3.0.1" />
Unsri Heimet

Unsri Heimet – -do sin m'r d'heim ! Das Elsass, unsri Heimet !

Ci-dessous la lettre ouverte qu’Henri Goetschy a adressé au premier ministre Jean-Marc Ayrault, publié sur le site d’information breton 7Seizh. Il s’agit en fait d’un véritable coup de gueule de l’ancien président du Conseil Général du Haut-Rhin contre le gouvernement français et la  vieille République du même nom.

Nous regrettons que Monsieur Goetschy ait malheureusement attendu de ne plus être en fonction pour tenir enfin tête à l’arrogance française et à l’arbitraire républicain (mais peut-être était-il aussi pour cela bien seul ?). Nous notons également qu’Henri Goetschy n’a visiblement pas trouvé de structure alsacienne pour publier son coup de gueule, et qu’aucun site ni média ou parti alsacien ne l’a jusqu’ici relayé (il date du 2 octobre !).

Nous remercions toutefois chaleureusement Henri Goetschy pour ses prises de positions actuelles et avertissons les lecteurs : Hewen’n ejch fescht ! UH

____________________________________________________

Monsieur le Premier Ministre,

Voulez-vous vraiment donner le plein épanouissement à nos enfants ou continuer le linguicide et le génocide culturel par l’assassinat des langues régionales ?

Rappel : Mars 1981, à Lorient, votre maître à tous, François Mitterrand, a déclaré en tant que futur président de la république :

« Il faut que la France cesse d’être le dernier pays d’Europe à refuser à ses composantes les droits les plus élémentaires qu’elle a elle-même signée »

Je vous serais donc très reconnaissant de nous indiquer quelles sont vos projets en matière de linguicide et de génocide culturel autant pour la France que pour ses composantes d’Alsace, de Lorraine (Moselle), du Pays Basque, de Bretagne , de Catalogne , de Corse , de Flandres , d’Occitanie et aussi des îles d’Outre-mer où l’on parle le Créole !

Nous espérions pourtant que vous appliquerez à la France et tout particulièrement à ses provinces notamment à la ville de Strasbourg, capitale de l’Europe unie, ce qu’on appelle les droits fondamentaux. Précisons que la république française les a signé mais ne les a pas ratifiés ! Cette ambiguité n’est pas à son honneur et traduit un non-respect de ses engagements. De surcroît, elle apparaît bien seule dans l’Europe unie à persister dans la voie de l’assassinat des langues régionales.

Vous comprendrez que nous, Alsaciens, en sommes profondément vexés et honteux. De plus , en face de nos voisins Hollandais, Belges, Luxembourgeois, Allemands, Suisses et autres anciens régnants historiques Autrichiens, auquels s’ajoutent ces 200 millions de compatriotes de l’Europe, nous avons honte d’appartenir au dernier pays d’Europe a exercer un linguicide et un génocide culturel.

Mon expérience et ma volonté m’amène a refuser que la France reste le dernier pays d’Europe à pratiquer cet assassinat ! De la même manière, je ne puis accepter que notre Alsace-Lorraine soit traitée comme une proie corvéable et exploitable à merci et maltraitée dans son âme ou, comme l’a dit M. François Mitterrand « assassinée par les siens »

Je suis donc à votre disposition, je viendrai chez vous la corde au cou pour que satisfaire votre plaisir et jouissance d’avoir tué ma langue. Ce sera un bel exemple, et quel exemple ! Vous pourrez vous réjouir doublement d’avoir eu ma langue et la tête d’un Alsacien. Ensuite, vous pourrez poursuivre votre besogne en Bretagne, au Pays Basque, chez les Flamands ou en Occitanie, chez les frères de Mistral, cet Occitan qui fut salué par le monde entier et tellement ignoré en France …

Et L’Europe donc ? Nous sommes quand même 27 pays ! Si respecter nos droits linguistiques n’est pas envisageable par nos présidents et nos ministres, prêtez nous donc à un autre pays ! La Finlande par exemple. Ce pays est délicieux et se préoccupe, lui, de ses enfants. Et puis, vous qui méprisez tant ce pays, sachez que c’est tout de même celui classé le premier d’Europe en matière d’apprentissage des langues ! Là-bas, les enfants parlent facilement quatre langues. Je vous incite à y aller, à voir et à essayer de comprendre et de mettre en place leur système scolaire chez nous.

Enfin, M. le Ministre en tant que président-fondateur et vice-président du Haut-Conseil national des langues régionales de France, ancien président du Conseil Général du Haut-Rhin, sénateur honoraire et en tant qu’Alsacien je m’offusque du sort réservé aux minorités et particulièrement à l’Alsace. Combien de tentatives de linguicide depuis déjà depuis plus de deux siècles et trois guerres ? Ce n’est pas ce que l’Alsace-Lorraine méritait ni ce dont elle rêvait ou était en droit de bénéficier ! Monsieur le ministre si vous connaissiez l’Histoire vous sauriez que nous ne sommes que la victime permanente de vos tempéraments belliqueux et batailleurs. Et nous en sont doublement les victimes car même les « livres d’histoire » de l’Education Nationale ne sont pas conformes à la vérité à notre sujet.

Henri Goetschy

Quelle : 7Seizh

Fränzi Waag – Geschichte des Elsass, der elsässische Standpunkt

Posted on août 2nd, 2012 by Unsri Heimet !

Histoire d’Alsace
le point de vue alsacien
François Waag

De la préhistoire à nos jours, l’histoire d’un pays allemand du St Empire romain germanique conquis militairement par Louis XIV en 1648, redevenu allemand en 1871 par le traité international de Francfort, français de 1918 à 1940, etc…

Pendant tout le Moyen Age, l’Alsace morcelée en plusieurs petits états, a connu sa période la plus florissante: Godfried von Strassburg reste un grand nom de la littérature allemande, la première Bible en allemand fut imprimée à Strassburg, etc…

Sur la période allant de 1871 à nos jours, l’auteur se fait un point d’honneur à dévoiler tout ce que l’histoire officielle (Le point de vue français) cache soigneusement. Par exemple, ce fut pendant la période du Reichsland (1871-1918) que l’Alsace fut la plus libre: les Alsaciens ont fini par disposer d’un gouvernement et d’une Assemblée régionale dotés d’une large autonomie qu’ils perdront dès leur annexion par la France en 1918. Ce qui explique l’histoire houleuse de l’entre-deux guerres.

L’occupation nazie, très dure pour les Alsaciens, servira de prétexte idéal pour Paris afin de supprimer toutes traces de germanisme en Alsace. Il faudra attendre 2011 pour que l’Alsace se réveille enfin et projette de s’autogouverner par une Assemblée territoriale unique*.

Trois annexes importantes concernent à la fois les Alsaciens et les Bretons :
- L’assassinat de Jos Youénou, militant nationaliste breton,au Struthof(ancien camp de concentration nazi réouvert par les Français après la Libération).
- Le martyr des enfants alsaciens-lorrains au camp Marguerite (Rennes).
- La déclaration du président de la cour de sûreté de l’état au procès du FLB en 1972.

On trouvera en annexes l’histoire et les visuels
-du blason alsacien (ndlr: le blason alsacien en couverture n’est pas le blason historique !) et son symbolisme
-du drapeau, le Rot und wiss
-de l’hymne alsacien : texte original avec partition + traduction en français
-Une petite histoire de Sainte Odile patronne de l’Alsace.

Enseignant, « Fränzi » Waag est passionné par l’histoire de l’Alsace. Il collabore à plusieurs journaux et a déjà publié deux autres ouvrages dont l’un consacré à la Grande Guerre.

*Pour aller plus loin dans la compréhension de cette revendication, on peut compléter la lecture de cette Histoire d’Alsace par l’ouvrage :

L’Alsace demain
Plaidoyer pour un statut d’autonomie
de Bernard Wittmann (chez le même éditeur)

Dans la même collection :
- Histoire de Bretagne de Jean-Pierre Le Mat (existe également en anglais et en allemand))
- Histoire de Corse de Francescu-Maria Perfettini
- Histoire de Flandre de Eric Vanneufville
- Histoire d’Arménie de Jean V. Guréghian
- Histoire de Wallonie de Yannick Bauthière et Arnaud Pirotte

12€, Poche
Broché
11 x 17 cm
336 pages
Nombreuses photos et cartes en noir et blanc
Dessin de couverture : Gwendal Lazzara
ISBN 978-2-914855-66-2

Ed. Yoran Embanner

Elsass-Lothringen : une nation interdite

Posted on janvier 8th, 2012 by Klapperstein

Ci-dessous en libre accès le livre  numérisé de Pierri Zind « Elsass-Lothringen, Alsace-Lorraine – Une Nation Interdite, 1870-1940 »

Mai 1871 : le traité de Francfort met fin à une guerre désastreuse pour la France. L’Allemagne de Bismarck annexe l’Alsace moins le Territoire de Belfort ainsi qu’une partie de la Lorraine.
Elsass-Lothringen : une terre d’Empire au cœur de l’Europe. Un Reichsland que les Prussiens veulent transformer en un glacis militaire. Dès lors commence pour cette région unique en Europe une longue lutte pour la reconnaissance de son identité et de sa personnalité.
Pour la première fois, tant en France qu’en Allemagne, cet ouvrage, qui utilise un nombre impressionnant de sources et de témoignages totalement inédits, nous retrace le destin tourmenté de l’Alsace-Lorraine (Elsass-Lothringen), dans son intégralité, de 1870 à 1940.
Pour la première fois, avec un luxe inégalé de détails et de précisions, nous sont présentés tous les mouvements autonomistes d’Alsace-Lorraine : après l’autonomisme anti-clérical et fédéraliste de Schneegans et l’autonomisme clérical financé par la France de Mac-Mahon, c’est le drame de l’Alsace-Lorraine prise en sandwich au cours de la Première Guerre Mondiale, l’éphémère République neutre des soviets de Strasbourg et le retour à la France. Le combat autonomiste continue et l’on voit apparaître un puissant courant auquel se rallient tant laïcs que cléricaux et même les communistes, alors ouvertement séparatistes. L’aventure hitlérienne mettra fin à ces espoirs d’une fédération d’Etats neutres dans le cadre de la France.

Alsace-Lorraine. Elsass-Lothringen. Une nation interdite est le fruit de longues années de recherches et d’études. Une contribution magistrale à l’histoire de l’Alsace-Lorraine mais aussi de toute l’Europe.

Pierri Zind est issu d’une vieille famille alémanique dont l’histoire est étroitement mêlée aux heurs et malheurs de l’Alsace. Docteur ès Lettres et Sciences Humaines, il est l’auteur de plusieurs ouvrages importants, notamment «Nouvelles congrégations des Frères enseignants en France de 1800 à 1873» (3 vol. 1969), «L’Enseignement religieux dans l’Instruction Primaire publique en France de 1850 à 1873» (1971) et une «Brève Histoire de l’Alsace» (Albatros, Paris 1977). Historien non conformiste mais d’une rigueur absolue, Pierri Zind bouscule beaucoup d’idées admises ou imposées et déchire bien des mythes véhiculés par l’enseignement officiel.

AVERTISSEMENT

KAPITEL I : DES DEPARTEMENTS AU REICHSLAND

KAPITEL II : DU REICHSLAND AU BUNDESSTAAT

KAPITEL III : L’ALSACE-LORRAINE ET LA GUERRE DE 1914-1918

KAPITEL IV : LE DÉSARROI D’ELSASS-LOTHRINGEN EN 1918

KAPITEL V : ENTRE L’ARMISTICE ET LE TRAITÉ DE PAIX

KAPITEL VI : LE TRAITÉ DE VERSAILLES ET SES CONSÉQUENCES

KAPITEL VII : PRODROMES D’UN NOUVEL AUTONOMISME

KAPITEL VIII : LE «MALAISE» DES OUVRIERS ET DES FONCTIONNAIRES

KAPITEL IX :  L’ALSACE-LORRAINE CHRETIENNE CONTRE LE LAÏCISME

KAPITEL X : LE MOUVEMENT DE LA ZUKUNFT

KAPITEL XI : DER HEIMATBUND

KAPITEL XII : DANS LES REMOUS DU HEIMATBUND

KAPITEL XIII : DU HEIMATBUND A LA LANDESPARTEI

KAPITEL XIV : L’ÈRE DES PROCÈS

KAPITEL XV : EINHEITSFRONT, LE FRONT UNIQUE ALSACIEN

KAPITEL XVI : SOUS L’EGIDE DE LA VOLKSFRONT OU DU FRONT POPULAIRE ALSACIEN (1930 – 1932)

KAPITEL XVII : LES MOUVEMENTS DE JEUNESSE

KAPITEL XVIII :  DE LA HEIMATFRONT A LA MORT

KAPITEL XIX : EPILOGUE

TABLE DES MATIERES


Colloque 1911 – 2011, vendredi 10 juin

Posted on juin 8th, 2011 by Klapperstein

-   Vendredi 10 juin 2011, au Palais du Rhin, Place de la République in Strossburi. 

Colloque du centenaire de la constitution de 1911 du Reichsland Elsass-Lothringen, organisé par l’ICA, Initiative Citoyenne Alsacienne

Read the rest of this entry »

Colloque du centenaire de la constitution du 31 mai 1911

Posted on mai 16th, 2011 by Klapperstein

-   Jeudi 19 mai et vendredi 20 mai 2011 à l’hôtel de Région 1, Place Adrien Zeller in Strossburi.

Colloque du centenaire de la constitution du 31 mai 1911 pour l’Alsace-Lorraine, organisé par l’Institut du droit local et l’Université de Strasbourg

Lire le programme

Debatten, Veranstaltungen und Heimatfest

Posted on mai 5th, 2011 by Klapperstein

- Samedi 7 mai 2011 de 9h à 11h,  à la Maison de la Région, 1 Place Adrien Zeller in Strossburi.

Séance plénière du Conseil Régional d’Alsace ouverte au public. Quel avenir pour l’Alsace ? Débat sur l’évolution institutionnelle de notre région. Ce débat sera retransmis en direct de 9h à 11h sur France 3 Alsace.

dddd

-   Jeudi 19 et Vendredi 20 mai 2011 à l’hôtel de Région 1, Place Adrien Zeller in Strossburi.

Colloque du centenaire de la constitution du 31 mai 1911 pour l’Alsace-Lorraine, organisé par l’Institut du droit local et l’Université de Strasbourg

lllllll

-   Samedi 21 mai à 16h00 place Kleber in Strossburi.

Grande manifestation organisé par Unser Land, pour revendiquer un référendum pour une Alsace unie, dotée d’un Parlement et d’un statut spécifique.

lllllllllllllll

-   Mardi 31 mai 2011 à partir de 17 heures, avenue de la Marseillaise, au bar du TNS in Strossburi.

Heimatfescht organisé par le Comité du Centenaire de la Constitution d’Alsace-Lorraine

llllllll

gggg

-   Vendredi 10 juin 2011, au Palais du Rhin, Place de la République in Strossburi. 

Colloque du centenaire de la constitution de 1911 du Reichsland Elsass-Lothringen, organisé par l’ICA, Initiative Citoyenne Alsacienne

llllll

-   Samedi 3 septembre 2011, de 10 heures à 19 heures in Kolmer.

Salon du régionalisme organisé par le Comité du Centenaire de la Constitution d’Alsace-Lorraine

Heimetfescht

Posted on mai 2nd, 2011 by Klapperstein


A l’occasion du centenaire de la constitution d’Alsace-Lorraine, une grande fête sera organisée in Strossburi le soir du mardi 31 mai 2011 par Le Comité du Centenaire de la Constitution présidé par Thierry Hans. Elle aura lieu près des locaux de  l’ancien Landtag, notre ancien parlement devenu théâtre, le Théâtre National de Strasbourg, au bar du TNS, avenue de la Marseillaise. Nous invitons d’ores et déjà les Alsaciennes et les Alsaciens attachés à leur identité et à leur Heimet de réserver cette date et d’y venir nombreux ! Nous vous communiquerons de plus amples informations ultérieurement. En attendant voici le lien du site du comité organisateur :

Comité du Centenaire de la Constitution d’Alsace-Lorraine

Der Heilige Nikolaus / Saint Nicolas

Posted on décembre 6th, 2010 by Unsri Heimet !

St. Nikolastag, 6. Dezember. St. Nikolaus ist der Kinderpatron; an seinem Tage wird an manchen Orten des Elsasses den Kindern bescheert; früher wurden sogar in manchen Schulen Wecken ausgetheilt.
Nikolaus wurde zu Patera, in Lyeien, geboren, und später zu Myra, in demselben Lande, als Bischof gewählt. In den Kalendern findet man ihn schon im 9. Jahrhundert.
Daß er der Patron der Kinder geworden, soll, nach Flögel, folgenden Grund haben: « Es hatte ein Vater drei schöne Töchter, denen er aus Armuth kein Heirathsgut geben konnte, er beschloß also, sie einem jeden ums Geld zur Unzucht zu überlassen. Da solches Nikolaus erfuhr, warf er des Nachts dem Vater einen Beutel mit Geld in’s Bette, wodurch sie der Vater ausstatten konnte. Zum Andenken dieses Bischofs erhalten die Kinder eine Bescherung, die man ihnen aufs Bette legt. »
Nork erzahlt, in einzelnen Umständen abweichend: « Der Heilige habe einem Mann, den die Noch des Winters verleiten wollte, die Unschuld seiner drei Töchter zu verhandeln , Nachts einen Beutel Geld in die Kammer geworfen, wovon er sich zu ernähren und seine Kinder ehrlich auszustatten vermochte. Die Töchter sollen nun aus Dankbarkeit bei ihrer Verheirathung dreifach geflochtene Semmeln gebacken und unter arme Kinder ausgetheilt haben. »
Nach einer andern Legende jedoch sei der Grund, warum Nikolaus der Kinderpatron ist, folgender: « Er habe einst Knaben, welche ein habsüchtiger Gastwirth in Stücke zerhauen, um sich ihrer Baarschaft zu bemächtigen, wieder in’s Leben zurückgerufen. »
Nork findet in der Legende des hl. Nikolaus, welcher von den Zuckerbäckern in Deutschland zu Pferde dargestellt wird, eine Erinnerung an den germanischen Odin. Die Aepfel, Nüsse, Semmelwecken, in Thüringen Nikolauszöpfe genannt, feien die frühern Opfergaben gewesen; auch er, kläre sich diese Behauptung, aus dem Umstand, daß die Kinder in der Nikolausnacht, dem Pferde des Heiligen, Hafer vor die Thüre stellen, welchen sie in ihren Schuhen herbeibringen und sodann in eine große Schüssel ausgießen. Der Hafer habe früher Odins Rosse gegolten.

Erzählt von August Stöber in Alsatia (Jahrgang 1851)

Read the rest of this entry »

Du plus vrai et du plus pur amour

Posted on novembre 5th, 2010 by Klapperstein

La France se meurt doucement et, le 11 Novembre approchant, et il est certainement intéressant à travers une citation grandiloquente et étrangement tragi-comique datant de 1921 , de porter un éclairage sur les réalités de l’annexion du Reichsland Elsass-Lothringen par la France, et notamment  sur l’atmosphère qui régnait à l’époque en Alsace. Et cela afin de mettre en évidence la nature burlesque et tronquée  de la grande fable de l’Histoire de France en Alsace, fable  malheureusement toujours présente  sur nos écrans de télévisions, dans les Alsatiques et les Schulbücher de nos enfants. Place donc, au poète :

«  La question alsacienne et lorraine est tranchée; les journées glorieuses du 22 novembre 1918 l’ont démontré de la façon la plus éclatante: jamais peut-être, sous notre ciel d’azur, la joie ne déferla en vaques d’aussi fol enthousiasme.Lors de sa venue à  Strasbourg, le Président Poincaré prononçait sur la place Broglie, pavoisée et vibrante, ces paroles mémorables: » le Plébiscite est fait!  » Il ne se trompait pas : dans les bras de la Mère-Patrie, de la France enfin retrouvée, l’Alsace-Lorraine se blottissait, émue et frémissante du plus vrai et du plus pur amour; laissant enfin déborder son coeur si longtemps comprimé, goûtant une joie surhumaine, elle se donnait toute, à jamais, en un serment mêlé des larmes du bonheur, à celle pour qui elle avait si longtemps souffert. »   gggggggggg ggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggg

ddddddddddddddddddddddddddddhhhh fffJules Weill, L’alsace et les Alsaciens pendant la guerre*,1921.

Par soucis nécessaire de contextualisation, rappelons qu’entre 1918 et 1920, 150 000 Alsaciens-Lorrains ont été expulsés manu-militari, que l’acquisition de la citoyenneté française, (c’est à dire du droit pour les Alsaciens-Lorrains à demeurer dans leur propre pays et d’y avoir des droits) était à la discrétion de l’Etat français via les commissions de triage, et que la liberté d’expression la plus élémentaire qui aurait consisté à  pouvoir être critique ou  réfractaire à la présence française en Alsace -Lorraine n’existait simplement pas. Et c’est dans ce climat d’arbitraire et d’oppression pour le moins assez soutenu qu’on eu lieu les élections de 1919 et la grande parade  républicaine et patriotique du 21 novembre 1918 qui rappelle, ou plutôt qui anticipe avec un quart de siècle d’avance les grandes parades qui fêterons la présence soviétique  en Europe centrale et orientale, et qui étaient elles aussi, ont l’imaginent aisément, autant de plébiscites réalisés avec succès.

Et si le régime républicain français et les régimes soviétiques sont de nature différente, la comparaison entre ces  ferveurs populaires créer artificiellement par les feux croisés de l’intimidation, de la répression et de la propagande n’en est peut-être que plus troublante  et riche de signification. L’optimisme révolutionnaire obligatoire en vigueur dans les  jeunes Républiques Communistes rendant échos à la ferveur républicaine et patriotique des Alsacien-Lorrains, qui  elle aussi  était de rigueur. UH

* L’éditeur est Ernest Finck 27, rue de la Nuée-Bleue, Strasbourg. Nous remarquons que l’actuelle maison d’édition La Nuée bleue, éditeur de Saisons d’Alsace (dirigée par le très cocardier B. Reumaux), spécialisée dans les Alsatiques et appartenant aux DNA , à de qui tenir pour continuer sans relâche à désinformer et à tromper les Alsaciens sur leur propre Histoire.

Au revoir les boches ! Dessin de J-J. Waltz dit Hansi

Land un Sproch Nr. 175

Posted on août 31st, 2010 by Unsri Heimet !

Au sommaire de ce 175ème Land un Sproch (August – September 2010)

Interview: L’Ecomusée se dévoile

Valeurs du bilinguisme

La Toponymie, noyau dur d’une langue/Zu den zweisprachigen Namen der Strassen und Ortschaften

Ein Gespräch mit Philipp Beyer

Le Komplott-Prozess de Colmar (1929)

Leo Schnug, Hebel und das Elsass, das Summerlied in Ohlungen

MENU

M'R EMPFHELE

Copyright © 2009 Unsri Heimet. Theme par THAT Agency propulsé par WordPress.