3.0.1" />
Unsri Heimet

Unsri Heimet – -do sin m'r d'heim ! Das Elsass, unsri Heimet !

Philippot mag nicht, wenn man deutsch redet…

Posted on février 26th, 2014 by Klapperstein

Presserundschau Forbach: Philippot (FN) mag nicht, wenn man deutsch redet…

Der Radiosender Europe 1 organisierte gestern eine Debatte mit den vier Spitzenkandidaten für die kommenden Gemeinderatswahlen in Forbach. Als der amtierende SP-Bürgermeister Laurent Kalinowski sich wagte, ein paar Worte in der Landessprache zu sprechen – Forbach liegt ja mitten in Deutsch-Lothringen -, erwiderte ihm der noch nicht integrierte National-Jakobiner Philippot aus Frankreich, er «solle nicht so laut deutsch reden, denn dies rufe ihm [Philippot] schlechte Erinnerungen ins Gedächtnis». In Deutsch-Lothringen wird er sich wohl daran gewöhnen müssen…

Quelle : Hytt morje

__________________________________


Voici le contexte de la petite phrase relaté par le Républicain(sic) Lorrain : « Le clash a surtout eu lieu entre Alexandre Cassaro (UMP) et Florian Philippot (FN). Le premier accusant le second d’être le vice-président d’un parti « fondé par des Waffen SS ». Les échanges ont aussi été très limite entre le Frontiste et le maire sortant PS. Lorsque Laurent Kalinowski a parlé quelques mots d’allemand, le bras droit de Marine Le Pen lui a demandé d’arrêter. « Quand vous parlez allemand aussi fort cela rappelle de mauvais souvenirs », a lancé Philippot. »

Dans un contexte franco-français, la pique ironique de Philippot ne serait aucunement problématique, étant donné Reductio ad Hitlerum dont Front National est l’objet. Cependant Florian Philippot est candidat à la mairie de Forbach, qui est, comme son nom l’indique, une ville historiquement de langue allemande dont la population a été francisé par la force et la contrainte. C’est là quelque chose que le parachuté de Forbach ne peut ignorer.

Et prétendre que l’allemand, le dialectale ou le standard, rappellerait des mauvais souvenirs est dans ce contexte bien précis bien plus qu’une faute de goût, il s’agit tout simplement de l’arrogance caractéristique du chauvinisme français et républicain qui sous-entend insolemment que notre langue résulterait d’une quelconque invasion et qu’elle devrait être constamment réduite à un régime politique bien déterminé.

Mais notre jacobin de service est aussi tête de liste aux élections européennes dans la circonscription dites du « grand est », et nous constatons que celle-ci comprend de fait beaucoup de « Boches » qui pourraient n’apprécier que très modérément son jusqu’au-boutisme républicain orienté contre les identités dites régionales.  UH

Wo ein Wille ist, ist ein Weg

Posted on février 22nd, 2014 by Klapperstein

Presserundschau Mülhausen beschließt Sprachencharta

Nach der Stadt Zabern im Unterelsaß hat sich nun Mülhausen durch ein Votum des Stadtrats als erste elsässische Großstadt zur Zweisprachigkeit verpflichtet. Allein die FN-Ratsmitglieder stimmten dagegen.

Quelle : Hytt morje

Zabern verpflichtet sich zur Zweisprachigkeit

Posted on février 14th, 2014 by Klapperstein

Presserundschau Záwere verpflichtet sich züer Zweisprochigkeit

D’r Záwerer G’meinderát hett mit großer Mehrheit e Antraa verábschiedt, durich den d’ unterelsassischi Kreisstadt sich dezüe verpflichtet, d’ Europäischi Charta fer Regional- un Minderheitesproche uf lokaler Ewene durichzüefüehre. Konkret heißt diß u.a., aß d’ Záwerer Büerjer sich in Züekunft in ihre Beziehunge züer Stadtverwaltung äu vun d’r ditsche Landessproch bzw. vun d’r elsassische Mundart tüen bediene köenne.

«Langi Zitt hett d’r [franzöesche] Staat in d’r Sách nix gmácht, daher han m’r uns gedenkt, aß m’r uf lokaler Ewene mit güetem Beispiel vorángehn solle», so Büerjermeischter Stephane Leyenberger (UMP). Bis Johresend solle alli Formuláre in ditscher Sproch (Hochditsch) verfüegbar syn un d’ G’meinderäte düerfe nun äu uf Deutsch by de G’meinderátssitzunge redde. Ditschkurse wäre de Stadtbeámte, die ‘s wüensche, ángebote.

Quelle : Hytt morje

Elsasserditsch und Hochdeutsch sind gleich

Posted on janvier 31st, 2014 by Klapperstein

Les dialectes allemands ont précédé la langue commune littéraire, standard « Hochdeutsch » qui s’est formée sur des bases dialectales préexistantes. On constate ainsi que dans nos variantes dialectales et dans l’expression standard l’essentiel des structures syntaxiques et une bonne partie du vocabulaire de base sont identiques. Les divergences sont avant tout d’ordre phonétique; par ailleurs, des particularismes régionaux originels ont été conservés dans le lexique dialectal, d’autres, de formation plus récente, ainsi qu’un certain nombre d’emprunts au français y ont été intégrés. Ich geh in de Wald se dit en allemand : Ich gehe in den Wald. Ich lauf im Wald erum se dit: Ich lauf im Wald umher. Hesch Hunger? se dit: Hast du Hunger? Wursch sahn: Du wirst sehen. Do bin i dheim: Hier bin ich daheim/zu Hause. Ich bin hingefallen. Uf de Mür sitzt e Düb. Auf der Mauer sitzt eine Taube. Nejer Win: Neuer Wein.

L’alsacien et l’allemand standard sont donc indéniablement deux expressions d’une même langue. La première, expression régionale, est plutôt orale et non uniformisée, la deuxième est langue officielle de référence à l’intérieur du domaine germanophone. Dachsprache, langue-toit des différents dialectes et langue de grande communication. Ces deux expressions vivent en osmose, l’une soutenant l’autre. »

André Weckmann, Langues d’Alsace

_________________________________________________

L’allemand standard est la forme écrite de l’alsacien, une réalité que tant d’Alsaciens refusent encore de comprendre. La séparation systématique de l’Elsasserditsch et du Hochdeutsch, stratégie savamment entretenue par des décennies de désinformation française, est encore aujourd’hui défendue par les ayatollahs du elsässisches Sprochamt (OLCA) qui dédaignent l’emploi du Hochdeutsch. Ohne das Hochdeutsch gibt es keine Rettung für unsere Muttersprache. Le grand Weckmann, lui, l’avait bien compris. UH

Nationalversammlung stimmt schließlich Sprachencharta zu

Posted on janvier 28th, 2014 by Klapperstein

Presserundschau Nationalversammlung stimmt fer Ratifizierung vun d’r Sprochecharta

D’ franzeschi Nationalversammlung hett hytt mit 361 Stimme geje 149 de Gesetzesvorschlaa vum bretonische SP-Abgeordnete Jean-Jacques Urvoas bezüeglich vun d’r Ratifizierung vun d’r Europäische Charta fer Regional- un Minderheitesproche ang’numme. ‘S isch ‘s erscht Mol, aß e franzesch Parlament d’ Existenz vun de Sproche vun de allogenen Vöelker anerkenne tüet.

Um Gesetzeskraft züe erlange soll ‘s jetze vun de Abgeordnete ang’nummene Verfassungsänderungsgesetz entweder vum franzesche Vollik per Volksentscheid g’billigt oder vum Parlamentskongreß (Nationalversammlung un Senat zsamme) im Schloß Versailles mit ere 3/5-Mehrheit abg’segnet wäre. D’ Entscheidung bzw. d’ Initiativ, entweder e Referendum üeszüeschriewe oder de Kongreß inzüeberüefe, obliegt em Staatspräsidente.

D’r Ball liegt also ab jetz bim Staatspräsident François Hollande, wobi d’r Verfassungsrat sich zwiefelsohne mit d’r Verfassungsmäßigkeit vun zallem Gesetz tüet vorerscht üesenandersetze müen, da d’ Gegner vun de Landessproche küem uf zalli Inspruchsmöeglichkeit tüen verzichte welle.

Presserundschau Nationalversammlung stimmt für Ratifizierung der Sprachencharta

Die französische Nationalversammlung hat heute mit 361 Stimmen gegen 149 den Gesetzesvorschlag des bretonischen SP-Abgeordneten Jean-Jacques Urvoas bezüglich der Ratifizierung der Europäischen Charta für Regional- und Minderheitensprachen angenommen. Es ist das erste Mal, daß ein französisches Parlament die Existenz der Sprachen der allogenen Völker anerkennt.

Um Gesetzeskraft zu erlangen soll das nun von den Abgeordneten angenommene Verfassungsänderungsgesetz entweder vom französischen Volk per Volksentscheid gebilligt oder vom Parlamentskongreß (Nationalversammlung und Senat zusammen) im Schloß Versailles mit einer 3/5-Mehrheit abgesegnet werden. Die Entscheidung bzw. die Initiative, entweder ein Referendum auszuschreiben oder den Kongreß einzuberufen, obliegt dem Staatspräsidenten.

Der Ball liegt also ab jetzt bei Staatspräsident François Hollande, wobei der Verfassungsrat sich zweifelsohne mit der Verfassungsmäßigkeit dieses Gesetzes wird vorerst auseinandersetzen müssen, da die Gegner der Landessprachen kaum auf diese Einspruchsmöglichkeit werden verzichten wollen.

Quelle : Hytt morje!

Elternprotest gegen Gender-Theorie

Posted on janvier 24th, 2014 by Klapperstein

Presserundschau Elternprotest gegen Gender-Theorie

Eine Bürgerinitiative hat die Straßburger Schülereltern aufgerufen, ihre Kinder morgen Freitag nicht in die Schule zu schicken, um gegen den geplanten Unterricht der Gender-Theorie an den Straßburger Schulen.

Die SP-Stadtverwaltung und die französischen Schulbehörden ließen dementieren, was für sie bloß ein Gerücht sei; die Gender-Theorie gebe es übrigens nicht: «Wir verurteilen vehement dieses Treiben, das künstlich Ängste schürt mit Theorien, die es nicht gibt! Man kann nicht – unter dem Vorwand sie zu schützen – die Kinder und ihre Eltern als Geisel nehmen», so Vize-Bürgermeisterin Nicole Dreyer (SP).

Die sogenannte Gender-Theorie behauptet, das soziale Geschlecht (gender) sei im Unterschied zum biologischen Geschlecht (sex) nicht angeboren, d.h. man könne beliebig ein Mann oder eine Frau sein, egal in welchem Körper man gerade stecke.

Quelle : Hytt morje!

________________________________________________

Bien évidemment l’Éducation National et la Mairie de Strasbourg mentent comme des arracheurs de dents, il ne s’agit en aucun cas d’une rumeur mais d’un mouvement de contestation bien déterminé piloté par Farida Belghoul (JRE pour Journée de Retrait de l’École), et qui entend organiser dans toutes les villes de France et ce un jour tous les mois, le boycott de l’école pour obtenir  « l’interdiction de la théorie du genre dans tous les établissements scolaires ».

Nous constatons pour notre part que le seul moyen raisonnable d’éviter ce type de problème est l’avènement de l’école libre, c’est à dire la mise en place du système du chèque éducation, qui fonctionne si bien en Suède et au Pays-Bas. En effet, Laurence Rossignol, sénatrice PS, déclarait le 5 avril 2013, sur le plateau de l’émission « Ce soir ou jamais » : « Les enfants n’appartiennent pas à leurs parents, ils appartiennent à l’Etat ». A chacun de savoir ce qu’il préfère pour ses enfants, l’école libre ou l’école républicaine.

Nous remarquons également que le principe du boycott de l’école (étant donné le gouffre démocratique dans lequel nous nous trouvons) est certainement un excellant moyen pour défendre le droit à l’école libre en général et au bilinguisme en particulier. Also los… UH

Unsere Sprache, unser Recht

Posted on janvier 23rd, 2014 by Klapperstein

Les discussions sur la ratification de la charte européenne des langues régionales sont actuellement en cours dans les palais parisiens. Cette charte a été signé en 1999 par le gouvernement Jospin, mais les subtilités du bon fonctionnement des institutions républicaines ont dissuadé Lionel Jospin de tenter de la ratifier. Il faut savoir que par le bon vouloir et l’arbitraire des hauts fonctionnaires du Conseil Constitutionnel (ils sont appelés sages par les médias), une loi ne doit plus seulement obtenir  50% des voix des députés et sénateurs pour être adopté, mais 60%. C’est la raison pour laquelle la ratification pourrait encore être repoussé aux calandres républicaines, une majorité à 60% faisant souvent défaut au pouvoir en place.

Le texte discuté est pourtant minimaliste, puisqu’il ne contient que 39 (un nombre d’au moins 35 sont obligatoires) mesures sur les 98 de la charte.

Nous rappelons également que la signature et la ratification de chartes internationales est un procéder fortement douteux, notamment parce qu’il place les peuples et les processus démocratiques dans une situation de passivité et d’assistanat. Les minorités suisses n’ont pas besoin de charte européenne et droits-de-l’hommiste pour défendre leurs libertés collectives, une véritable démocratie (fédéralisme et démocratie directe) leur suffit amplement. Et c’est aussi ce dont nous avons avant tout besoin.

Ci-dessous un article des DNA sur la proposition de loi constitutionnelle permettant de ratifier la charte européenne des langues régionales. UH

_______________________________________________________

Presserundschau La charte des langues régionales ressort du tiroir

L’Assemblée ouvre aujourd’hui le débat sur la proposition de loi constitutionnelle permettant de ratifier la charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Les députés alsaciens semblent tous sur la même ligne pour débloquer ce dossier.

C’est un parcours d’obstacles que commence aujourd’hui la très courte «proposition de loi constitutionnelle autorisant la ratification de la charte européenne des langues régionales ou minoritaires ». Son rapporteur, le député Jean-Jacques Urvoas (PS, Finistère), a trouvé l’unanimité à la commission des lois. Il espère une très large majorité à l’Assemblée qui en débattra aujourd’hui et vendredi.

« Un outil fantastique pour […] la langue régionale »

Il ne suffit pas, en effet, que le texte soit adopté. Pour qu’il entre dans la Constitution sous le nom d’Article 53-3, il y a en effet deux longs chemins possibles :

- soit il reste « proposition de loi constitutionnelle » et doit être adopté au Sénat puis par référendum;

- soit le gouvernement en fait un « projet de loi » et le fait adopter au Sénat puis par le Congrès réuni à Versailles à la majorité des 3/5e.

C’est cette seconde voie que préfère le gouvernement qui n’a aucune envie d’organiser un référendum. Le débat de cette semaine et le vote qui suivra constituent donc « un tour de chauffe » : il s’agit de compter les députés favorables à la ratification.

La représentation alsacienne ne devrait pas se diviser là-dessus. À gauche, le député Armand Jung, porte-parole du groupe PS dans ce débat, et son collègue Philippe Bies sont cosignataires de la proposition.

À droite et au centre, les DNA ont accueilli samedi une tribune rédigée par Patrick Hetzel et signée par onze des douze autres députés UMP et UDI – le 12e n’ayant pu être joint à temps, précisent les rédacteurs. Le texte le dit clairement : « Nous sommes en faveur de la ratification de la charte […] Ce sera un outil fantastique pour amplifier la dynamique enclenchée autour de la langue régionale d’une part et du bilinguisme d’autre part ».

Pour autant, un autre clivage pourrait apparaître dans le débat.

Il s’agit d’accepter ou non les deux petits alinéas qui, dans le texte, en encadrent l’interprétation : ils écartent tous « droits collectifs aux locuteurs » et rappellent la règle du français seul comme langue dans les relations administration – administrés.

La co-officialité écartée par le texte lui-même

Écrits pour rassurer le juge constitutionnel, ces garde-fous reprennent des éléments de la « déclaration interprétative » que la France avait jointe en 1999 à sa signature. Ils choquent certaines associations qui les estiment dangereuses. Cette approche s’oppose aussi à la co-officialité des langues que réclame, par exemple, l’Assemblée de Corse. Mais les élus alsaciens, plutôt pragmatiques, n’en font pas un casus belli.

« Je me battrai pour que ces réserves soient supprimées, explique Patrick Hetzel, mais si on n’y arrive pas, je voterai quand même le texte. Sur ce dossier, je suis en phase avec Armand Jung : il faut absolument avancer… »

Éclairage : pourquoi 22 ans après ?

La charte européenne des langues régionales ou minoritaires est un traité élaboré par le Conseil de l’Europe et proposé à ses États-membres. Bouclée en 1992 à Strasbourg, elle se présente comme une liste de mesures souhaitables pour ces langues : dans l’école, la justice, les médias, les services publics, la culture, la vie économique et sociale, etc. C’est une charte « à géométrie variable » : chaque État doit choisir au moins 35 des 98 mesures dont un noyau dur obligatoire, et ceci langue par langue. L’objectif est de permettre à ces langues de vivre sans subir de discriminations, dans l’esprit de la convention européenne des droits de l’homme.

La charte a été progressivement signée par 33 États dont 25 l’ont ratifiée. Elle a commencé à s’appliquer à la 5e ratification en 1998. La France l’a, après avoir beaucoup hésité, signée en 1999 sous le gouvernement Jospin, mais ne l’a toujours pas ratifiée.

De fait, le Conseil d’État, saisi pour avis en 1996, avait déjà dit ses réticences. Surtout, le Conseil constitutionnel, saisi par le président Jacques Chirac en 1999, avait estimé qu’il était impossible de la faire entrer dans le droit français sans modifier la Constitution. Il pointait la contradiction avec le premier alinéa de son article 2 («La langue de la République est le français ») et jugeait que la charte aurait « porté atteinte aux principes constitutionnels d’indivisibilité de la République, d’égalité devant la loi et d’unicité du peuple français ».

Pour la ratifier malgré tout – ce qu’a promis le candidat François Hollande, début 2012 –, il faut donc soit modifier la Constitution sur ces points, soit y intégrer un article « sur mesure », permettant de ratifier la charte. C’est cette seconde approche qui a été choisie et qui débute aujourd’hui à l’Assemblée.

Militants du bilinguisme

Les partis et associations militant pour le bilinguisme en Alsace sont, en toute logique, favorables à la ratification de la charte. Ils la revendiquent d’ailleurs depuis des années.

C’est le cas de Culture et bilinguisme d’Alsace et de Moselle (René-Schickele-Gesellschaft). Mais avec la plate-forme d’associations ELEN-EBLUL France,l’association demande qu’aucune réserve ne vienne compléter le texte autorisant la France à ratifier la charte. « Ces dispositions ne feraient que renforcer la marginalisation et la disparition à terme des langues régionales dans la vie sociale et iraient à l’encontre des objectifs de la charte européenne », écrit cette plate-forme.

Le parti Unser Land , lui, veut aller jusqu’à la co-officialité. Il s’étonne que la France, « qui soutient la co-officialité du français au Canada, en Belgique, en Suisse ou en Italie, ne l’admette pas pour ses propres langues régionales ». Il estime que c’est « avancer à reculons » qu’accepter les clauses interprétatives proposées par le texte.

Le Comité fédéral des associations pour la langue et la culture régionales en Alsace et en Moselle , quant à lui, a toujours plaidé pour la ratification de la charte. Il a contacté tous les parlementaires pour les inciter à voter le texte. Plutôt que les réserves, il propose d’y inclure la phrase suivante : « La République encourage l’usage des langues régionales de France et ne s’oppose pas à leur utilisation à titre complémentaire par les services publics ».

Quelle : DNA 22 janvier 2014

Kleine Lügen über die elsässische Sprache

Posted on janvier 15th, 2014 by Klapperstein

Créé en 1994 à l’initiative de la Région Alsace et essentiellement financé par elle, mais aussi par les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, l’Office pour la Langue et la Culture d’Alsace (OLCA – Elsassisches Sprochàmt), « a pour objet de promouvoir la vitalité de l’identité régionale de l’Alsace, par la mise en valeur de ses patrimoines et spécificités linguistiques et culturels.  » L’OLCA est en fait une  sorte d’administration régionale qui a pour but  principal de promouvoir l’alsacien.

Il a publié à cet effet une petite brochure intitulé   »Petite histoire linguistique de l’Alsace » qui  falsifie l’histoire linguistique de l’Alsace, dans la grande tradition française et républicaine. Nous sommes bien sûr au XXIème siècles et il ne s’agit plus de marteler les fantasmes du grand romancier Michelet ou de l’hystérique oncle Hansi. Les dialectes alsaciens sont bien des parlers germaniques à part entière, et ne sont plus à moitié celtes ou romans. L’angle d’attaque est différent et  un peu plus subtile. Il consiste à expliquer plus ou moins doctement, dans un floue artistique propre à la propagande historique républicaine, que l’alsacien, en fait, n’a pas grand chose à voir avec l’allemand, ce qui est depuis 1945 l’angle d’attaque favori de la propagande française en Alsace. Pas plus, en tous cas, qu’avec le néerlandais ou le suédois ! La petite histoire commence donc ainsi :

’s Elsassische : wàs ìsch dann dìss? L’alsacien : qu’est-ce donc ? L’alsacien est un dialecte germanique, ce qui signifie que parmi les langues indo-européennes, il fait partie du groupe linguistique des langues germaniques, auquel appartient bien sûr l’allemand, mais aussi l’anglais, le néerlandais, les langues scandinaves comme le danois, le suédois, le norvégien.

Le texte poursuit immédiatement sur la présence de mots français dans la langue alsacienne (ouf !) et laisse ainsi le lecteur avec l’étrange impression que l’alsacien de s’apparente pas plus à l’allemand qu’à l’anglais ou au norvégien. Fin de l’introduction. C’est certainement ce que nos journaleux et nos politiciens de service appellent de la pédagogie.

Récapitulons. Introduction de notre  klëni Gschicht : 6 lignes (c’est écrit en gros, pour que les enfants de six ans puissent eux aussi s’instruire) pour sous-entendre que l’alsacien ne s’apparente pas plus à l’allemand qu’à l’anglais ou au danois , 10 lignes pour dire que les Alsaciens disent Bùschùr pour dire bonjour, et pas un mot pour dire que la langue allemande standard contemporaine, le Hochdeusch  est  la forme écrite de l’alsacien, mais toute la construction du texte est là pour sous-entendre le contraire.

On peut se dire que ce n’est là que l’introduction de la petite histoire, un oubli à peine regrettable que la suite du texte comblera aisément, et qu’il faut passer ses nuits à rêver de missiles sol-sol de troisième génération fracassant  dans un élan wagnérien   le socle de la croix de Lorraine du Stauffen  pour s’enflammer pour si peu.

Pourtant la poursuite de la lecture ne fait de confirmer notre première impression. La large place consacrée à une description tendancieuse de la naissance de la langue allemande standard se conclue ainsi: « L’Alsace n’est cependant pas témoin de ce processus de standardisation et n’y participe pas, car le rattachement de la région à la Couronne de France par Louis XIV commence en 1648. L’Alsace se voit alors progressivement séparée du Saint-Empire Romain Germanique et les parlers alsaciens vont connaître une évolution différente de celle des autres parlers germaniques. Ainsi, les dialectes alsaciens parlés actuellement en Alsace ont une histoire singulière par rapport à ceux de l’Allemagne actuelle. »

Or il est complètement faux d’affirmer que l’Alsace ne participe pas au processus de standardisation de la langue allemande. Non seulement elle  y participe  plus qu’un grand nombre de régions  de langue allemande, mais elle y a même un rôle de première importance. En témoigne l’œuvre d’Otfrid von Weißenburg, die Evangeliendichtung (le Livre des Évangiles), poème de quelque 16 000 vers du IXème siècle. Ce livre est écrit en vieux haut allemand et est la première œuvre littéraire dans ce qui deviendra la langue allemande. En témoigne le fait que la première messe donnée en Hochdeutsch a eu lieu à Strasbourg et que la première bible imprimé en Hochdeutsch l’a été à Strasbourg (en 1466, tout comme sa deuxième édition en 1470). En témoigne également « Daß Narrenschyff » du strasbourgeois Sebastian Brant, publié en 1494,  qui a été la plus importante œuvre littéraire de langue allemande jusqu’à la Réforme. Et le premier périodique au monde, « Die Relation », également en Hochdeutsch, a été publié in Strossburi à partir de 1605.

Il s’agit là d’une question symboliquement importante, mais plus important encore est de remarquer que les Alsaciens n’ont cessé de lire et d’écrire exclusivement ou majoritairement en allemand standard jusque dans les années 1945/1970, où le français a progressivement pris la place de l’allemand. Le rapport de « l’allemand des Alsaciens » (Elsasserditsch, Elsässerdeutsch) au Standartdeutsch est donc sensiblement le même (en tout cas jusque dans les années 1945/1970) que celui de « l’allemand des Suisses » ou des dialectes parlés en Allemagne (les parler bas-allemand du nord de l’Allemagne sont d’ailleurs bien plus distant de la langue standard que l’alsacien), même si un petit nombre  d’Alsaciens ont plus ou moins bien maitrisé le français à partir de 1648. Or notre petite brochure conclue précisément le contraire. Comme si l’invasion d’une partie de l’Alsace en 1648 avait coupé les liens naturels entre la langue alsacienne et sa forme écrite. Cette coupure n’aura vraiment lieu qu’autour des années 1970, fruit de la francisation à marche forcée imposée par la République Française au peuple alsacien à partir de 1945, où d’une part la pratique de l’alsacien est petit à petit devenu minoritaire dans la vie sociale, et qu’à peu près simultanément les Alsaciens germanophones, et parmi eux de frénétiques locuteurs, ont adopté le français comme langue de l’écrit, de la culture et du savoir, au détriment de l’allemand standard.

Ce n’est donc pas l’histoire des dialectes alsaciens depuis 1648 qui est singulière du point de vue linguistique comme l’affirme mensongèrement l’OLCA, mais belle et bien l’histoire linguistique et politique de l’Alsace des dernières décennies. UH

Téléchargez la Petite histoire linguistique de l’Alsace (PDF, 945 Ko)

Immer noch nur Brocken für die Zweisprachigkeit

Posted on janvier 14th, 2014 by Klapperstein

Presserundschau 690.000 Euro für Landesamt für Sprache und Kultur

Der Ständige Ausschuß des elsässischen Regionalrates hat am Freitag für das Jahr 2014 eine Subvention für das Landesamt für Sprache und Kultur in Höhe von 690.000 Euro bewilligt. Das Elsässische Landesamt für Sprache und Kultur, das 1994 auf Initiative des Regionalrats in Zusammenarbeit mit den Bezirkstagen gegründet wurde, wirkt u.a. für eine stärkere Präsenz der deutschen Sprache und der elsässischen Mundart in der Öffentlichkeit.

Quelle : Hytt morje!

Freie Bildungswahl für alle, nicht nur für Reiche

Posted on janvier 4th, 2014 by Klapperstein

Le système du chèque éducation permet de rendre l’enseignement dit privé gratuit au même titre que l’enseignement public.

Cette gratuité est bien sûr toute relative du point de vue du contribuable puisque dans les deux cas l’argent provient de l’impôt.

Les parents désirant inscrire leurs enfants dans un établissement non public, dépendant d’une entreprise privé ou d’une association, se voient alloué pour chaque enfant sous la forme d’un chèque éducation la somme équivalente à celle que l’État dépenserait pour une même inscription dans un établissement publique.

Le libre choix de l’école n’est plus le privilège des plus riches, mais devient  accessible à tous : Freie Bildungswahl für alle, nicht nur für Reiche.

Ce qui change, avec le chèque éducation, c’est que l’État, sous prétexte de redistribuer généreusement l’argent qu’il a collecter aux plus riches pour le redistribuer aux plus pauvres, ne conditionne plus cette généreuse redistribution à sa tutelle et sa mainmise sur l’éducation des enfants des citoyens et qui sont également de futures citoyens.

Le chèque éducation permet donc de concilier remarquablement le principe d’égalité, qui veut qu’en matière d’éducation les disparités sociales soient fortement atténuées par la redistribution de l’impôt, et le principe de liberté, qui veut que des citoyens sensés être libres puissent librement décider de l’éducation donné à leurs enfants, aussi bien au niveau du contenu que de la forme pédagogique.

Parlons clairement, le libre choix de l’école, c’est à dire le système du chèque éducation, est un droit fondamental que tout citoyen d’un pays qui se dit libre et démocratique est en droit d’exiger. Il s’agit d’une question éminemment politique, avant d’être une question d’efficacité pédagogique.

A l’instar de la démocratie directe, l’école libre est un droit civique fondamental et un des fondements d’une véritable démocratie. Si la souveraineté provient vraiment des citoyens, et non de l’État lui-même, c’est aux citoyens eux-mêmes de contrôler et de choisir librement l’éducation de leurs enfants, et non à l’État , à moins de considérer qu’un despotisme éclairé soit nécessaire au bon fonctionnement de la société.

Et c’est justement la pensée dominante et unique actuelle qui fait continuellement l’apologie d’un despotisme éclairé qui ne dit pas son nom en refusant la démocratie directe, en défendant les médias publiques (qui sont à l’instar de l’école publique de véritables organes de propagandes) et en plébiscitant l’école publique obligatoire sous prétexte de redistribuer équitablement l’impôt. Or il ne s’agit que d’un prétexte, le chèque éducation permettant également une juste redistribution de l’impôt, en plus de permettre une plus grande efficacité pédagogique par rapport au système bureaucratique et complètement sclérosé de l’immense administration qu’est l’Éducation Nationale.

En un mot comme en mille, le chèque éducation a trois caractéristiques principales :

–   il représente un droit civique élémentaire, correspond à une vision véritablement démocratique et à une réalité humaine fondamentale  : l’enfant appartient à ses parents, et non à l’État

–   il permet une redistribution sociale de l’impôt comme le système d’éducation publique obligatoire

–   il permet une meilleure instruction et une meilleure éducation à moindre coût

Pour notre part, nous sommes favorables à ce que le chèque éducation soit attribuer exclusivement à des associations, et non à des entreprises privés, de manière à ce que l’argent des impôts soit utilisé dans les meilleurs conditions possibles, dans le plus grand intérêt des contribuables et des élèves.

L’introduction du chèque éducation en Alsace, outre d’amélioré fortement l’efficacité de l’enseignement, donnerait enfin la possibilité aux Alsaciens de se réapproprier leur langue et leur histoire, et contribuerait également à l’établissement d’un véritable esprit démocratique, les citoyens et leurs enfants n’étant plus considéré comme devant être sous la tutelle de l’État, mais c’est au contraire l’État qui serait à juste titre considéré comme propriété des citoyens, comme le veulent la logique démocratique et le bon sens le plus élémentaire.

Ci-dessous 10 articles traitants de la question du chèque éducation et du libre choix de l’école subventionné par les deniers publics. Les sept premiers y sont clairement favorables, les trois suivants franchement hostiles. Ces trois derniers articles montrent bien que les détracteurs du chèque éducation, sous couvert de lutter contre le libéralisme ou l’argent roi, sont indéfectiblement attaché au principe de despotisme éclairé qu’ils nomment vivre ensemble, citoyenneté solidaire, valeurs républicaines et République Française. U.H.

Pour plus d’information, lire la suite de notre dossier sur le chèque éducation

MENU

M'R EMPFHELE

Copyright © 2009 Unsri Heimet. Theme par THAT Agency propulsé par WordPress.