fr

Quelle : Badische Zeitung

Conseil d’Alsace

Posted on novembre 8th, 2011 by Klapperstein

Ci-dessous, tiré de l’Express, le calendrier prévisionnel pour la création du Conseil d’Alsace. Wait and see. Warten und schauen…

______________________________

Décembre 2011 Réunion solennelle d’un congrès d’Alsace qui réunira les élus des trois assemblées (conseil régional et conseils généraux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin).

D’ici à la mi-2012 (avant les 2 tours des 22 avril et 6 mai de l’élection présidentielle) Elaboration d’un texte de loi spécifique.

D’ici la mi-2013 Référendum régional sur le projet de rapprochement des trois grandes collectivités locales alsaciennes. Le « oui » doit recueillir la majorité absolue des suffrages et représenter plus de 25% des inscrits dans les deux départements.

Courant 2013 Vote de la loi spécifique sur l’expérimentation alsacienne (en cas d’issue favorable du référendum).

Mars 2014 Election des conseillers territoriaux et entrée en vigueur du système spécifique alsacien.

______________________________

Verbundenen Artikel : Un Conseil Unique d’Alsace, ou pas !

Conseil d’Alsace : tout reste à faire

Làchsch net ?

79% des Alsaciens favorables à un référendum sur la création d’un Conseil Unique d’Alsace

Un Conseil d’Alsace pour 2014 ?

Politik Kategorie : Alle Artikel

Petition für die Zweisprachigkeit

Posted on juin 24th, 2011 by Klapperstein

Un collectif d’associations, regroupé autour du Comité Fédéral, fer unsri Zukunft, vient de lancer une pétition en ligne contre le projet actuel du rectorat de Strasbourg, qui consiste principalement à expérimenter, dans des classes bilingues, la suppression de la parité 12h d’allemand / 12h de français en ramenant les heures d’allemand de 12 à 8 par semaine. Ce qui représente, de fait, une remise au cause radicale du bilinguisme scolaire en Alsace, basé sur la parité horaire. UH

______________________________________________________________

Pétition : Pour l’avenir des jeunes d’Alsace

Afin de garantir le respect d’un traitement égalitaire de la voie bilingue paritaire sur le territoire régional, la coordination des Associations* demande un moratoire immédiat sur le projet rectoral d’expérimentation tentant à démanteler l’enseignement paritaire de la langue régionale.

Aucun des arguments avancés pour la réduction annoncée des heures d’enseignement en allemand, tant économique que sur la qualité de l’enseignement ou de mixité sociale, ne peut être retenu..

Nous demandons instamment à nos élus de prendre leurs responsabilités pour faire aboutir cette démarche et faire prévaloir le respect des engagements souscrits dans le cadre de la convention quadripartite.

m

Um die Petition « Für die Zukunft der Jugend im Elsass» zu unterschreiben, klicken sie hier

m

Pour signez la pétition « Pour l’avenir des jeunes d’Alsace », cliquez ici

l

l

mlmmmm

mmmmmll

* ABCM, AEPLA, APEPA, Comité fédéral des associations pour la langue régionale, Culture & Bilinguisme, Eltern Alsace, ICA 2010, Heimetsproch un Tradition, Lehrer, Matura, SACBA.

Henri Scherb: « Le mépris jacobin, ça suffit ! »

Posted on juin 21st, 2011 by Unsri Heimet !

Même le très modéré et très poli Henri Scherb, président d’Heimetsproch un Tradition, s’insurge devant le mépris de l’Etat français vis à vis de notre culture et  de notre langue. Entre nous, qu’est-ce que le peuple alsacien peut attendre de l’Etat français et de son (ré)Education Nationale, si ce n’est à peu près rien.

C’est pourquoi c’est à nous, Alsaciens, d’exiger un parlement et d’apporter nous-même les réponses aux problèmes créés par Paris. Jedes Volk ist seines eigenen Glückes Schmied ! Nehmen wir also unsere Zunkunft selbst in die Hand ! UH

Le mépris jacobin, ça suffit !

Depuis 1945, il y a eu assez de preuves en Alsace, de la volonté de l’Education Nationale et de l’appareil d’Etat, d’éradiquer notre Langue, notre Histoire et notre Culture Régionales.

Nos élus et responsables devraient enfin le reconnaître et se battre pour notre défense. Tout cela conduit les Alsaciens à la perte de leurs racines et à une totale acculturation.

Il est urgent de demander que les programmes scolaires soient gérés par la Région Alsace pour enfin être à l’abri du centralisme jacobin qui nous étouffe !

Ce qui est de droit et constitutionnel dans les T.O.M. et le Territoire Autonome de Polynésie Française doit aussi l’être en Alsace, au nom de l’Egalité républicaine et du respect de nos Droits élémentaires.

Les Corses et les Basques ont 50% de classes bilingues ! Aucun recteur ne s’aviserait à leur démontrer qu’avec deux tiers (8 heures) de langue on obtient de meilleurs résultats qu’avec trois tiers (12 heures) ! Que nos hauts-fonctionnaires appliquent d’abord cette trouvaille si géniale à leurs propres salaires !

Nos élus et responsables seraient donc si naïfs et si peu pugnaces qu’ils goberaient de telles fadaises! C’est déjà leur faire injure que de leur en parler!

En plus on nous inflige des comptes d’apothicaires pour nos dépenses d’éducation, alors que l’Alsace est la seule région de France à y contribuer par trois millions d’Euros par an ! Quelle injure d’avoir deux langues dans un pays si fier…de n’en posséder qu’une !

NON les Alsaciens ne veulent pas vivre en marge, sur la frontière Est ! Nous ne voulons pas dépendre d’une Education Nationale qui veut nous réduire au plus petit dénominateur commun et qui prétend ainsi …« favoriser la diversité sociale »… et le chômage aussi!

Nous voulons développer nos atouts linguistiques, humains, économiques, géographiques, dignes de l’Humanisme Rhénan de notre Histoire, pour devenir les acteurs actifs de notre avenir au cœur de l’Europe.

Henri Scherb

MENU

M'R EMPFHELE

Copyright © 2009 Unsri Heimet. Theme par THAT Agency propulsé par WordPress.