3.0.1" />
Unsri Heimet

Unsri Heimet – do sin m'r d'heim ! Das Elsass, unsri Heimet !

Französische Staatssekretärin will unsere Feldgrauen nicht ehren

Posted on septembre 21st, 2018 by Klapperstein

Bild © Facebook / Elsaß-Lothringische Feldgraue 1914-1918

Straßburg/Paris – In nicht einmal zwei Monaten wird sich das Ende des Ersten Weltkriegs zum 100. Mal verjähren. Zu diesem Anlaß hat der Bürgermeister und Abgeordnete von Molsheim Laurent Fürst (LR) angeregt, daß eine besondere Botschaft in Elsaß-Lothringen zur Erinnerung an die 50.000 gefallenen Elsässer und Deutsch-Lothringer verlesen werde, die damals ihre Heimat in der deutschen feldgrauen Uniform tapfer verteidigten.

„Es ist heute möglich gelassen darüber zu reden,“ so Fürst, für den die Zeit nun auch gekommen ist, „den 50.000 elsässischen und lothringischen Soldaten“ zu gedenken, „die unter der Uniform des Deutschen Reichs gefallen sind […] Es handelt sich bloß darum, den Mut und das Opfer dieser Elsaß-Lothringer nicht ignorieren zu wollen, deren Tod in diesem Moment des Gedenkens nicht weggewischt werden dürfte.“

Eine besondere Botschaft ist « nicht wünschenswert »

Die zuständige französische Staatssekretärin beim Verteidigungsministerium Geneviève Darrieussecq sieht das aber weiterhin unverändert in jakobinischer Manier unversöhnlich: „Wenn ich die Botschaften vom 8. Mai bzw. vom 11. November bewillige, so denke ich nicht an das Elsaß bzw. an Deutsch-Lothringen, sondern an ganz Frankreich,“ denn eine besondere Botschaft für die gefallenen Elsaß-Lothringer sei „nicht wünschenswert.“

Quelle : Strassburger Zeitung

Staatspräsident Macron anfangs November in Elsaß-Lothringen

Posted on septembre 20th, 2018 by Klapperstein

Paris – Wie der Élyséepalast heute in Paris wissen ließ, wird der französische Staatspräsident Emmanuel Macron im Vorfeld der erwarteten Feierlichkeiten bezüglich des hundertsten Jahrestag des Einmarschs französischer Truppen in unser Land anfangs November Elsaß-Lothringen besuchen.

So soll er am Sonntag, den 4. November in die Landeshauptstadt Straßburg kommen, wo er die Entscheidung der Regierung vermutlich bekannt machen wird, ob die elsässischen Bezirke nun fusionieren sollen oder nicht bzw. ob diese ggf. „restaurierte“ elsässische Gebietkörperschaft nun die gleichen Befugnisse wie ein x-beliebiger französische Bezirk oder u.U. erweiterte Sonderkompetenzen von Staat bzw. Region erhalten soll.

Am Tage darauf soll er erst ins deutsch-lothringische Mörchingen fahren, bevor er ins welsch-lothringische Moselbruck (Pont-à-Mousson) weiterreisen wird. Anschließend soll er am 6. November das einstige Schlachtfeld bei Verdun besuchen um seine Reise durch die Ostregion am 7. November in Charleville-Mézières (Ardennen) und in Rozoy-sur-Serre – einem Flecken in der Picardie – abzuschließen.

Quelle : Strassburger Zeitung


Et le peuple alsacien, quand sera-t-il consulté ?

Posted on septembre 17th, 2018 by Klapperstein

Communiqué de presse d’Unser Land : Et le peuple alsacien, quand sera-t-il consulté ?


Suite à la visite en Alsace de Mme Gourault, ministre auprès du ministre de l’Intérieur, Unser Land prend note des déclarations de la ministre indiquant « que le gouvernement fera tout pour le retour d’une collectivité d’Alsace ».

Unser Land regrette que les partis et la société civile n’aient pas été consultés, que les concertations et les groupes de travail annoncés soient l’apanage d’un cercle d’élus dont on sait qu’ils n’ont qu’une représentativité très relative, en particulier sur ce sujet. Chacun sait que les élus qui ont été consultés n’ont pas fait campagne sur l’avenir institutionnel de l’Alsace, ils n’ont donc pas légitimité à se prononcer sur ce sujet. Seul le peuple alsacien est souverain et doit être consulté par référendum.

Unser Land met en garde contre le piège qui consisterait à bricoler un département unique en lui attribuant provisoirement des compétences « au titre de l’expérimentation », le temps que la réforme constitutionnelle aboutisse. Nous savons tous que cette réforme a peu de chances d’aboutir et que les compétences « expérimentales » seront bien vite évaporées, faute d’un statut solide.

Unser Land réaffirme son attachement à la constitution d’une collectivité alsacienne à statut particulier, assumant les compétences de la région et du département ainsi que des compétences supplémentaires dans les domaines de l’enseignement, de l’aménagement du territoire, des transports, du transfrontalier et de l’économie. En outre, nous demandons que le Droit local soit confié aux élus d’Alsace-Moselle.

Nous rappelons que l’Alsace répond pleinement aux critères pour constituer une collectivité à statut particulier. Il serait particulièrement choquant que l’on octroie ce statut à des métropoles comme Paris, Lyon ou Marseille, mais qu’on le refuse à l’Alsace à cause de son… particularisme ! Ainsi le rapport Marx estime qu’« une collectivité alsacienne à statut particulier pourrait conduire à une prolifération des demandes émanant d’autres territoires (Bretagne, Pays Basque,…), qui pourrait mettre à mal les principes fondamentaux de la République ». Il est temps que le gouvernement tire un trait sur ces vieux réflexes jacobins d’un autre âge et comprenne que nous ne sommes plus en 1792, mais dans l’Europe du XXIe siècle.

Enfin, nous attendons de la ministre qu’elle mette enfin sur la table la question de la sortie du Grand Est. Il serait inconcevable en démocratie que l’on puisse évacuer du débat ce qui constitue la revendication de 83 % de la population alsacienne (sondage CSA avril 2017).

La question alsacienne est une question posée à la France : la France est-elle capable oui ou non d’accepter le principe d’unité dans la diversité ou préfère-t-elle continuer à imposer une uniformité destructrice ? La balle est dans le camp du gouvernement.

Jean-Georges Trouillet
Secrétaire général et porte-parole

Quelle : Unser Land

Ministerin Gourault zu Besuch im Elsaß

Posted on septembre 17th, 2018 by Klapperstein

Bild © Facebook / Préfet du Haut-Rhin

Colmar/Straßburg – Die französische beigeordnete Ministerin Jaqueline Gourault (MoDem), die damit beauftragt wird, mit den fremdländischen Provinzen zu verhandeln – sie war bisher schon die Gesprächspartnerin der korsischen Landesregierung, die eine Erweiterung des Autonomiestatuts der Mittelmeerinsel anstrebt – besuchte am Freitag und Samstag nun das Elsaß, das seit über drei Jahren gegen die von Paris entschiedene Zwangsfusion in die künstliche ostfranzösische Großregion „Grand Est“ rebelliert.

Am Freitag besuchte sie das Oberland, wo sie u.a. in Colmar von Bezirkstagspräsidentin Brigitte Klinkert in Anwesenheit des französischen Präfekten für das Oberelsaß empfangen wurde. Im Interview mit der Tageszeitung „Dernières Nouvelles d’Alsace“ erklärte die Ministerin, daß „die [französische] Regierung alles“ für „die Rückkehr einer von den Elsässern und Elsässerinnen erwarteten Gebietskörperschaft Elsaß“ tun wird und kündigte die Gründung von Arbeitsgruppen zwischen Mandataren und Behörden an, um die Frage der Kompetenzen dieser neuzuschaffenden Gebietskörperschaft zu erörtern, die u.a. in den Bereichen „Zweisprachigkeit, Tourismus, Landesstraßen bzw. Ökosteuer“ liegen sollten.

Am Samstag besuchte sie das Unterland, wo sie am Morgen in der Präfektur im Schloß Klinglin in Straßburg eine aus Generalsekretär Jean-Georges Trouillet (s. Bild) und Martin Meyer bestehende Delegation der elsässisch-autonomistischen Partei „Unser Land“ eine Stunde lang empfing. Man merke nebenbei, daß es vielleicht sogar das erste Mal seit 1918 ist, daß ein französischer Regierungsvertreter überhaupt offiziell mit elsässischen Autonomisten sprach…

Am Nachmittag organisierten die Autonomisten entsprechend eine Demonstration gegen die Großregion „Grand Est“ in der Straßburger Innenstadt.

Bild © Facebook / Unser Land

Quelle : Strassburger Zeitung

Georges Schuler verläßt LR-Fraktion im Regionalrat

Posted on septembre 16th, 2018 by Klapperstein

Straßburg – Der Regionalrat und Bürgermeister der Stadt Reichstett (Kreis Straßburg-Land) Georges Schuler hat entschieden, die Fraktion der Partei „Les Républicains“ (LR) im Regionalrat der sog. ostfranzösischen Großregion „Grand Est“ zu verlassen, wo „er sich in den letzten Wochen zutiefst unwohl fühlte.“

Herr Schuler stehe „zu einer Entscheidung, die sicher nicht die [Rottners] bzw. vieler Mandatare [seiner] Mehrheit“ sei, sondern wolle er „das Sprachrohr von denen sein, die ihn gewählt haben und wollen, daß das Elsaß einen Statut wieder habe,“ so Schuler. Fortan wird er als unabhängiger elsässischer Regionalrat im Parlament der Ostregion sitzen.

Der derzeitige Präsident des Regionalrats der 2015 fusionierten Großregion und frühere Oberbürgermeister von Mülhausen, Jean Rottner, der sich ursprünglich als Verteidiger des Elsaß stilisiert hatte, verfolgt inzwischen – ganz besonders seitdem er zum Präsidenten des Regionalrats gewählt wurde… – eine Paris hörige Linie, die von 83% der Elsässer vehement abgelehnt wird.

Quelle : Strassburger Zeitung

Lettre ouverte au préfet du Grand Est, M. Jean-Luc Marx

Posted on février 11th, 2018 by Unsri Heimet !

Communiqué de presse du l’association UNSRI HEIMET du 10 février 2018

___

Lettre ouverte au préfet du Grand Est, M. Jean-Luc Marx

___

Monsieur le Préfet,

Vous avez été chargé par le Premier ministre, M. Edouard Philippe, d’une mission de réflexion sur « l’évolution du Bas-Rhin et du Haut-Rhin à l’intérieur du Grand Est », tout en évaluant « la réalité des volontés exprimées ». Vous devez ainsi résoudre un étonnant paradoxe, car tout indique que la sortie du Grand Est correspond à la volonté exprimée par le plus grand nombre. Vous ne pouvez en effet ignorer que 117 000 Alsaciens ont signé une pétition dans ce sens, et que 84% des Alsaciens souhaitent voir l’Alsace redevenir une région à part entière (sondage CSA de mai 2017) :

https://www.csa.eu/fr/survey/les-alsaciens-et-leur-region

Si cela ne suffit pas pour vous convaincre de cette « réalité », vous n’avez qu’une seule solution : organiser un référendum sur la « question alsacienne », posant clairement la question de la sortie de l’Alsace du Grand Est. Toute autre solution de type demi-mesure qui instaurerait une forme d’Alsace dans le Grand Est, et qui par fusion des départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin mettrait de surcroît le droit local en danger, est vouée à l’échec et ne ferait qu’accroître la malaise alsacien.

A travers votre rapport au Premier ministre, vous pouvez soit préconiser d’entretenir le mécontentement du plus grand nombre, comme c’est le cas dans la situation actuelle, soit proposer d’accéder aux revendications légitimes de l’écrasante majorité des Alsaciens.

Dans votre réflexion, vous ne pouvez pas faire l’économie de consulter le plus largement possible la population alsacienne, ni vous contenter d’en référer aux seuls élus – dont certains sont prompts à croire en une solution par définition insatisfaisante qui diviserait durablement les Alsaciens – et aux représentants de la société civile.

La mission qui vous a été confiée est la reconnaissance explicite du fait et du malaise alsaciens par la République. Les Alsaciens demandent réparation du préjudice subi né de l’adoption de la loi du 16 janvier 2015 relative à la délimitation des régions, pour ne pas avoir été préalablement consultés. La Charte européenne de l’autonomie locale obligeait en effet la France à organiser un référendum, comme le Conseil de l’Europe l’a rappelé lorsqu’en 2016 il a constaté à l’unanimité la violation par la France de la

Charte européenne. La loi antidémocratique a non seulement spolié les Alsaciens de toute représentation politique et institutionnelle propres, elle a aussi enchaîné les départements alsaciens dans une construction administrative artificielle, irrespectueuse des spécificités alsaciennes qui se sont ainsi trouvées bridées. Il est inutile de préciser que la grande région est également une importante source de gabegie, comme l’indique la Cour des comptes dans ses rapports.

Monsieur le Préfet, les Alsaciens ne veulent pas d’une Alsace au rabais, ils veulent d’une Région Alsace à statut particulier, qui soit véritablement innovante sur le plan institutionnel et ouverte sur son espace naturel rhénan. Il est temps de réparer la faute grave commise par le gouvernement précédent. La France, pays le plus centralisateur d’Europe, s’honorerait de reconnaître qu’elle peut aussi être riche de ses régions, de leurs cultures et de leurs identités respectives.

Monsieur le Préfet, si le droit à la différenciation repose sur le caractère marqué d’une identité sur un territoire donné, les Alsaciens demandent incidemment pour l’Alsace le même droit à la différenciation que celui qui sera accordé par la constitution à la Corse, car en effet, l’identité alsacienne n’est pas moins marquée que l’identité corse : culture, dialecte, droit local notamment. Le président de la Région Bretagne, M. Loïg Chesnais-Girard, réunira le 15 février prochain le Conseil régional afin de travailler sur la question du droit à la différenciation pour la Bretagne. L’Alsace se caractérise elle aussi par une forme d’insularité, territoriale, parce qu’elle est enclavée géographiquement entre Vosges et Rhin tout en étant frontalière au cœur du continent européen et naturellement largement ouverte sur l’Allemagne et la Suisse.

La France n’a jamais été un bloc monolithique que dans l’esprit de certains gouvernants, ignorants des réalités locales. Le centralisme outrancier, cultivé depuis trop longtemps, nuit à l’efficacité de l’action publique. L’autonomie locale est l’âge adulte de la démocratie.

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, les salutations vigilantes des Alsaciens.

Pour l’association UNSRI HEIMET,

Le Président,

Dominique Greder.

___

Lettre ouverte au format PDF disponible ici.

Unsri Heimet sur Facebook

Très belle initiative de l’association les Alsaciens Réunis !

Posted on décembre 30th, 2017 by Unsri Heimet !

« Bravo, et sachez que bien évidement l’association Unsri Heimet soutiendra cette démarche. »

La question alsacienne relève clairement du droit international. L’État français a violé de façon ostensible et délibérée la Charte européenne de l’autonomie locale l’obligeant pourtant à organiser un référendum en cas de modification des limites des collectivités territoriales.

Ce faisant, il a renié à la fois la parole donnée aux Français de respecter leurs collectivités territoriales ainsi que ses engagements internationaux vis-à-vis de tous les États parties à ce traité.

L’État français aurait pourtant pu dénoncer ce traité préalablement à l’adoption de la loi et démontrer ainsi sa véritable nature antidémocratique. 46 des 47 États membres du Conseil de l’Europe ont constaté et dénoncé cette violation par l’État français du droit de près de deux millions d’Alsaciens à pouvoir disposer de leur représentation politique propre à travers une collectivité territoriale indépendante de toute autre.

L’Alsace et les Alsaciens ont été spoliés de ce droit fondamental à exister politiquement et institutionnellement, et ils doivent être rétablis sans plus attendre dans l’exercice de ce droit.

Le Conseil de l’Europe, dans ses conclusions, a invité l’État français à prendre des mesures, mais rien n’a été fait depuis mars 2016.

Au vu du droit international, de force supérieure à la loi française comme le stipule la Constitution, la revendication du rétablissement d’une Région Alsace apparaît plus légitime que la revendication séparatiste catalane, quelle que soit la sympathie pour cette dernière.

Ce qui s’est passé pour l’Alsace serait inimaginable en Corse, qui au 1er janvier 2018 disposera d’une collectivité territoriale unique. Le manque de respect de l’État français pour l’Alsace et son histoire est intolérable.

Face à l’absence de dialogue et à l’autisme des autorités françaises qui persistent dans l’erreur historique commise en rayant l’Alsace de la carte et des manuels scolaires, la démarche des Alsaciens Réunis auprès des plus hautes instances de l’Organisation des Nations Unies a pour but d’alerter la communauté internationale sur le déni de démocratie qui a cours en France et d’inscrire l’Alsace institutionnelle à l’agenda du prochain Forum sur les questions relatives aux minorités du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, lequel doit se tenir le 3 décembre 2018.

Une entrevue a été demandée dans ce sens par voie de courrier et de message électronique adressé au Secrétaire Général de l’ONU, M. António Guterres, dont les Alsaciens Réunis sont sûrs d’obtenir une écoute attentive.

Ils souhaitent informer et sensibiliser le Secrétaire Général au sort de l’Alsace et au malaise alsacien.

En 2016 déjà des Alsaciens, Bretons, Corses ou Savoisiens s’étaient rendus au Forum pour demander le statut de minorité nationale. C’est bien la démonstration que le Forum est tout à fait indiqué pour constituer une tribune où les Alsaciens peuvent être écoutés et entendus à l’échelle de la planète. Cette fois, les Alsaciens Réunis demanderont à cette tribune internationale qu’il soit reconnu aux Alsaciens le droit fondamental d’exister « à nouveau » politiquement dans leur propre pays, ce dont une loi inique les a privés.

Outre le Secrétariat Général des Nations unies, le même courrier a été adressé au Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, au Conseil de l’Europe et aux médias nationaux, régionaux et locaux. Les Alsaciens Réunis sont confiants. Ils ne lâcheront rien jusqu’à réparation du préjudice subi, et sont prêts à faire le déplacement à Genève ou à New-York.

Ils invitent tous les défenseurs sincères de l’Alsace à soutenir leur démarche pour en garantir un succès le plus large possible à l’échelle « régionale ».

Il n’y a aucune fatalité et les Alsaciens, qui avec une constance exemplaire demandent à 84% le retour de la Région Alsace, doivent se battre et le faire savoir, c’est ce que font les Alsaciens Réunis, car la victoire est au bout du chemin.

Le droit international est du côté de l’Alsace et des Alsaciens, comme l’a démontré la plainte couronnée de succès devant le Conseil de l’Europe.

Leur cause est de facto juste et légitime.

Au-delà des questions juridiques, tous les indicateurs démontrent que le « grand est » est une hérésie qui nuit gravement, chaque jour un peu plus, à l’identité alsacienne.

Il n’y a aucune appétence pour le « grand est » malgré les efforts inutiles et onéreux de quelques complices zélés de l’État français.

Tous les secteurs dans lesquels l’identité alsacienne pouvait s’exprimer sont atteints, sans oublier l’économie, le tourisme et même la structure sociale.

Un mouvement de fond se manifeste contre le « grand est », mais il faut à présent des résultats.

Il n’est pas encore trop tard, mais il faut agir vite.

Vive l’Alsace !

Président des Alsaciens Réunis. Sébastien Dell’Era

Vice Président. Chris SPRAUEL

Pour suivre les Alsaciens Réunis sur Facebook c’est ICI

Pour voir la vidéo de Sébastien DELLERA, président de l’association les Alsaciens Réunis le 29.12.2017 au JT de France 3 Alsace c’est ICI

Unsri Heimet sur Facebook

Non à un monstre administratif, oui au retour à la Région Alsace.

Posted on décembre 18th, 2017 by Unsri Heimet !

Le destin de l’Alsace ne sera jamais scellé. Le Président de la République et le gouvernement, malheureusement encouragés par certains parlementaires alsaciens, irrespectueux de la volonté de retrait d’une forte majorité d’Alsaciens, ont à plusieurs reprises annoncé leur intention de maintenir l’Alsace dans le Grand Est. Le motif invoqué serait le risque de contagion en cas de modification du découpage de la carte territoriale régionale. Cette réforme régionale serait si fragile qu’il ne serait pas possible de corriger l’intégration forcée de l’Alsace dans le Grand Est sans remettre en cause tout l’édifice. Peu crédible!
Mauvais prétexte à une bien mauvaise solution: un projet de monstre administratif aussi ubuesque qu’ingérable est avancé. Nous estimons au contraire que faire perdurer une situation injuste et inefficace pour l’Alsace, réduite à un méga département , entraînera un nouveau malaise alsacien durable, une longue période de désamour entre l’Alsace et certains de ses représentants , entre l’Alsace et La République en Marche, entre l’Alsace et la sphère gouvernementale.

Surtout il n’est pas admissible, dans un pays se disant démocratique et celui des Droits de l’homme, et héritier des Lumières, que l’attente – exprimée dès l’origine à l’unanimité des collectivités territoriales et confirmée récemment à 85% des Alsaciens interrogés par plusieurs sondages successifs – d’ une organisation politique et administrative de l’Alsace s’appuyant sur son entité régionale historique et culturelle soit ignorée et même bafouée. Une Alsace qui a disposé à plusieurs étapes de son histoire d’une large autonomie administrative propice à une économie et une civilisation florissantes.
Pour nous, la sortie de l’Alsace et son retour à une région de plein exercice, renforcée des compétences nécessaires à son dynamisme, à ses particularités juridiques, linguistiques, économiques, transfrontalières et culturelles reste la seule issue crédible à une situation stupide que les Alsaciens n’ont pas choisie, et pour laquelle ils n’ont pas été consultés. Un statut administratif de seconde zone les plaçant en situation d’infériorité institutionnelle est inacceptable. L’intégration forcée dans le Grand Est a été massivement refusée lors de deux pétitions ayant reçu un énorme soutien populaire: 115 000 signatures pour l’une rejetée avec mépris par le précédent président du Grand Est , l’autre de 70000 signatures initiée, comble du cynisme en politique locale, par le nouveau président de ce « machin ».

Se contenter de pseudos compétences en matière d’économie, d’attractivité et de tourisme dans un super département « Alsace » comme viennent de le proposer quelques associations bas-rhinoises est tout simplement ridicule.
Cela signifierait en outre que l’Alsace serait durablement, voire définitivement, empêtrée dans une trop grande région plus vaste que la Belgique et la Suisse Ses effets pervers sont dénoncés régulièrement : énormes dépenses supplémentaires pour aligner les rémunérations des personnels et des élus, lourdeurs et graves dysfonctionnements de son fonctionnement et de celui des multiples structures qui en dépendent.

Nous ne renoncerons pas : l’Alsace mérite mieux que des petits arrangements entre camarades de promotion ou entre élus, et des reculades face à une stratégie ouvertement destinée à la priver de sa capacité à prendre son destin en main. Nous continuerons de revendiquer pour l’Alsace l’intégralité des compétences régionales élargies à des attributions nouvelles lui permettant de gérer les situations spécifiques la concernant (droit local, bilinguisme, coopération transfrontalière…).

Bernard Stoessel, Monique Matter, Patrick Kleinclaus, François Schaffner.
Extrait de la page Facebook « Manifeste pour l’Alsace »

Unsri Heimet sur Facebook

Wàs beditet a Sproch wu labt ?

Posted on octobre 23rd, 2017 by Klapperstein

Wàs beditet a Sproch wu labt ? Que signifie une langue qui vit ?


(Par Evelyne Troxler), Ajointe au maire honoraire de Mulhouse, chargée de la langue et culture régionale – Ìm Sìnn, ìsch a Sproch wu labt :

1/ a Sproch wu ma seht que l’on voit

2/ a Sproch wu ma heert que l’on entend

3/ a Sproch wu ma ehrt, respektiert un unterstìtzt que l’on honore, respecte et soutient

4/ a Sproch wu ma lehra kàt, entwedder wàs fìr m’a Àlter que l’on peut apprendre à tout âge

a Sproch wu ma seht

Drumm, ìn Mìlhüsa zitter 1991, unser Programm fìr zweisprachiga Stroβaschìlder

d’où, à Mulhouse, notre programme de plaques de rue bilingues, mis en place à mon initiative en 1991 – (cf plaquesbilingues.fr)

A Bemerkung : unsra Schìlder sìn – sous-titrés en alsacien –, dàs beditet às s Elsasserditscha kleiner ìsch wia s Franzeescha, un dodur a Mìnderheit’s Sproch – donc l’alsacien est plus petit que le français, ce qui souligne le caractère minoritaire.

A Projekt fìr Mìlhüsa war jetz, às Elssaserditsch so groβ gschrìwa war uf da Stroβaschìlder às Frànzeesch ; ìn dr Bretagne ìsch’s meglig, wurum nìt ìm Elsàss ? – un projet pour Mulhouse maintenant : l’égalité des caractère, qui est possible en Bretagne, pourquoi pas en Alsace ? –

A Sproch wu ma seht ìn dr Warbungune langue que l’on voit dans la communication

In Mìlhüsa müasch a Luppa namma fìr a Pààr Werter uf Elsassisch fìnda ìn da Ilàdunga odder Warbunga, sogàr wenn s sìch um regionàla Kültür hàndelt – à Mulhouse il faut prendre une loupe pour trouver quelques mots en alsacien dans les invitations ou toute forme de communication, même quand il s’agit de culture régionale –

D’ Fàchslitt sàga : « trop d’information tue l’information ». Schlàui, ìn dr Bretagne gìltet dàs nìt, s wìrd àlles uf Bretonisch ìwersetzt – bizarre, en Bretagne, cette règle ne s’applique pas, tout est traduit en Breton

A Sproch wu ma ìn da Gschafter seht

Ìn da Gschafter un Groβgschafter ìn dr Bretagne fìndet ma Wand un Schaft voll bretonischa Produkta : Bredla, Bier, Wurscht, Fleisch, Mìlch … un d’ Sproch geht mìt – Dans les magasins et supermarchés en Bretagne il y a des murs et des étagères pleins de produits bretons : gâteaux, bières, charcuterie, viande, produits laitiers … et la langue est présente.

Nix a so ìm Elsàss (s ìsch gràd bleed, wàs Tourismus àbelàngt) … Doch, dr Super U vu Sierentz hàt zweisprachiga Etiketla igfiart. Wurum màch’s nìt àlla super U vum Elsàss ? Denn in dr Bretagna màcha s àlla Super U …. Rien de tel dans les magasins en Alsace (c’est juste stupide, d’un point de vue touristique et commercial) … Si au Super U de Sierentz il y a un étiquetage bilingue, pourquoi tous les super U d’Alsace ne le font-ils pas ? En Bretagne ils font tous la promotion des produits régionaux …. Wàs màcha denn unsra Hàndelskàmra ? – Que font donc nos CCI ?

Wu dr IKEA uf Mìlhüsa kumma ìsch, hàt ar Warbung uf Elsassisch gmàcht. Sìn dàs Idiota ? – quand IKEA est arrivé à Mulhouse, il a fait de la pub en alsacien. sont-ce des idiots, ces communicants de IKEA ?

A Sproch wu ma uf da zweisprachiga Dìchterwag vum Verein AGATE ìm gànza Elsàss fìndet – une langue que l’on trouve sur les sentiers des poètes bilingues de l’association AGATE dans toute l’Alsace.

Wurum nìt so na Dìchterwag ìm Tànnawàld vu Mìlhüsa, mìt da mìlhüser Dìchter wia dr Auguste Lustig, Victor Schmidt, Tony Troxler, sogàr Nathan Katz wu ìn Mìlhüsa glabt un gschàfft hàt ? – pourquoi pas un tel sentier dans le Tannenwald de Mulhouse avec les poètes mulhousiens ?

A Sproch wu ma ìn dr « Zittung » lasa kàtune langue que l’on peut lire dans le « journal »

So geht’s ìn dr Zittung «  L’Alsace », wu mr jeda Wucha àm a Samschtig un àm a Sunntig Elssasserditsch lasa kàt , dànk ’m team Edgar Zeidler, Yves Bitsch, Jean-Christophe Meyer, Adrien Dentz un noch viel àndra Journalischta – il en est ainsi dans le journal « L’Alsace » grâce à une équipe de rédacteurs dialectophones sous la houlette d’ Edgar Zeidler et d’Yves Bitsch.

A Sproch wu meh zur Galdung kumma sott ìn unsra Büachhàndlungaune langue qui devrait être mise en valeur d’avantage dans nos librairies

Gràtüliara mr drbi dr Jean-Marie Stoerkel un dr Jacques Zimmermann fìr ìhra zweisprachiga Krimi – félicitons au passage JM Stoerkel et J. Zimmermann pour leurs policiers bilingues !

a Sproch wu ma heert

Zerscht a Sproch wu ma heert, will ma sa redt ! – tout d’abord une langue que l’on entend parce qu’on la parle !

S’ìsch fìr uns àlla a Pflìcht Elssasserditsch z’ reda so boll un so viel wia meglig, ìweràll ! – c’est un devoir pour nous que de parler alsacien autant que possible et partout .

Dr offiziella Plàtz vu dr Sproch ìsch wìrtig : Ìch hàn vu 1989 àb, ìmmer Elsassisch gredt ìn da offiziella Reda, wàs nìt güat àgsah gsìì ìsch ! – en tant qu’élue, j’ai tenu mes discours en alsacien dès 1989, ce qui n’était pas bien vu

Zweitens a Sproch wu ma heert, will sa mìt dr Müsik gehtdeuxièmement, une langue entrainée par la musique

Da Zug vu dr Müsik, wu d’ Sproch (wu ma nìt umbedìngt versteht) mìtrisst wia ìn dr Bretagne odder ìn Corsica , han mìr fìr dr Momant verfahlt ; villicht kummt’s – ce train de la musique qui entraine la langue comme en Bretagne et en Corse, nous l’avons manqué pour le moment : il repassera peut-être …

Reda mr nìt vum Radio un vu dr Télé… Wurum wìrd Corsikànisch gredt uf Radio France Corse FM, un nìt Elsassisch uf Radio France Alsace FM ? Ce scandale de la disparation de l’alsacien sur Radio France Alsace, contrairement à la Corse, continue ….

S’ ìsch wohr d’ Junga ìnteressiara sìch nur noch àn dr Web ; dàs kàt uns villicht halfa – les jeunes ne s’intéressant plus qu’au Web, celui-ci peut donc être une aide précieuse

a Sproch wu ma ehrt un unterstetzt

S’ Elsasserditscha ìsch fìr s’ erschta mol uf d Bìhna vu dr Filature ìn Mìlhüsa kumma àn a 1998, mìt « Toni » a Uffiahrung ìwer s’ Wark vu mim Pàpa dr Tony Troxler, fìr si 80. Geburstàg (dànk’ m Christopher Crimes, dr anglischa Dirakter…) un oi fàscht s letschta mol … üsserm a DìchterOwa ìn 2008 – la Filature de Mulhouse a accueilli pour la 1ère fois un spectacle en alsacien en 1998, avec «  Toni » , donné à l’occasion du 80ème anniversaire de Tony Troxler … et pour la dernière …. En dehors d’une soirée poétique en 2008.

Zitter gan mr uns Miaih mìt’m Daniel Muringer fìr zweisprachiga Dìchter Owa ìn dr Bibliotek vu Mìlhüsa z’ organisiera, às àlla unsra richa Literatür entdecka känna – depuis nous organisons des soirées poétiques bilingues à la bibliothèque avec Daniel Muringer, pour que tous puissent avoir accès à notre littérature si riche.

a Sproch wu ma lehra kàt

Ìn Lorient màcha sa gànz flotta un « moderna » Warbung fìr dr bretonnischa Unterrìcht fìr d’ Junga …. À Lorient, des affiches amusantes vantent l’apprentissage du breton par les jeunes …. Unsra Vollkshochschüala /UP känta a Beispiel namma …. Nos UP pourraient prendre exemple ….

Ìch bìn stolz às ìn unsra Üniversität, d’ UHA àlla Studanta Elsassisch lehra känna mìt’m Edgar Zeidler : mina Àrwet àls adjoint au maire – je suis fière de ce que tous les étudiants de l’UHA puissent apprendre l’ alsacien avec Edgar Zeidler

Vergassa mr nìt dr Plàtz wu s Elsasserditscha umbadìngt un drìngend ìm zweisprachiga Unterrìcht  fìnda müass ! ABCM màcht’s – so ìsch’s meglig !!!

N’oublions pas l’indispensable place de l’alsacien dans le cursus bilingue ! ABCM le fait, donc c’est possible !

D’ Kìnder Theàter vu da Elsasser Theàter (a Idee vum Tony troxler fìr s’ ETM) han a güater Erfolg, àwwer s’ langt nìt : Elsassisch sottigt ìn àlla Périscolaires vorgschlàga wara – les Kìnder Theàter ont un joli succès mais c’est insuffisant, l’alsacien devrait être proposé dans tous les périscolaires !

Drum unterstetza àlla d’ Bubbitànz gànz uf Elsassisch vu dr FILAL ! Mr mian’s schàffa  – donc soutenez tous les crèches en immersion du FILAL , nous devons y arriver !

Wàs brücht mr fìr às a Sproch labt ?

dr WÌLLA – la volonté

Dr Wìlla vu da Litt vum Elsàss . Politiker iverstànda – s’ Gald kummt mìt , wenn dr Willà do ìsch …. La volonté des gens d’Alsace, y compris les politiciens – les moyens suivront si volonté il y a

ET

Quelle : Elsass journal

____________________________________________________________________

Wo ein Wille ist, ist ein Weg, nous sommes bien d’accord, mais en l’occurrence la volonté seule d’individus atomisés ne suffit pas, la lente agonie de notre langue depuis des décennies le montre clairement.

La survie ou la mort d’une langue ne dépend pas seulement du comportements de ses locuteurs dans leur dimension personnelle et privée, elle dépend surtout de leur comportement dans leur dimension collective et public. Si les Alsaciens n’exigent pas avec force et détermination que la langue alsacienne sous ses deux formes, l’alsacien dialectal et l’allemand standard, soit reconnue langue officielle en Alsace au même titre que le français, leurs efforts individuels à pratiquer leur langue, aussi nécessaire et souhaitable soient-ils, ne peuvent aucunement être suffisants à éviter la mort programmée par la République Française de notre langue.

La solution à la question linguistique en Alsace est avant tout politique, ce que les Alsaciens n’ont  jusqu’à présent malheureusement jamais voulu comprendre. Et appeler à la bonne volonté des politiciens alsaciens sans questionner leur attachement aux sacro-saintes valeurs de la République n’a pas grand sens, puisque c’est par la mise en application de ces mêmes valeurs que notre langue se meurt. Exiger les transformations institutionnelles qui seules peuvent nous permettre de défendre politiquement nos intérêts est le préalable indispensable à la survie de notre langue.

Si les jeunes Alsaciens, mais aussi les moins jeunes, n’ont pas eu, ce qui ne devrait pas être une chance mais une évidence, la chance de parler la langue de leurs parents et de leurs aïeux, ce n’est pas la faute de leurs parents qui ont renoncé individuellement à leur transmettre leur langue étant donné le contexte politique profondément germanophobe et républicain dans lequel ils ont vécu, mais c’est la faute de leurs parents qui ont renoncé collectivement c’est à dire politiquement à défendre leurs droits civiques et politiques, se laissant intimider et maltraiter par l’antidémocratique et arrogante République Française.

Concernant la question linguistique, les Alsaciens, qu’ils aient été attaché ou non à la préservation de leur langue, ont passé les dernières décennies à exclamer d’une fausse fierté inspirée par une vrai crainte :  » Mir màche ke Politik ».

Mir màche Politik. Et nous espérons qu’à la lumière des évènement récents mais aussi plus anciens, de plus en plus d’Alsaciens en fassent aussi. Chacun à sa manière. La nôtre est toujours la même : Nie wieder Frankreich, Elsass frei. UH

Communiqué d’un collectif d’Alsaciens.

Posted on octobre 16th, 2017 by Unsri Heimet

Communiqué d’un collectif d’Alsaciens.

A l’occasion de l’élection du nouveau président de la méga-région Grand Est, le mouvement alsacien au travers de ses principales composantes appelle l’ensemble des forces vives d’Alsace à un rassemblement unitaire le 20 octobre prochain à 9 heures devant le conseil régional, à Metz.

Depuis les premières annonces de fusion de l’Alsace avec ses régions voisines en 2014, nous n’avons cessé d’interpeller et de mettre en garde les élus sur les incohérences d’une telle fusion.

Depuis 3 ans, nous nous appuyons sur des faits et nous nous faisons l’écho d’une volonté populaire : Plus de 117 000 Alsaciens ont signé en moins de deux mois la pétition « Alsace retrouve ta voix » demandant la tenue d’un référendum sur la fusion de l’Alsace avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne en 2015 ;

Le viol par la France de la charte européenne sur l’autonomie locale, qui impose une consultation des conseils territoriaux ainsi que la voie référendaire lorsque c’est possible avant toute modification des délimitations intérieures d’un pays signataire.

Le rapport de la cour des comptes d’octobre 2017 qui épingle la réforme territoriale et le surcoût des nouvelles régions, en totale contradiction avec l’argument principal des initiateurs de cette réforme ;

Le sondage CSA de mai 2017 relève que 84% des Alsaciens souhaitent un retour à la région Alsace, 73% sont favorables à la création d’un conseil unique d’Alsace ; Les présidents du Haut-Rhin et du Bas-Rhin sont favorables à la création d’une collectivité à statut particulier par fusion des départements, toujours en sortant du Grand Est ; L’ensemble des députés alsaciens souhaitent redonner une existence institutionnelle à l’Alsace ;

Le dépôt d’un projet de loi visant à recréer les régions d’avant 2015 par référendum, déposé par des sénateurs et députés d’Alsace et de Moselle ces derniers jours ;

« L’appel des 100 » pour un retour à la région Alsace… La démission de Philippe Richert fin septembre démontre toute la difficulté de gérer une région grande comme deux fois la Belgique, sans en avoir ni le budget ni les compétences. Nous n’oublions pas non plus que M. Rottner, qui devrait en toute logique être élu président du Grand Est, était un farouche opposant à cette fusion. Nous espérons qu’il se souviendra de la pétition qu’il avait alors lancée en 2014, obtenant plus de 60 000 signatures, tandis que la « motion Rottner » avait été adoptée par 259 communes d’Alsace. Nous avons répondu à son appel et portons encore aujourd’hui le message proféré par M. Rottner place de Bordeaux un certain 11 octobre : « Elsàss, steh ùff ! » (« Alsace lève-toi ! »). Nous attendons désormais un signal fort de la classe politique alsacienne et des élus qui étaient vent debout contre la réforme territoriale : ce qu’une mauvaise loi a fait, une bonne loi peut le défaire.

Face au déni de démocratie d’une réforme territoriale bâclée et d’un mariage forcé, nous réitérons notre demande d’organisation d’une consultation citoyenne sur la question d’une sortie de l’Alsace du Grand Est et de la création d’une collectivité à statut particulier.

Depuis 2015, certains élus pro-Grand Est marginalisent la contestation alsacienne. Les faits nous donnent raison et l’ouverture affichée par d’autres élus plus courageux ainsi que par le président de la république nous donnent toutes les raisons d’espérer.

Le contexte n’a jamais été si favorable et il est temps de gommer les erreurs du passé avant que l’Alsace n’en paye définitivement le prix fort.

Les signataires :

Collectifs : LES ALSACIENNES UNIES, LES ALSACIENS REUNIS, UNSRI HEIMET ELSASSLAND, ELSASSBOOK , L’ALSACE Mouvements politiques : UNSER LAND, 57- LE PARTI DES MOSELLANS

MENU

M'R EMPFHELE

Copyright © 2009 Unsri Heimet. Theme par THAT Agency propulsé par WordPress.