3.0.1" />
Unsri Heimet

Unsri Heimet – do sin m'r d'heim ! Das Elsass, unsri Heimet !

L’école A.B.C.M et les chocolats Daniel STOFFEL

Posté le novembre 15th, 2017 by Unsri Heimet !

Superbe partenariat !

Du chocolat Stoeffel pour soutenir l’école Alsacienne ABCM zweisprachigkeit Ingersheim.

25% de la vente va à l’école.


Le catalogue ainsi que le bon de commande est attaché lien ci-dessous, vous pouvez également passer par moi pour des commandes, le 24 novembre au plus tard.

Thierry Roland Kranzer

Catalogue chocolats Stoffel ici __________________________________ Bon de commande ici

Manifeste pour l’Alsace

Posté le novembre 5th, 2017 by Unsri Heimet !

Pour une consultation obligatoire des Alsaciens sur l’organisation de la nouvelle Région Alsace après sa sortie du Grand Est.

La nécessité et l’urgence de la sortie de l’Alsace de la pseudo-région Grand Est et le rejet du caractère tout à fait illégitime de son inclusion forcée dans un ensemble territorial immense et artificiel sont exprimés d’une manière de plus en plus sensible chaque jour par une majorité croissante d’Alsaciens . Elle correspondent à une volonté clairement exprimée, chaque fois que l’occasion leur est donnée, par les Alsaciens. Le dernier sondage à l’égard du Grand Est confirme le rejet référendaire de 2013 : les Alsaciens, visiblement attachés à leur organisation historique, sont 84% à souhaiter ce retrait avec le maintien des deux département dans le cadre d’une région Alsace retrouvé, mais seulement 73% pour une collectivité totalement fusionnée incluant les compétences départementales et régionales.

La perception de cette expression forte des habitants de notre « ex Région Alsace » a certainement joué un rôle dans la démission du premier président de la région Grand Est, d’origine alsacienne, mais manifestement totalement en porte à faux depuis cinq ans par rapport à la majorité écrasante de celles et ceux qu’il était sensé représenter.

Le temps est venu de réfléchir à la meilleure manière de procéder pour organiser une nouvelle Région Alsace en y associant les Alsaciens. Il ne fait pas de doute que la consultation des Alsaciens est une nécessité démocratique et une condition de la réussite de cette nouvelle page d’histoire de l’Alsace. Le projet ne doit pas, une fois de plus, être concocté dans le cadre des restaurants et cafétérias de l’Assemblée et du Sénat et in fine entre les murs et dans le secret de l’Elysée entre des élus alsaciens irrespectueux de la volonté de leurs mandants alsaciens et comme en 2013 par un Président de la République à la politique erratique, visiblement mal informé par ces mêmes députés et sénateurs complices dont certains abusivement idéologues et d’autres ultra-carriéristes.

Fusionner les départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin sans demander au préalable aux habitants et citoyens de chacun d’eux d’exprimer clairement et démocratiquement leur volonté reviendrait à reproduire le lamentable mariage forcé de l’Alsace à la Lorraine et à la Champagne-Ardenne reproché à juste raison au gouvernement socialiste dirigé par Manuel Vals avec l’aval du président François Hollande. Les électeurs en éliminant tous les candidats socialistes lors des présidentielles et législatives récentes ont confirmé ce rejet total des auteurs de ce forfait par une sanction politique indiscutable et évidente.
En cela, nous jugeons l’ »Appel des Cent » indécent même si nous partageons avec eux l’ objectif prioritaire de la sortie de l’Alsace de la Région Grand Est.
Les deux Conseils Départementaux disposent de la légitimité démocratique et des moyens légaux et financiers pour organiser cette consultation en proposant plusieurs alternatives d’organisation de la nouvelle collectivité territoriale à statut particulier que nous appelons de nos voeux :

- une collectivité régionale à statut particulier exerçant aussi de nouvelles compétences demandées à l’Etat, droit local, bilinguisme, relations transfrontalières, avec le maintien des deux Conseils départementaux, leur élus siégeant ensemble dans le cadre du conseil commun régional
- une collectivité fusionnée exerçant à la fois les compétences régionales et départementales ainsi que de nouvelles compétences demandées à l’Etat, droit local, bilinguisme, relations transfrontalières. avec disparition des départements.

Le temps est venu pour les Alsaciens de revendiquer clairement et fortement ce droit d’expression démocratique et en conséquence celui du choix de leurs institutions, un choix démocratique que certains politiciens et faiseurs d’opinion, qu’ils soient pour ou contre la sortie de l’Alsace du Grand Est, tentent de leur confisquer.

La nouvelle Alsace sera démocratique à l’écoute de ses citoyens et non le fruit de combines entre politiciens !

Voir l’article sur la page Facebook : Manifeste pour l’Alsace

Wàs beditet a Sproch wu labt ?

Posté le octobre 23rd, 2017 by Klapperstein

Wàs beditet a Sproch wu labt ? Que signifie une langue qui vit ?


(Par Evelyne Troxler), Ajointe au maire honoraire de Mulhouse, chargée de la langue et culture régionale – Ìm Sìnn, ìsch a Sproch wu labt :

1/ a Sproch wu ma seht que l’on voit

2/ a Sproch wu ma heert que l’on entend

3/ a Sproch wu ma ehrt, respektiert un unterstìtzt que l’on honore, respecte et soutient

4/ a Sproch wu ma lehra kàt, entwedder wàs fìr m’a Àlter que l’on peut apprendre à tout âge

a Sproch wu ma seht

Drumm, ìn Mìlhüsa zitter 1991, unser Programm fìr zweisprachiga Stroβaschìlder

d’où, à Mulhouse, notre programme de plaques de rue bilingues, mis en place à mon initiative en 1991 – (cf plaquesbilingues.fr)

A Bemerkung : unsra Schìlder sìn – sous-titrés en alsacien –, dàs beditet às s Elsasserditscha kleiner ìsch wia s Franzeescha, un dodur a Mìnderheit’s Sproch – donc l’alsacien est plus petit que le français, ce qui souligne le caractère minoritaire.

A Projekt fìr Mìlhüsa war jetz, às Elssaserditsch so groβ gschrìwa war uf da Stroβaschìlder às Frànzeesch ; ìn dr Bretagne ìsch’s meglig, wurum nìt ìm Elsàss ? – un projet pour Mulhouse maintenant : l’égalité des caractère, qui est possible en Bretagne, pourquoi pas en Alsace ? –

A Sproch wu ma seht ìn dr Warbungune langue que l’on voit dans la communication

In Mìlhüsa müasch a Luppa namma fìr a Pààr Werter uf Elsassisch fìnda ìn da Ilàdunga odder Warbunga, sogàr wenn s sìch um regionàla Kültür hàndelt – à Mulhouse il faut prendre une loupe pour trouver quelques mots en alsacien dans les invitations ou toute forme de communication, même quand il s’agit de culture régionale –

D’ Fàchslitt sàga : « trop d’information tue l’information ». Schlàui, ìn dr Bretagne gìltet dàs nìt, s wìrd àlles uf Bretonisch ìwersetzt – bizarre, en Bretagne, cette règle ne s’applique pas, tout est traduit en Breton

A Sproch wu ma ìn da Gschafter seht

Ìn da Gschafter un Groβgschafter ìn dr Bretagne fìndet ma Wand un Schaft voll bretonischa Produkta : Bredla, Bier, Wurscht, Fleisch, Mìlch … un d’ Sproch geht mìt – Dans les magasins et supermarchés en Bretagne il y a des murs et des étagères pleins de produits bretons : gâteaux, bières, charcuterie, viande, produits laitiers … et la langue est présente.

Nix a so ìm Elsàss (s ìsch gràd bleed, wàs Tourismus àbelàngt) … Doch, dr Super U vu Sierentz hàt zweisprachiga Etiketla igfiart. Wurum màch’s nìt àlla super U vum Elsàss ? Denn in dr Bretagna màcha s àlla Super U …. Rien de tel dans les magasins en Alsace (c’est juste stupide, d’un point de vue touristique et commercial) … Si au Super U de Sierentz il y a un étiquetage bilingue, pourquoi tous les super U d’Alsace ne le font-ils pas ? En Bretagne ils font tous la promotion des produits régionaux …. Wàs màcha denn unsra Hàndelskàmra ? – Que font donc nos CCI ?

Wu dr IKEA uf Mìlhüsa kumma ìsch, hàt ar Warbung uf Elsassisch gmàcht. Sìn dàs Idiota ? – quand IKEA est arrivé à Mulhouse, il a fait de la pub en alsacien. sont-ce des idiots, ces communicants de IKEA ?

A Sproch wu ma uf da zweisprachiga Dìchterwag vum Verein AGATE ìm gànza Elsàss fìndet – une langue que l’on trouve sur les sentiers des poètes bilingues de l’association AGATE dans toute l’Alsace.

Wurum nìt so na Dìchterwag ìm Tànnawàld vu Mìlhüsa, mìt da mìlhüser Dìchter wia dr Auguste Lustig, Victor Schmidt, Tony Troxler, sogàr Nathan Katz wu ìn Mìlhüsa glabt un gschàfft hàt ? – pourquoi pas un tel sentier dans le Tannenwald de Mulhouse avec les poètes mulhousiens ?

A Sproch wu ma ìn dr « Zittung » lasa kàtune langue que l’on peut lire dans le « journal »

So geht’s ìn dr Zittung «  L’Alsace », wu mr jeda Wucha àm a Samschtig un àm a Sunntig Elssasserditsch lasa kàt , dànk ’m team Edgar Zeidler, Yves Bitsch, Jean-Christophe Meyer, Adrien Dentz un noch viel àndra Journalischta – il en est ainsi dans le journal « L’Alsace » grâce à une équipe de rédacteurs dialectophones sous la houlette d’ Edgar Zeidler et d’Yves Bitsch.

A Sproch wu meh zur Galdung kumma sott ìn unsra Büachhàndlungaune langue qui devrait être mise en valeur d’avantage dans nos librairies

Gràtüliara mr drbi dr Jean-Marie Stoerkel un dr Jacques Zimmermann fìr ìhra zweisprachiga Krimi – félicitons au passage JM Stoerkel et J. Zimmermann pour leurs policiers bilingues !

a Sproch wu ma heert

Zerscht a Sproch wu ma heert, will ma sa redt ! – tout d’abord une langue que l’on entend parce qu’on la parle !

S’ìsch fìr uns àlla a Pflìcht Elssasserditsch z’ reda so boll un so viel wia meglig, ìweràll ! – c’est un devoir pour nous que de parler alsacien autant que possible et partout .

Dr offiziella Plàtz vu dr Sproch ìsch wìrtig : Ìch hàn vu 1989 àb, ìmmer Elsassisch gredt ìn da offiziella Reda, wàs nìt güat àgsah gsìì ìsch ! – en tant qu’élue, j’ai tenu mes discours en alsacien dès 1989, ce qui n’était pas bien vu

Zweitens a Sproch wu ma heert, will sa mìt dr Müsik gehtdeuxièmement, une langue entrainée par la musique

Da Zug vu dr Müsik, wu d’ Sproch (wu ma nìt umbedìngt versteht) mìtrisst wia ìn dr Bretagne odder ìn Corsica , han mìr fìr dr Momant verfahlt ; villicht kummt’s – ce train de la musique qui entraine la langue comme en Bretagne et en Corse, nous l’avons manqué pour le moment : il repassera peut-être …

Reda mr nìt vum Radio un vu dr Télé… Wurum wìrd Corsikànisch gredt uf Radio France Corse FM, un nìt Elsassisch uf Radio France Alsace FM ? Ce scandale de la disparation de l’alsacien sur Radio France Alsace, contrairement à la Corse, continue ….

S’ ìsch wohr d’ Junga ìnteressiara sìch nur noch àn dr Web ; dàs kàt uns villicht halfa – les jeunes ne s’intéressant plus qu’au Web, celui-ci peut donc être une aide précieuse

a Sproch wu ma ehrt un unterstetzt

S’ Elsasserditscha ìsch fìr s’ erschta mol uf d Bìhna vu dr Filature ìn Mìlhüsa kumma àn a 1998, mìt « Toni » a Uffiahrung ìwer s’ Wark vu mim Pàpa dr Tony Troxler, fìr si 80. Geburstàg (dànk’ m Christopher Crimes, dr anglischa Dirakter…) un oi fàscht s letschta mol … üsserm a DìchterOwa ìn 2008 – la Filature de Mulhouse a accueilli pour la 1ère fois un spectacle en alsacien en 1998, avec «  Toni » , donné à l’occasion du 80ème anniversaire de Tony Troxler … et pour la dernière …. En dehors d’une soirée poétique en 2008.

Zitter gan mr uns Miaih mìt’m Daniel Muringer fìr zweisprachiga Dìchter Owa ìn dr Bibliotek vu Mìlhüsa z’ organisiera, às àlla unsra richa Literatür entdecka känna – depuis nous organisons des soirées poétiques bilingues à la bibliothèque avec Daniel Muringer, pour que tous puissent avoir accès à notre littérature si riche.

a Sproch wu ma lehra kàt

Ìn Lorient màcha sa gànz flotta un « moderna » Warbung fìr dr bretonnischa Unterrìcht fìr d’ Junga …. À Lorient, des affiches amusantes vantent l’apprentissage du breton par les jeunes …. Unsra Vollkshochschüala /UP känta a Beispiel namma …. Nos UP pourraient prendre exemple ….

Ìch bìn stolz às ìn unsra Üniversität, d’ UHA àlla Studanta Elsassisch lehra känna mìt’m Edgar Zeidler : mina Àrwet àls adjoint au maire – je suis fière de ce que tous les étudiants de l’UHA puissent apprendre l’ alsacien avec Edgar Zeidler

Vergassa mr nìt dr Plàtz wu s Elsasserditscha umbadìngt un drìngend ìm zweisprachiga Unterrìcht  fìnda müass ! ABCM màcht’s – so ìsch’s meglig !!!

N’oublions pas l’indispensable place de l’alsacien dans le cursus bilingue ! ABCM le fait, donc c’est possible !

D’ Kìnder Theàter vu da Elsasser Theàter (a Idee vum Tony troxler fìr s’ ETM) han a güater Erfolg, àwwer s’ langt nìt : Elsassisch sottigt ìn àlla Périscolaires vorgschlàga wara – les Kìnder Theàter ont un joli succès mais c’est insuffisant, l’alsacien devrait être proposé dans tous les périscolaires !

Drum unterstetza àlla d’ Bubbitànz gànz uf Elsassisch vu dr FILAL ! Mr mian’s schàffa  – donc soutenez tous les crèches en immersion du FILAL , nous devons y arriver !

Wàs brücht mr fìr às a Sproch labt ?

dr WÌLLA – la volonté

Dr Wìlla vu da Litt vum Elsàss . Politiker iverstànda – s’ Gald kummt mìt , wenn dr Willà do ìsch …. La volonté des gens d’Alsace, y compris les politiciens – les moyens suivront si volonté il y a

ET

Quelle : Elsass journal

____________________________________________________________________

Wo ein Wille ist, ist ein Weg, nous sommes bien d’accord, mais en l’occurrence la volonté seule d’individus atomisés ne suffit pas, la lente agonie de notre langue depuis des décennies le montre clairement.

La survie ou la mort d’une langue ne dépend pas seulement du comportements de ses locuteurs dans leur dimension personnelle et privée, elle dépend surtout de leur comportement dans leur dimension collective et public. Si les Alsaciens n’exigent pas avec force et détermination que la langue alsacienne sous ses deux formes, l’alsacien dialectal et l’allemand standard, soit reconnue langue officielle en Alsace au même titre que le français, leurs efforts individuels à pratiquer leur langue, aussi nécessaire et souhaitable soient-ils, ne peuvent aucunement être suffisants à éviter la mort programmée par la République Française de notre langue.

La solution à la question linguistique en Alsace est avant tout politique, ce que les Alsaciens n’ont  jusqu’à présent malheureusement jamais voulu comprendre. Et appeler à la bonne volonté des politiciens alsaciens sans questionner leur attachement aux sacro-saintes valeurs de la République n’a pas grand sens, puisque c’est par la mise en application de ces mêmes valeurs que notre langue se meurt. Exiger les transformations institutionnelles qui seules peuvent nous permettre de défendre politiquement nos intérêts est le préalable indispensable à la survie de notre langue.

Si les jeunes Alsaciens, mais aussi les moins jeunes, n’ont pas eu, ce qui ne devrait pas être une chance mais une évidence, la chance de parler la langue de leurs parents et de leurs aïeux, ce n’est pas la faute de leurs parents qui ont renoncé individuellement à leur transmettre leur langue étant donné le contexte politique profondément germanophobe et républicain dans lequel ils ont vécu, mais c’est la faute de leurs parents qui ont renoncé collectivement c’est à dire politiquement à défendre leurs droits civiques et politiques, se laissant intimider et maltraiter par l’antidémocratique et arrogante République Française.

Concernant la question linguistique, les Alsaciens, qu’ils aient été attaché ou non à la préservation de leur langue, ont passé les dernières décennies à exclamer d’une fausse fierté inspirée par une vrai crainte :  » Mir màche ke Politik ».

Mir màche Politik. Et nous espérons qu’à la lumière des évènement récents mais aussi plus anciens, de plus en plus d’Alsaciens en fassent aussi. Chacun à sa manière. La nôtre est toujours la même : Nie wieder Frankreich, Elsass frei. UH

Willkommen beim Gespräch Joseph Rossé den 28. Oktober 2017

Posté le octobre 22nd, 2017 by Klapperstein

Bienvenue au colloque Joseph Rossé le 28 octobre 2017 !

Pourquoi venir au colloque Joseph Rossé ?

Vous trouverez au bas de cet article une illustration significative de la malveillance et de l’amateurisme qui frappe encore et toujours la mémoire de Joseph Rossé, héros de l’Alsace et de la cause alsacienne, chez ceux-là mêmes qui se présentent comme des spécialistes de l’histoire de l’Alsace : au Mémorial d’Alsace Moselle !

En attendant de nouvelles publications je vous invite à nous retrouver au :

COLLOQUE JOSEPH ROSSE

Colloque Rosse Bulletin d’inscription

Samedi 28 octobre 2017

Lieu : Grand Hôtel Bristol

7 Place de la Gare

68000 Colmar

8h45- Accueil

9h-9h30 – Ouverture

  • Nadia Hoog, présidente du Cercle Joseph Rossé
  • Joseph Schmittbiel, écrivain, bloggeur : Présentation du Colloque, en langue régionale

9h30-11h – Séquence historique 1. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Modératrice : Andrée Munchenbach (1)

  • François Waag, historien (2) : L’Alsace politique entre 1919 et 1939.
  • Dr Claude Muller (3), dir. Institut d’Histoire d’Alsace, Uni. Stras. : Joseph Rossé et le parti catholique.
  • Jean-Claude Streicher (4), journaliste et historien : Camille Dahlet, le libre-penseur, avec Rossé jusqu’au bout.
  • Joseph Schmittbiel : Marcel Sturmel, homme politique et historien de la Heimatbewegung.

Marcel Sturmel 1900-1972

Pause-café

11h15- 12h30 – Séquence historique 2. Durant l’annexion nazie. Modérateur : Dr Eric Ettwiller (5)

  • Michel Krempper, historien, biographe de Joseph Rossé (9): Ses interventions au profit des Alsaciens
  • Dr Pia Nordblom, Uni. Mainz (D) : Joseph Rossé face au nazisme
  • Dr Ekkehardt Blattmann, Uni. Heidelberg, Bochum (D) : Rossé à la tête de l’Alsatia Verlag
  • Jean-François Thull, historien (6): Jean Keppi et Joseph Rossé dans la conjuration contre Hitler

Questions-réponses (brèves) sur les exposés de la matinée

Déjeuner (en commun) a

14h-15h05 – Séquence historique 3. Après 1945. Modérateur : Henri Scherb(7)

  • Jean-Laurent Vonau, historien du droit, Uni. Stras. : L’Epuration en Alsace
  • Jean-Michel Niedermeyer, enseignant d’histoire (8) : La recomposition politique en Alsace après la Libération
  • Michel Krempper, historien, biographe de Joseph Rossé (9) : Le procès devant la Cour de Justice en 1947

p1030727

15h05-16h40 – Séquence 4. Réhabiliter Joseph Rossé, le sens d’une action. Table-ronde animée par Nadia Hoog :

  • Jean-Paul Sorg, philosophe (10)
  • Dominique Vonau, premier Président honoraire de cour d’appel
  • Me Frédéric Goerke, avocat au Barreau de Mulhouse
  • Me Jean-Michel Paulus, avocat au Barreau de Colmar, ancien Bâtonnier

Débat-échanges avec la salle

16h40- 17h – Synthèse-Conclusion

  • Joseph Schmittbiel : Synthèse (en langue régionale)
  • Michel Krempper : Conclusions.

Bulletin d’inscription : Colloque Rosse Bulletin d’inscription

Le Colloque sera suivi de l’Assemblée Générale annuelle du Cercle Joseph Rossé

Sans titre

o

Pourquoi venir au colloque Joseph Rossé ?

Voici comment les « spécialistes » du Mémorial d’Alsace Moselle nous présentent Joseph Rossé : le texte est un petit bijou de perfidie, jugez plutôt.

Joseph Rossé, autonomiste, liquidateur des assurances françaises, responsable du bureau des indemnisations, il prend surtout le contrôle de la société Alsatia, ce qui va lui assurer les moyens de poursuivre son propre jeu politique.

Rien de ce qui est écrit ici n’est totalement faux, mais d’une part, cette présentation se trouve sur le mur noir du parcours, là où l’on retrouve tous les méchants collabos, face au mur blanc où sont recensés les résistants. D’autre part, la formulation laisse supposer que Rossé n’a agit que pour son enrichissement personnel. Pas un mot sur toutes les activités de résistance que la société Alsatia lui a permis de développer, pas un mot sur les nombreuses vies sauvées, pas un mot sur ses contacts avec les conjurés du 20 juillet 1944.

Mais ce n’est pas tout : cette présentation malhonnête se double d’une incompétence crasse, car pour représenter Rossé, on nous sert la photographie de Joseph Oster ! Directeur général de l’hôpital civil de Strasbourg qui, tout comme Rossé, faisait partie des Nanziger. La direction du Mémorial a été prévenue par courrier de cette erreur, mais après dix mois de fermeture pour rénovation, elle est toujours là ! Preuve que la rigueur historique n’est pas le souci du Mémorial.

Vous trouverez cette même photographie de Joseph Oster avec une légende exacte cette fois-ci, ici, sur le site des archives municipales de Strasbourg. Enfin, je rappelle que comme on peut le découvrir dans cette vidéo, l’incompétence évoquée ici n’est pas un cas isolé.

Venir au colloque Joseph Rossé, c’est aussi se prémunir contre la propagande antialsacienne !

Notes :

  • (1) Préfacière de la biographie de Joseph Rossé (éd.Yoran Embanner)
  • (2)Enseignant d’histoire-géo. Auteur de L’Histoire d’Alsace, le point de vue alsacien (éd.Yoran Embanner)
  • (3) Auteur d’une recension de la biographie de Joseph Rossé publiée dans la Revue d’Alsace
  • (4) Auteur d’ouvrages historiques (dont récemment un opus sur les seize parlementaires alsaciens qui ont dit oui à Pétain, éd. Do Bentzinger)
  • (5) Professeur agrégé d’histoire (enseignant en allemand) au Collège Mentel/Mentelin à Schlettstadt.
  • (6) Auteur d’ouvrages historiques, dont un opus sur Claus von Stauffenberg (éditions Le Polémarque)
  • (7) Professeur d’allemand retraité, président de Heimetsproch un Tradition
  • (8) Professeur d’histoire en section Abibac, président de l’association LEHRER (enseignants bilingues des Académies de Strasbourg et de Nancy-Metz)
  • (9) Joseph Rossé 1892-1951,, Alsacien interdit de mémoire, (éd. Yoran Embanner, 2016, 440 pages)
  • (10) Traducteur et commentateur d’Albert Schweitzer
  • (a) Sur réservation et inscription préalables (bulletin ici : Colloque Rosse Bulletin d’inscription)

o

Quelle : hewwemi.net

Communiqué d’un collectif d’Alsaciens.

Posté le octobre 16th, 2017 by Unsri Heimet

Communiqué d’un collectif d’Alsaciens.

A l’occasion de l’élection du nouveau président de la méga-région Grand Est, le mouvement alsacien au travers de ses principales composantes appelle l’ensemble des forces vives d’Alsace à un rassemblement unitaire le 20 octobre prochain à 9 heures devant le conseil régional, à Metz.

Depuis les premières annonces de fusion de l’Alsace avec ses régions voisines en 2014, nous n’avons cessé d’interpeller et de mettre en garde les élus sur les incohérences d’une telle fusion.

Depuis 3 ans, nous nous appuyons sur des faits et nous nous faisons l’écho d’une volonté populaire : Plus de 117 000 Alsaciens ont signé en moins de deux mois la pétition « Alsace retrouve ta voix » demandant la tenue d’un référendum sur la fusion de l’Alsace avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne en 2015 ;

Le viol par la France de la charte européenne sur l’autonomie locale, qui impose une consultation des conseils territoriaux ainsi que la voie référendaire lorsque c’est possible avant toute modification des délimitations intérieures d’un pays signataire.

Le rapport de la cour des comptes d’octobre 2017 qui épingle la réforme territoriale et le surcoût des nouvelles régions, en totale contradiction avec l’argument principal des initiateurs de cette réforme ;

Le sondage CSA de mai 2017 relève que 84% des Alsaciens souhaitent un retour à la région Alsace, 73% sont favorables à la création d’un conseil unique d’Alsace ; Les présidents du Haut-Rhin et du Bas-Rhin sont favorables à la création d’une collectivité à statut particulier par fusion des départements, toujours en sortant du Grand Est ; L’ensemble des députés alsaciens souhaitent redonner une existence institutionnelle à l’Alsace ;

Le dépôt d’un projet de loi visant à recréer les régions d’avant 2015 par référendum, déposé par des sénateurs et députés d’Alsace et de Moselle ces derniers jours ;

« L’appel des 100 » pour un retour à la région Alsace… La démission de Philippe Richert fin septembre démontre toute la difficulté de gérer une région grande comme deux fois la Belgique, sans en avoir ni le budget ni les compétences. Nous n’oublions pas non plus que M. Rottner, qui devrait en toute logique être élu président du Grand Est, était un farouche opposant à cette fusion. Nous espérons qu’il se souviendra de la pétition qu’il avait alors lancée en 2014, obtenant plus de 60 000 signatures, tandis que la « motion Rottner » avait été adoptée par 259 communes d’Alsace. Nous avons répondu à son appel et portons encore aujourd’hui le message proféré par M. Rottner place de Bordeaux un certain 11 octobre : « Elsàss, steh ùff ! » (« Alsace lève-toi ! »). Nous attendons désormais un signal fort de la classe politique alsacienne et des élus qui étaient vent debout contre la réforme territoriale : ce qu’une mauvaise loi a fait, une bonne loi peut le défaire.

Face au déni de démocratie d’une réforme territoriale bâclée et d’un mariage forcé, nous réitérons notre demande d’organisation d’une consultation citoyenne sur la question d’une sortie de l’Alsace du Grand Est et de la création d’une collectivité à statut particulier.

Depuis 2015, certains élus pro-Grand Est marginalisent la contestation alsacienne. Les faits nous donnent raison et l’ouverture affichée par d’autres élus plus courageux ainsi que par le président de la république nous donnent toutes les raisons d’espérer.

Le contexte n’a jamais été si favorable et il est temps de gommer les erreurs du passé avant que l’Alsace n’en paye définitivement le prix fort.

Les signataires :

Collectifs : LES ALSACIENNES UNIES, LES ALSACIENS REUNIS, UNSRI HEIMET ELSASSLAND, ELSASSBOOK , L’ALSACE Mouvements politiques : UNSER LAND, 57- LE PARTI DES MOSELLANS

Heimetfascht en Blotza – Heimetfascht de Blotzheim

Posté le septembre 26th, 2017 by Unsri Heimet !

Heimetfascht en Blotza – Heimetfascht de Blotzheim

******

___